Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
patrice.faubert.over-blog.com

Paraphysique du syndicalisme

26 Mai 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

La nouvelle génération
Qui est plus sédentaire
Que celle des parents
La nouvelle génération
Qui est plus réactionnaire
Que celle des parents
Cette nouvelle génération
Vivra moins longtemps que ses parents
Et toutes les inepties
Sur l'espérance de vie
Moi, au moins, j'en ris
Certes
Il y a des exceptions
Mais qui sont la confidence d'une généralisation
La sédentarité de l'être humain spectateur
Pour la santé cardiaque, il faut être l'acteur
Et un tiers de vitalité en moins
Pour la nouvelle génération, cela n'est pas rien
Car pour l'activité physique, la technologie, cela n'est pas bien !
En France
Un jeune sur quatre, de 18 à 25 ans, cela devient banal
Vote ou votera pour l'extrême droite du capital
Une grande dépolitisation
Une grande confusion
Heureusement
Des jeunes vont encore en manifestation
La meilleure école de radicalisation
Pourtant, c'est devenu risqué
L'on peut se faire contrôler ou arrêter, se faire emprisonner
L'on peut se faire gazer ou matraquer, à résidence, être assigné
Se retrouver avec des yeux crevés
Les méthodes du parti dit socialiste
Où tout est interdit sur sa liste
Normal, c'est un parti fasciste
Et partout
Des policiers, des militaires, des gendarmes
Dans les rues de France, la réaction s'arme
Politique de la terre brûlée
Qui sans cesse est remplacée
Des villes entières sont gazées
Des quartiers entiers sont surveillés
Manifester ?
Une probabilité sur 15 de se faire arrêter
Le piquet de grève ?
Les CRS viennent vite le déloger
Le gouvernement ne veut aucune trêve !
Et contre le système
Chacun fait ce qu'il peut
Là où il le peut
Comme et quand il le peut
Et contre le système
Chacune fait ce qu'elle peut
Là où elle le peut
Comme et quand elle le peut
Et en ce domaine aussi
Il en va ainsi
Donc, toute hiérarchie y est absurde
Donc, toute compétition y est absurde
Donc, toute comparaison y est absurde
Contester le système
N'est pas reproduire le système
Nos cerveaux sont remplis de préjugés
Dans nos attirances, dans nos affinités
Certes
L'instinct sexuel est castré dès la naissance
Pour ne pas heurter la bienséance
Sinon, l'on arrêterait plus de baiser
Les petits, les petites, les gros, les grosses
Les beaux, les laids, les grands, les grandes
Les maigres, tous les handicaps, aucune quémande
Le monde serait un grand gosse
Et sans plus aucun a priori sexuel
La vie pourrait être belle
Bien sûr, sans aucun viol, seulement si consenti
Sans rien de forcé, autre vision de l'anarchie !
Et finalement
Qu'on me dise, si je mens
Nos valeurs
Sont celles du système
Je les déteste, non que je les aime
Mais
C'est du mariage, du divorce, du concubinage, de la monogamie
Du travail, des loisirs, de l'ordinateur, toute une alchimie
La société est une putain
Tout y est prostitution, rien n'y est sain
Car
Le système nous impose sa vie
Où tout gouvernement est une monarchie
L'esclavage du système
Le système de l'esclavage
Je suis un esclave, tu es un esclave, il est un esclave
Vous êtes des esclaves, nous sommes des esclaves
Ils et elles sont des esclaves
Il n'existe pourtant que trois véritables instincts
Boire, manger, copuler, que c'est vilain
Tout le reste est du dressage
Tout le reste est de l'apprentissage
Femmes, hommes, enfants, bien dressés
Jugements de valeur, lieux communs, préjugés
Pour que le système reste en place
Pour que le système nous pétrifie, nous glace
Notre système nerveux central
Est entièrement codé par le capital
Nous en sommes la respiration
Ainsi, tôt ou tard, tout recommence, avec la fausse contestation
Nos corps en sont la représentation
Nous devons et devrons dépolluer nos têtes
La vraie pollution n'est pas ailleurs, je le répète
Sinon, très vite, tout redevient, tout reviendra très bête !
Pour espérer
Qu'un gouvernement, sur un projet, se renie
Il faut bloquer l'économie
De l'essence et des raffineries
Ainsi que tous les transports en commun
Les avions, le métro, les bus, le train
Les services administratifs et autres liens
Et c'est autrement plus efficace
Contre les pourris qui nous tracassent
Qu'une ou des manifestations
Qu'enfin, elle serve, la syndicalisation
Certes, du syndicat et de la collaboration de classe
Et quand enfin, il fait son boulot, cela agace
C'est un peu, par exemple, la CGT contre la CGT
Car à l'immobilisme, le plus souvent, elle est condamnée
Il serait temps enfin de bouger
Par l'économie, un pays peut se bloquer
Tout gouvernement, il faut le renverser
Toute autorité, il faut la nier
Mais il y a une complicité
Qui est bien cachée
Ce besoin de reconnaissance sociale
Comme feu ( 1571 - 1610 ) le peintre Le Caravage
Parfois mauvais garçon, parfois en rage
Qui ne voulut pas être maçon comme son père
Avec son compas, arme par destination, de naguère !
Ce besoin de reconnaissance du capital
Et tous les syndicats sont ainsi du capital
La CNT y est du moindre mal
Et à propos du djihadisme
Qui de la religion, est un fascisme
Le fascisme de la religion
Le dogmatisme de toute religion
Comme l'idéologie de la révolution
Qui n'est pas la révolution de l'idéologie
Et puis il y eut la puissance coloniale
Anglais, français, serviteurs du capital
Il y a certes plus de cent ans
Quand le colon était le tyran
Comme en Syrie, en Irak, au Liban
Division des territoires
Division des religions
Des particularismes locaux, la négation
Et des rivalités diverses, l'accentuation
Ce qui ne fut pas pour rien
Dans le fanatisme religieux, encore un lien
Le colonialisme exporte son fascisme
Le colonialisme exporte son capitalisme
De la fragmentation et du militarisme
Pour exacerber tous les nationalismes !
Mais
Ce sont les multinationales
Qui au capital, sont l'aliment principal
Bayer
42 milliards, le monde des affaires
118 000 salariés
Directement ou indirectement en complicité
Et c'est le Gaucho, pesticide néonicotinoïde
Tueur des abeilles, industrie rigide
Bayer
Dont la maison mère
Rime avec le terrifiant Zyklon B
Contre cela, trop tard pour un plan B
Monsanto
13 milliards, le monde des affaires
20.000 salariés
Directement ou indirectement en complicité
Roundup, des semences OGM, autres saletés
Du capital et de sa productivité
Et tout ce qui peut y participer
Ainsi
Il n'y a que des sots métiers
Dans une sotte société
Il ne faudrait donc jamais travailler
Ou alors, il faut saboter
Dans un monde totalement nazifié !
L'idée de la révolution
N'est pas la révolution de l'idée
Tant de gens ont écrit, écrivent, écriront
Cependant, jamais, nous ne changeons
Un pas en avant, trois pas en arrière
Toujours des politiques réactionnaires
192 dépôts d'essence en France
Les bloquer tous, voilà qui gênerait la finance
Dehors tous les gouvernements
Dehors tous les tyrans
Les propriétaires de l'idéologie
L'idéologie des propriétaires
Des régimes, des appareils, des propriétaires
Et avec le téléphone cellulaire
Les gens, les jeunes surtout, regardent par terre
Ils téléphonent en marchant
Et c'est la voiture obus et c'est l'accident
Tout est devenu de l'analyse prédictive
Avec des réseaux publicitaires comme rive
Qui mettent d'ailleurs tout aux enchères
Car sur l'ordinateur ou ailleurs
Et ce chaque jour de vingt-quatre heures
Tout comportement trace
C'est la trace du comportement
Achats par un chèque ou par une carte bancaire
Facebook, google, le même air
Amazon, Apple, sur votre façon de faire
Des algorithmes sont nos rythmes
Nos rythmes deviennent des algorithmes
Mais, je le sais bien
Pour la plupart des gens, moi, le vaurien
Tout ce que j'écris ne vaut rien
Oui, je le sais bien
Simplement, cela me défoule bien !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Paraphysique du chômage

20 Mai 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

Et moi
Qui suis retraité du chômage
Contre moi, le monde enrage
De tout le monde, je suis l'otage
Staliniens, fascistes, libéraux, démocrates, gauchistes
Et même de faux anarchistes
Donc, en fait, toute la représentation capitaliste
Donc, 30 ans de suite
Mais pas dans les mêmes régions
J'imagine votre fureur et votre consternation
Mais je suis à jour de mes cotisations
Et 5 ans, au moins, sans suite
Donc, à la louche, 35 ans, et un certain mérite
Record de France
Record d'Europe
Record du monde
Et autant de vraies études
En autodidacte, rien, je n'élude
Une sorte de bac plus 35
Mais hors de toute institution
Cela peut sembler de la prétention
Pourtant
Cela va vous désoler
Mais je puis tout prouver
Comme aussi
Champion de marche
50 km, 100 km, 200 km, je fus
Je fus
Tout ce que vous détestez
Je fus, je suis, aujourd'hui, du chômage, un retraité
Car avec toutes les formalités, c'est devenu un métier !
Et l'éternel retour
Du capital et sa cour
CGT = SS
Les syndicats contre la classe ouvrière
Ils ne sont là que pour la faire taire
CRS = SS
Au service de la pensée réactionnaire
Comme jadis, je pourrais à nouveau
Comme quoi cela n'était pas si idiot
L'inscrire sur les murs
Du fascisme renaissant, au fur et à mesure
Les vrais parasites
Les vrais casseurs, sans aucun mérite
Voilà bien la domesticité politique
Comme une marque de fabrique
Mais les gens sont si soumis
Si remplis de veulerie
Que tout est devenu interdit
Faire grève, contester, manifester, révolutionner
Et
Des gouvernements de plus en plus pourris
Et n'étant ni de droite ni de droite
C'est totalement que je les nie
Mais hélas
Personne ou si peu ne veut changer la vie
Mais hélas
Personne ou si peu ne veut l'anarchie !
Hollande, Sarkozy, Juppé, Valls, Le Pen
Voilà là de vrais casseurs, de mort, une véritable peine
De véritables tueurs
Le mépris comme unique faveur
Et tous ceux, et toutes celles, que j'oublie
D'un même pipi
Et encore, c'est très sain, le pipi
Toute une clique qui donne envie de vomir
Par le fait même de l'écrire
Vous faîtes des lois
Pour que le peuple n'ait plus aucun droit
Et vous volez, vous mentez, vous manipulez, vous tuez
Sans le risque pour cela, de vous voir inquiéter
La plupart, sinon tous, des juges, étant vos alliés
Et nos vies dépossédées, par vous, sont organisées
Comme donc aussi, le courrier qui en est distribué
73000 facteurs en France
Finalement, la vie de la finance
Comme la peur qui est fabriquée
Ce qui engendre 150.000 agents de sécurité
Toujours en France
Et aussi, c'est édifiant
Pour un parti aussi répugnant
111 450 militants et militantes au parti socialiste
Qui est cependant un vrai parti fasciste !
Cela n'est pas mieux
Dans les autres pays, soyons sérieux
Ainsi, en Suisse, c'est oublié
De environ 1950 jusqu'au moins 1980
Oui, au moins
Les enfants nés
Dans des milieux défavorisés
Comme fainéants, délinquants, étaient considérés
Et à sa famille biologique, chaque enfant était retiré
Dans des foyers, des orphelinats, l'enfant était placé et persécuté
Avec des tuteurs, pasteurs, instructeurs
Qui furent d'horribles persécuteurs
600 établissements de la terreur
Dont 300 aux mains des bonnes soeurs
Hommes nazis, femmes nazies, partout des pleurs
Et puis
Encore et toujours de la pédophilie
Des maisons de redressement
Enfants exploités par des paysans
Et les élus, notables, religieux, parents
Toute une hideuse complicité
Comme pour les filles-mères qui furent stérilisées
Psychiatrisées ou internées dans un pénitencier !
Fliciatrie
C'est-à-dire la psychiatrie
Toute une torture physique
Toute une torture psychologique
Certes
Cela était autrefois
Certes
De nos jours, cela paraît plus courtois
Société
Je te hais
Société
Rien ne me plaît
Voilà un bon slogan de manifestation
Pour ne pas être en retard d'une soumission
Car finalement
Le constater n'est aucunement déprimant
Tout ce qui paraît dans le spectacle, si livide
Est du néant enveloppé sous vide
Monde
Je voudrais te casser la gueule
C'est de l'humour pour qui n'est pas d'humeur veule
Tout est tellement dégueulasse
Nonobstant, personne ne s'en lasse !
Plus que génétique
Tout est psychosomatique
Même la taille des femmes
La femme mangeait moins et c'est infâme
Encore l'environnement
Cela dure depuis longtemps
D'ailleurs
C'est cyclique plus que linéaire
Le patriarcat n'a rien pour plaire
Capitalisme de la croissance
Croissance du capitalisme
Bref
Un problème d'alimentation
Se perpétuant de génération en génération
Et ce en toute inconscience
De l'éducation, éternelle constance
Gloubi-boulga
Et c'est la lutte des classes que voilà
Pour la taille, l'habitat, la culture, la sexualité
Et chaque classe dans ses préjugés
Le capital sait bien tout organiser
Aucun libre arbitre, aucune liberté
Par des multiples et diverses causes, tout est déterminé !
Et à propos de pauvreté
Qui ne rime pas avec liberté
Car de l'artifice, le riche peut acheter
Ainsi
En Angleterre
Pays ô combien réactionnaire
Cent livres par mois pour se chauffer
Prix du gaz et de l'électricité
Le pauvre ne peut donc avoir chaud
Car l'hiver, il fait froid, même s'il fait beau
Et donc, le pauvre finit par mourir
Pour le capital, une bouche de moins à nourrir
Une sorte de sélection, c'est triste à dire
Comme 40.000 en 2013
Pas seulement en Angleterre
Mais en Europe, quand c'est l'hiver
Le pauvre n'a pas de patrie
La misère est la même dans tout pays
De la précarité énergétique
De la précarité économique
7 millions en Allemagne
5 millions en Italie
8 millions en France
Elle est pas belle la vie !
Et à défaut d'un bonheur naturel
Il y a le succès du bonheur artificiel
Comme la chanson de feu ( 1934 - 1983 ) Jacques Debronckart
" J'suis heureux " , de ce chanteur à part
La télévision est là pour cela
La radio est là pour cela
C'est bien là l'effet spectateur
Quand de sa vie, l'on est pas l'actrice ou l'acteur
Mais tout aussi bien
Mais si madame
Tout est du même lien
Mais tout aussi bien
Mais si monsieur
Tout est du même lien
Le bistrot, le livre, l'église, le cinéma
Ou toute évasion qu'offre le capital, c'est bien ça
La même ivresse que voilà
Ou alors c'est la psilocybine
Une autre sorte de bibine
Agoniste des récepteurs sérotoninergiques
Non, je ne suis pas cynique
Ou aussi, l'acte sexuel
Mais la femme, en grossesse
Ne veut plus entendre parler de fesses
Certes
C'est à chacun et chacune sa came
Sinon, c'est la folie, le cerveau crame
Et pour ingurgiter sa dope, à chacun, à chacune, sa lame !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Simplexité de simplexification

15 Mai 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

" Plusieurs études démontrent la toxicité importante des gaz lacrymogènes dans une pièce confinée. Plusieurs études ont rapporté des décès dus à ces gaz. Ainsi, lorsqu'une personne reçoit des bombes à gaz lacrymogène à l'intérieur de son domicile et qu'elle n'arrive pas à sortir à l'extérieur ( cas des personnes âgées et des bébés ) elle risque de perdre la vie assez rapidement. Ces gaz sont aussi de puissants irritants pour les muqueuses et les voies respiratoires. De plus, ces gaz peuvent provoquer des effets mutagènes, tératogènes, nécrosants. "

Danger-Sante.org

310 millions d'armes
Pour l'Amérique c'est une came
Américains et américaines en raffolent
Dans la législation du pays, comme une colle
Pour femmes, hommes, enfants, mentalité folle
Donc, une arme, au moins, par personne
C'est à chaque porte que la bêtise sonne
Et cela n'est pas étonnant
Si ainsi tous les ans
50.000 personnes dont des milliers de jeunes
D'ailleurs, personne ne s'en étonne
Meurent sous les balles, des fusillades, des accidents
42 fois plus, c'est la probabilité, pourtant
Qu'une arme se retourne contre sa famille
Que contre un voleur, quand l'absurdité brille
C'est aussi l'open carry, complètement dément
L'arme portée à la ceinture
Aux USA, l'on joue aux durs
Dans les magasins aussi, cela est autorisé
Alors qu'y est interdite la crème glacée
Bref, s'armer est même recommandé
Il y a aussi des livres pour enfants
Et ainsi, à aimer les armes, on leur apprend
Ils sont entraînés au tir par leurs parents !
Mais
Cela génère un tel chiffre d'affaires
Dans cette Amérique si réactionnaire
7 milliards de dollars par an
Tout un marché pour parents et enfants
Et les armes plutôt que les supprimer
Des écoles où tout y est blindé
Où parfois, les professeurs sont armés
Toute une infrastructure blindée
Le mal par le mal
Avec le lobbying des armes, c'est fatal !
Et après
L'on fait un mauvais procès
Pour du verre brisé, dans des manifestations
En France, où souffle, enfin, le vent de la contestation
Avec toute la violence policière, interpellations, arrestations, mutilations
Oui
TOUT doit disparaître
Car TOUT nourrit ce monde
Il faut l'envoyer paître
Car TOUT y est immonde
Tout le personnel politique
Voilà le vrai casseur si frénétique
Et tous les partis, tous les syndicats
Toutes les associations
Toutes les organisations
Qui sont la contre-révolution
Mais erreur est toute généralisation
Néanmoins, cela est mon opinion
Le capital c'est bien cela
Le capital, et bien le voilà !
Le 12 mai 2016, une centaine de braves
Investirent les rails, sans faire de rave
Gare de Nantes que la manifestation submergeait
Avec mon drapeau d'anarchie, j'y étais
Mais par les gaz lacrymogènes nous fûmes chassés
Par les baceux nous fûmes délogés
L'important est d'avoir osé résister !
Dans le navire du capital
Le faux bonheur organisé est le vrai seul mal
Toutes les marchandisent s'y valent
Tout y est acheté
Tout y est loué
Tout y est prostitué
Et toute célébrité
Y est forcément en grande complicité
Il faut s'opposer, comme un prodigieux défi
Non plus contre la loi El connerie
Mais contre la loi, pour l'anarchie
Contre toutes lois des bourgeoisies
Et la loi El connerie
Est le paravent d'autres lois conneries
Même si la loi El connerie ne passait pas, par stratégie
D'autres, plus sournoises, passeraient ou passeront, c'est ainsi
Il n' y a de la sorte, qu'une seule solution
C'est une vraie révolution
Et pas
Sous le contrôle des organisations
Et pas
Sous le contrôle des partis et des syndicats
Cela commence à se savoir, voilà
Et leurs services d'ordre sont attaqués
Enfin, la jeunesse peut se radicaliser !
C'est la société spectaculaire marchande techno-industrielle
Qui est violente, hyperviolente, hyperhyperviolente
Qui est démente, hyperdémente, hyperhyperdémente
Pas ceux et celles
Qui toutes les injustices, contestent
Pas ceux et celles
Qui contre toutes les misères, protestent
Et à propos du showbiz
Qui au capital fait des bises
Toute une gravitation autour d'une courtisane
Julie Gayet, avec Hollande, pas en panne
La petite amie de Hollande, c'est un fait
Et les Agnès Varda, Isabelle Giordano, François Pinault
Catherine Deneuve, Jean-Michel Ribes, Marc Lavoine, Anne Hidalgo
Denis Podalydès, Pierre Lescure, Olivier Assayas, Audrey Azoulay
Julien Dray, tant d'autres, et le compte y serait
Au fascisme libéral cela plaît !
Pas esbaudissant
Tout est au service de la propagande du gouvernement
Celui d'un pouvoir, celui du moment
C'est un capital, le mensonge de la propagande
La propagande du mensonge qui jamais ne débande
Et à la télévision, et à la radio, toute une bande
Il s'agit de normaliser et d'endormir les consciences
D'un régime politique l'autre, une évidence
Et un exemple classique
Selon des intérêts économiques
Avant 1941, quand l'Amérique se croyait à l'abri
Trois américains, hommes et femmes, sur dix, c'est peu dit
Souhaitaient une paix séparée avec les nazis
Après l'attaque japonaise, sus aux nazis
De la terreur stalinienne, l'Amérique fit l'apologie
L'URSS n'était plus l'ennemie
Selon les temps de l'économie
Quand commun à d'autres nations est l'ennemi
La propagande est au plus malin
Tout y est étudié, rien n'est plus anodin

" Ils veulent tout de suite tous les objets montrés et abstraitement disponibles, parce qu'ils veulent en faire usage. De ce fait ils en récusent la valeur d'échange, la réalité marchande qui en est le moule, la motivation et la fin dernière, et qui a tout sélectionné. Par le vol et le cadeau, ils retrouvent un usage qui, aussitôt, dément la rationalité oppressive de la marchandise, qui fait apparaître ses relations et sa fabrication même comme arbitraires et non nécessaires . "

La planète malade ( Gallimard, 2004 ) Guy Debord

En 2016
On le sait pourtant bien !
Et c'est maintenant
Le monde et ses catastrophes annoncées, c'est cela qui devient attrayant
Comme le Rhône, le plus long fleuve qui se jette dans la mer Méditerranée
Au Sud de Lyon, couloir de chimie, tout y est pollué
Seveso, 15 km, de sites classés
Interdit d'y pêcher à pied
De moins en moins de sardines de Méditerranée
Poissons au PCB ( les polychlorobiphényles ) poissons empoisonnés
Et pour en manger
Sardines du Maroc, dans l'Atlantique, elles sont pêchées
Le capital et sa flexibilité
Le capital et sa simplexité
Simplexification pour mieux exploiter
Des mots compliqués pour mieux manipuler
Et deux millions d'intérimaires en France
Travaux les plus durs, exploitation à outrance
D'une exploitation l'autre, au faux partage, tout y est payant
D'une pollution l'autre, en vrai partage capitaliste, malheureusement
Pour sexer, manger, se vêtir, dormir, pout tout, il faut de l'argent
Tout est une marchandise et donc, tout se loue, tout s'achète, tout se vend
Force de travail, force de séduction, force de réflexion, force de compétition
Ce n'est pas inéluctable malédiction
Contre tout cela, une seule solution, une vraie révolution
Donc, d'une pollution l'autre, de la pérégrination
Et revoici les centrales à charbon
Villages détruits, forêts anéanties
Encore pire que le nucléaire, une tragédie
En Allemagne, il en va ainsi
Pour le soleil, pour le vent, il faut qu'on se magne
En Europe, 53 pour cent de l'énergie
De l'importation de l'Ukraine et de la Russie
Sans aucun vrai partage, au tout gratuit, TOUT est une guerre de l'énergie !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

49-3, la valse des sous-merdes

11 Mai 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

Sur Mars
C'est à 0 degré que l'eau se met à bouillir
Encore une question de pression, cela va sans dire
Pas besoin de 49-3 !
Dans tout l'Univers, la répétition
De diverses pressions en interaction
L'interaction des diverses pressions
Du politique à l'économique
Du physiologique au psychologique
Comme pour les comportements
L'interaction de ce qui s'apprend
Et c'est le bio industriel
Qui se fait la part belle
Avec nos sacs biologiques
En fait, encore de l'emballage pétrochimique
Pas besoin de 49-3 !
40 pour cent de la matière première
C'est pas moi qui exagère
Et donc des hydrocarbures
Mais le faux bio dit je le jure
Et si nos sols sont pollués
Le bio est forcément aussi contaminé
Par l'air, par l'eau, par divers produits
Le système a des effets collatéraux, c'est ainsi
Pas besoin de 49-3 !
C'est sur la Terre
Qu'il aurait fallu miser
Au lieu de la rendre inhabitable
En ruinant ou en gâchant son biotope
Pour cela, le capitalisme est au top
Ainsi, le prix de l'image sur la Lune
170 milliards de dollars, elle revint chère, la Lune !
Forcément
400.000 ingénieurs et techniciens
Ce fut un très grand machin
Donc, beaucoup d'argent, beaucoup de moyens
Des gens qu'il fallut bien payer
Pendant des années, sur ce projet lunaire, il fallut travailler
Pas besoin de 49-3 !
Mais les russes firent de même
Avec des robots, un autre thème
Pour cent fois moins cher
Avec des photographies aussi spectaculaires
Et des robonautes
Bientôt, remplaçant cosmonautes, astronautes, et autres nautes
Ce qui est sans doute banal
Pour des civilisations d'autres galaxies
L'imagination s'égare forcément ainsi
Toujours une copie, l'avatar, pas l'original
Contrairement au crétinisme gouvernemental
Faux socialisme et vrai fascisme libéral
Pas besoin de 49-3 !
2016, son porte-flingue est l'immonde Valls
Tant de gens à rééduquer
Pour qu'ils s'imprègnent d'humanité
Tueurs, casseurs, menteurs, pilleurs
Tout gouvernement est un grand malheur !
Sur notre planète Terre, des populations affamées
Hubble, télescope spatial, 13 milliards de dollars, il fallait oser
Et des changements dans la circulation atmosphérique
Une autre conséquence du réchauffement climatique
De ce fait
Pour l'Antarctique, cela n'est pas la fête
Il pleut quand il devrait neiger
Et les poussins manchots se mettent à geler
Horrible exemple pour l'imaginer
En ce domaine, tout peut se généraliser
Et puis avec l'éclairage artificiel
Pollution lumineuse comme le seul réel
Le ciel nocturne naturel
Presque disparu dans toute l'Europe
Et c'est lui qui passe pour irréel
Contre le capital, aucun frein, aucun stop
Pas besoin de 49-3 !
L'éclairage artificiel
Et pas seulement industriel
Empêche tout sommeil normal
Tout somnologue le sait, fatal
Inhibition de la mélatonine
Le rythme circadien qui se débine
Dans les bureaux et usines de demain
Logiciel pour ciel virtuel, naturel faussement malin !
Donc
Disparition de la nuit
Et tout un monde menacé
Insectes, oiseaux, chauves-souris
Qui vont devoir s'adapter
Qui se sont déjà adaptés
Néanmoins
Des insectes en disparition
Et les araignées en font une indigestion
Certes, les araignées ne sont pas des insectes
Le monde entier est une hideuse bête
Disparition de la nuit
Le jour en permanence
Lampadaires ineptes, aucune économie
Le capital est une crise de pure démence
Pas besoin de 49-3 !
Sauf en France
Les fascistes au pouvoir, 49-3 !
La sous-humanité au pouvoir, 49-3 !
C'est une grève générale illimitée
Soit des manifestations insurrectionnelles
Pour renverse ce gouvernement poubelle
Au minimum, faire cette loi, retirer
Sinon, le capital pourra TOUT se permettre
Une sorte d'expérimentation, il faut l'admettre
Mais, tout gouvernement est policier et réactionnaire
Toute contestation il veut la faire taire !
Une télévision ou des télévisions aux ordres
Une radio ou des radios aux ordres
Du monde spectaculaire marchand
De faux et pitoyables frondeurs, et un jour, le flambeau, cela reprend
Avec toute une infecte propagande
Pour que malgré tout, le peuple bande
Pas besoin de 49-3 !
Pourtant, après 1945
L'Europe était une gigantesque ruine
Des années pour tout reconstruire
Contre la faim, impossible de fuir
Et les têtes remplies de mines
Deux millions de femmes allemandes violées
Par des soldats russes, c'est bien cela, l'armée
Alors que peu avant
Il n'y avait pas si longtemps
Des femmes russes, et en grande quantité
Par les soldats allemands, furent violées
La sous-humanité
Est la plus grande ignominieuse absurdité !
Pas besoin de 49-3 !
Avant 1945 et après 1945
Quand partout il y avait des gravats
1940/1945
40 millions de personnes en errance
Dans l'Europe sans aucune providence
Travail du capital, capital du travail, et voilà !
Et le travail au noir
C'est à ne pas croire
20 milliards d'euros hors des cotisations sociales
Mais il s'en fiche bien le capital
Particuliers et entrepreneurs
Qui à la collectivité sociale sont des voleurs
Pas besoin de 49-3 !
Déjà
De toutes petites retraites
Détrousser les pauvres, c'est bête
Comme en France, 23000 colporteurs et distributeurs
Prospectus publicitaires, propager la merde, dur labeur
Du travail dissimulé
Beaucoup d'heures non payées
Petits boulots et grande précarité
Aussi
Fin du salariat
Aussi
Fin du patronat
Aussi
Fin du prolétariat
Aussi
Fin des classes sociales
Aussi
Fin du capital
Enfin, la révolution libertaire et sociale
Aussi
Fin des 49-3
Tout gouvernement
Est à vomir et à renverser
Leurs mandants et mandantes sont à bâtonner
Leur ôter tout pouvoir, les chasser
Les empailler pour ne pas oublier
Ce qu'est la sous-humanité
Soit ce qui empêche l'expression de l'humanité
Qui partout se reproduit
Qui partout nous envahit
Dans nos corps et nos esprits
Pas besoin de 49-3 !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Paraphysique du capharnaüm étatiste

8 Mai 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

" Pourquoi travaillez-vous ? Moi je soutiens que le seul but de la science consiste à soulager les peines de l'existence humaine. Quand des hommes de science intimidés par des hommes de pouvoir égoïstes se contentent d'amasser le savoir pour le savoir, la science peut s'en trouver mutilée, et vos nouvelles machines pourraient ne signifier que des tourments nouveaux. "

La vie de Galilée de Bertolt Brecht

Le langage de la foule
Qui surfe sur sa houle
Le langage du jardin
Avec la grelinette, voilà qui est bien
Le langage du silence
Et rien de plus vrai que le silence
Le langage du public
Soit admiratif ou soit critique
Le langage de toute dictature
Qui à la liberté est toujours parjure
Le langage de la manifestation
Soit de la réaction ou soit de la contestation
Le langage de la sexualité
Sexualité du langage, qui veut tout normer
Le langage de la guerre
La guerre du langage
Et chaque langage
Est un très lourd bagage
De tous les passés
De tous les présents
De tous les futurs
Cela n'est pas seulement
Forcément, le chant
Qui joue du corps de l'autre
Mais tout ce qui se veut apôtre
Certes
Le chant s'y prête bien
Même au très lointain
Ainsi, en écoutant feu ( 1923 - 1977 ) Maria Callas, si pathétique
Les aborigènes pleuraient sa détresse psychologique !
Et il y aurait de quoi pleurer
Sans jamais pouvoir s'arrêter
Aussi
Il a été indispensable d'étouffer les sensibilités
En effet, le capital
Ne produit que de l'inhumanité
En effet, le capital
Ne produit que de la superficialité
En effet, le capital
Ne produit que de la réaction
Compétition, comparaison, hiérarchisation
Ne produit que de la pollution
Ne produit que de la fragmentation
Le capital
Est le poison de tous les poisons
Le capital est le seul véritable casseur
Et non pas de jeunes gens chahuteurs
Deux ou trois vitrines brisées
Quelques policiers blessés
C'est une très très douce plaisanterie
En rapport au capital et à toutes ses tueries
Certes
Partout est la recherche de la dominance
Dominance rime pourtant avec décadence
Toujours une surenchère
Au plus réactionnaire
Au plus révolutionnaire
Et cela devient de la comptabilité
De la compétition pour se faire admirer
Mais, je n'en disconviens pas, le capital doit être cassé !
Mais il faut arrêter
De comparer, de compétitionner
C'est moi le moins cela
C'est moi le plus cela
C'est trop bête, voilà !
Donc
Production de la pollution
La pollution de la production
Comme le fluor des dentifrices
Dans nos dents tous les sévices
Mais aussi dans le thé
Surtout le bon marché
Les usines d'aluminium
Dans les gouttes, les comprimés, tout un optimum
Et la fluorose maladie des os
Le fluor, toxique, comme l'amiante, l'arsenic
De toutes les maladies, le capital est frénétique
Ainsi, même l'allaitement n'est plus beau
Fluor
Dans le lait des femmes
Sel fin, eau de bouteille et eau du robinet, tout un drame
Chaussures, moquettes, vêtements
Sacs à dos, autres, complètement délirant
PFC, les perfluorocarbures, tout un empoisonnement
Et même l'uranium fabriqué au fluor
La première bombe atomique en fut l'accord !
Et bien sûr, nos boîtes de pizzas
Et autres emballages que voilà
Tous les jours le fluor va au combat
Nos corps sont contaminés
Ce que nos mangeons
Ce que nous buvons
Ce que nous voyons
Ce que nous écoutons
Dans nos vêtements
Dans nos logements
L'eau, l'air, mers et océans, la terre, TOUT est pollué
Partout un tas de produits dérivés
Le capital est un fou qu'il faut enfermer
Le capital est complètement cinglé
C'est bien cela qu'il faut changer
Sans des leçons, se donner
Jeunes cons, jeunes connes
Contre vieux cons, vieilles connes
Vieux cons, vieilles connes
Contre jeunes cons, jeunes connes
Personne ne s'y calcule
Un mépris vraiment très nul
Et chacun et chacune dans sa connerie
C'est bien là le contraire de l'anarchie
Donc
C'est la guerre entre contestataires
La recherche de la dominance, aussi, entre libertaires
Ce qui n'a rien de révolutionnaire
Bien au contraire !
Bref...
Revenons à la pollution
Revenons à nos moutons
Mais tout est en interaction
Comme le bioDiesel
De tous les biocarburants
Soja, tournesol, colza
80 pour cent encore plus polluant
Que le combustible traditionnel, c'est charmant
Soit l'équivalent de 12 millions de voitures en plus
Encore une supercherie, en bonus
Et la voix, ce muscle vibratoire
Contre cela, si muette, à ne pas croire
Les cordes vocales, des codes vibrants
Et à l'appareil vaginal si ressemblant
Mais le vagin est plus connu et plus voyant
Et donc
Dans les écoles, lycées, universités, facultés
C'est surtout la rivalité qui s'apprend
Pas la solidarité surtout
Pas la fraternité surtout
Pas l'égalité surtout
Pas la liberté surtout
Mais à se fiche la tête sous l'eau
Le capitalisme est un permanent water-polo !
Rejeter la culture bourgeoise
Certes, il faut lui chercher des noises
Mais rejeter
La connaissance des mécanismes qui nous régissent
C'est idiot, car pour une vraie révolution, c'est la seule miss
Toute l'institution scolaire
Toute l'institution universitaire
Sont des institutions d'abrutissement
Formatage au bon conditionnement
Pour empêcher toute lucidité, tout épanouissement !
Et de ce fait
Tout se répète interminablement
Tout se répète inlassablement
Le dominé devient dominant
La dominée devient dominante
Le persécuté devient persécutant
La persécutée devient persécutante
Et le tout est à l'avenant
Et ainsi, 525 000 soldats allemands
En France, PG, prisonniers de guerre
De la guerre bourgeoise, bien réactionnaire
Soldats internés dans des camps
Pour la France, la redresser
Aciéries, champs, mines, divers chantiers
Mille, en déminant, se feront exploser !
Beaucoup moururent de faim
Car à manger, ils n'avaient presque rien
Une dette de guerre
1945 à 1948, et cela finit par déplaire
Une déportation
Pour la France en reconstruction
Puis la plupart, en Allemagne, lls repartiront
Mais certains, ils resteront
Toute guerre est un capharnaüm
C'est du cirque triste, pas du cirque Barnum
Mais personne ne veut vraiment y regimber
Tout le monde veut au contraire s'y distinguer
Surtout le soldat fanatisé
Il faut ainsi une politique nataliste
Surtout en France, ce pays si militariste
Ce qui explique l'interdiction de l'avortement
Il n'y a pas encore si longtemps
En 1972, avant la loi sur l'avortement
Des centaines de milliers d'avortements clandestins
Chaque année, un horrible destin
Et la femme culpabilisée
Au lieu d'être félicitée
Pourtant un autre mélioratif
Oui, l'antonyme de péjoratif
Chaque époque avec son câblage codage nerveux
Chaque époque avec son câblage codage odieux !
Et vive l'avortement et la contraception
Contraception masculine ou contraception féminine, c'est selon
Pour lutter contre le fléau de la surpopulation
Câblage économique
Câblage politique
Principe de l'attachement
L'attachement de principe
Besoin de l'attachement
L'attachement du besoin
Sécurisé, anxieux, évitant, désorganisé
Tout cela, dans l'économie aliénée, s'intégrant
De toutes façons
L'attachement sous le capital
Le capital sous l'attachement
Quand
30.000 éléphants, chaque année
Pour le trafic d'ivoire, sont tués
Quand en Italie, en 1980, les jeunes qui y sont nés
Et à 75 ans, l'espoir de devenir des retraités
Reniement de tous les acquis
Comme des faux souvenirs, des souvenirs induits
Et les Plant-Bottle de Coca-Cola
Du prétendu plastique végétal, c'est bien ça
Mais aussi lent à disparaître
Qu'une bouteille de plastique ordinaire, ô paraître
Le capital de l'anxiété pour tout ce qui vit, pour tout être !


Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Paraphysique du confusionnisme et de l'amalgamisme

3 Mai 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

" Tout enfant est révolutionnaire. Par lui, les lois de la création se renouvellent et foulent aux pieds tout ce que l'homme mûr a édifié contre elles : morale, préjugés, calculs, intérêts mesquins. L'enfant est le commencement et la fin du monde; lui seul comprend la vie parce qu'il s'y conforme, et je ne croirai à un meilleur avenir que le jour où la révolution sera faite sous le signe de l'enfance. Sorti de l'enfance, l'homme devient un monstre, il renie la vie, en se dédoublant hypocritement . "

Panaït Istrati ( 1884 - 1935 )

Les futurs Staline
Sont déjà parmi nous
Les futurs Trotski ou Lénine
Sont déjà parmi nous
Les futurs Hitler ou Pinochet
Sont déjà parmi nous
Les futurs Mussolini ou Hollande
Sont déjà parmi nous
Les futurs ceci ou cela
Les futurs hommes d'Etat
Et tous furent des leaders
Faux révolutionnaires ou vrais réactionnaires
Avec un discours logique
Sous telle ou telle étiquette politique
Et pas seulement à " Nuit debout "
La domination
Est toujours opportuniste
La domination
Est toujours carriériste
Contre seulement
Un aspect de la société aliénée
Jamais contre la totalité aliénée
C'est la mascarade de la fausse contestation
Avec les bureaucrates de certaines organisations
Et la bureaucratie
N'est ni de gauche, ni de droite
Ni de ceci ou de cela
Elle est bureaucrate, elle est pensée étroite !
Toutes les lois
Sont des lois comme la loi " El connerie "
Le singulier est pluriel, ô ironie
Et à quand
Une manifestation, contre le capital et toutes ses lois ?
Car le fonctionnement du monde
Est d'une colossale bêtise
Il faut qu'on se le dise
Oui, tous et toutes d'un seul ensemble, pour une autre ronde
Mais
Des petits groupes
Mais
Des petits clans
Mais
Des petites bandes
Toujours la même sarabande
Une seule solution
La masturbation, pardon, la révolution
Mais alors sans aucune séparation
Sans aucune corporation
Sans fixisme, au-delà même de l'anarchisme
De l'Etat, des classes sociales, des régions
De toutes les catégories, abolition
Théorie de grande unification
Et gratuité totale de tous les transports
France, Europe, Monde, pour tous les ports !
Socialisation des moyens de production
Conseils ouvriers, la propriété collective en autogestion
Et un pays, pour le paralyser
Il faut la grève générale illimitée
Toute l'économie il faut la bloquer
L'économie est le renoncement achevé de la vie
Et hélas, tout rapport humain la suit
Mais le capital montre les dents
Aux grévistes, manifestantes, manifestants
22 février 2014
Un oeil, vont perdre trois manifestants
Quentin Torselli
Emmanuel Derrien
Damien Tessier
Des tirs de LBD par des policiers
Déjà, le 27 novembre 2007
Le jeune Pierre Douillard, d'un oeil, fut mutilé
Encore un tir de LBD par un policier
J'y étais, je n'ai pas oublié
C'était à Nantes, ville rebelle
Où dans les gaz, tout semble irréel
Surréaliste aurait dit feu ( 1880 - 1918 ) Apollinaire
Des gens réveillés contre un monde réactionnaire !
Le capital est effet nocebo
Il ne peut plus faire le beau
Machine tueuse
Machine mafieuse
Machine odieuse
Machine pollueuse
Machine menteuse
Machine broyeuse
De toutes les innocences
De toutes les consciences
Ainsi
Automobiles à essence
Automobiles électriques
C'est une même démence
41 pour cent des particules fines du trafic
Sont émises, en suspension
Par les pneus, toute une abrasion
Du revêtement routier et des freins
Mais pour la loi du marché, c'est bien
Et c'est là, seulement, pour le réseau francilien
Car la technologie
Qui gouverne maintenant toute vie
Procède de l'effet placebo
Procède de l'effet nocebo
Avec sa méthode, son information
En Inde et en Chine, une usine de fabrication
Comme pour les médicaments génériques
Dont les principes actifs, c'est plus économique
Sont contenus à 80 pour cent, et c'est princeps le fictif !
Pendant un certain temps
Au dix-neuvième siècle, ce fut patent
C'était la mise à mort des animaux
Sur la place publique, cela puait, cela n'était pas beau
Du sang dans la rue
Avec les abattoirs, cela fut caché de la vue
Et à la même époque
Et à cela aucune équivoque
Des exécutions publiques
Hommes et animaux, le même cantique
Pour l'être humain, une punition
Pour l'animal non humain, une tradition
Car, elle est simpliste la réalité
Pour manger un animal, il faut bien le tuer
Aussi pour l'oublier
Cela fut le plus vite possible, caché
Virent le jour, donc, des abattoirs spécialisés
Le paradis pour tueurs légalisés
Ne plus empuanter les villes, et les odeurs associées
Directement
Indirectement
Nous participons de ce qui meurt
Nous participons de ce qui vit
Et même le rire est une tragédie !
Maintenant que la survie est attaquée
Et alors qu'elle devient une normalité
L'espérance de vie va diminuer
Ainsi
La France, en 2015
Pour les femmes, longévité espérée
C'est une moyenne de 85,1 ans
Pour les hommes, longévité espérée
C'est une moyenne de 78,9 ans
Mais avec le fascisme libéral
Tout ira de plus en plus mal
Et donc de la légitime contestation
Et donc de la légitime manifestation
Et à ce propos
Voilà qui est rigolo
La loi impose de déclarer toute manifestation
Et son parcours en préfecture, sauf à Nantes, une bonne tradition
Avec cela, tout syndicat est en acceptation
Il y a aussi les Douillard, famille connue et militante
Dont le père me tendit la main, sympathiquement
Dans une manif, avec son drapeau pirate, y'a pas longtemps
Je ne savais pas qui c'était, à ce moment
Mais je vis plus tard, sa photographie dans un journal
Fi des préjugés, ça alors, c'est pas mal !
Car si la mère me donna le bonjour, parfois
Le fils m'ignora sans cesse, ma foi
Sans doute trop vieux pour lui, voilà
Tout jeune, il était téméraire, il y a quelques années de cela
Dans les manifs du passé, le temps passe si vite, et c'est déjà !
Et sur des années et des années
L'on voit des jeunes vieillir
L'on voit des jeunes réfléchir
Parfois, on peut les voir grandir
Il y a toujours à apprendre de manifester !
Comme des fantômes, comme des apparitions
D'une manifestation l'autre, nous nous voyons
Sans vraiment jamais nous connaître
Dans nos idées, il faut bien paraître
Sans parfois aucun nom, aucun prénom
C'est un monde à part, la manifestation
Nous sommes de la chair à manifestation
Avec la chair à profit, la chair à canon
Et donc dans chaque nouvelle manifestation
Ni tout à fait la même
Pourtant, souvent, on l'aime
Ni tout à fait une autre
Car il y a toutes sortes d'apôtres
Beaucoup de gens s'ignorent
Certes, sans se souhaiter la mort
Des chapelles, des églises
Le futur tyran qui voudra qu'on l'élise
Confusionnisme de l'amalgamisme
Amalgamisme du confusionnisme
Il s'agit de noyer le poisson
Ainsi la presse du capital entretient la confusion
Des fascistes
Qui ne veulent plus être des fascistes
Comme le minable ( né en 1949 ) Alain Finkielkraut
Qui même à l'idiotie est de trop
Anciens et nouveaux salauds !
Et toutes nos ridicules disputes
Dont l'humanité est la pute
Alors que
L'ère de Planck
10 puissance 32 ( en K ) température de l'Univers
10 puissance moins 43, temps de l'Univers
10 puissance 19 ( en GeV ) énergie des particules
L'Univers ou Multivers, un drôle de bidule
Certes, sans confirmation expérimentale
Mais l'astroparticule deviendra banale
Jusqu'aux premières étoiles
Passant d'autres phases à grande voile
30 K température actuelle de l'Univers
10 puissance 8 ans temps de l'Univers
Et là, pas seulement théorique
Mais des observations astronomiques
Si nous savions relativiser toute chose
Pour sans cesse, tout remettre en cause
Vivre enfin sans aucune pause
Et toute une misère du besoin
Qui apparaîtrait à toutes et tous, comme concept vain
Béquilles idéologiques
Pour riches, pour pauvres, le même tragique
Béquilles religieuses
De la pensée peureuse et fumeuse
Toute une information de propagande
Le pillage des idées et des richesses est aux mains d'une petite bande
Révolution des mentalités
Et donc de chaque individualité
Connexions mutantes dans le monde entier
Voilà le seul truc qui devrait faire mouiller ou bander !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Tectonique d'embrasement neuronal suivi d'un article de 2010 " La pensée globale "

1 Mai 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

Tout mot est boxeur
Il a une histoire, son heure
Comme le mot islamophobie
De 1910, par feu Alain Quellien, c'est ainsi
Des mots remplacent d'autres mots
Les gaulois pour les romains
Les celtes pour les gaulois
C'est la nécessité qui fait loi
Le langage est toujours malin
De la Bretagne romaine
Donc, l'Angleterre d'aujourd'hui
Et toutes les tribus bretonnes
L'occupation romaine qui détonne
Brigantes, Ordovices, Silures
Icènes, Trinovantes, l'air y était pur
Certaines tribus, femmes et hommes, partisans
Avec l'occupant romain
Certaines tribus se révoltant
Contre l'occupant romain
Et la femme celte parfois cheffesse
Au statut respecté, pas seulement des fesses
Autant que le druide, ce philosophe
Vingt ans à l'école, maître des plantes, et de la strophe
Certes, des rituels avec sacrifices humains
Que ne comprirent, forcément jamais, les romains !
Frontière de l'anamorphose
Anamorphose de la frontière
Le capital des frontières
Les frontières du capital
Le monde découpé en morceaux
Par les propriétaires du monde, des idiots
Et de nouveaux pays
Et d'anciens pays
Qui changent, plus le même nom
Selon le bon vouloir de la réaction
Parfois, des villes aussi
Quand pour d'inavouables raisons, il faut les oublier
Et des mots aussi
Des modes et des bourgeoisies
1920, le mot bronzage
En fait, du soleil naturel
1935, le bronzage artificiel
En fait, du soleil artificiel
Et il est agréable d'être en l'état de nudité
Sous le soleil, une jouissance recherchée
Pour cela, je ne suis pas le dernier
Mais toute mode
D'une bourgeoisie éclairée est le code
Que l'on peut détourner et s'approprier
Dans une révolutionnaire oisiveté !
Il y a aussi
L'écologie industrielle ou artificielle
Il y a aussi
L'écologie naturelle
Déjà, avec les excréments humains
De l'énergie réutilisée, voilà qui est bien
Il le faudrait avec la sueur
Par jour, par être humain, un litre de sueur
Il le faudrait avec l'urine
Sans aucune humeur chagrine
Et toute une énergie naturelle
En opposition à toute l'énergie artificielle
Et donc, toute une activité industrielle
Produisant aussi bien des maladies artificielles
Ce qui fait penser au film " La belle verte "
Quand le corps et l'esprit sont à la fête
Mais, bien des idées qui nous paraissent vraies
Sont en fait fausses, ou dans le faux du vrai
Didier Raoult ( né en 1952 ) microbiologiste
Sur certains points en est l'apologiste
Certes, des virus géants, il est surtout spécialiste
Ainsi, pas de races, pas de nationalités
Depuis l'aube des temps, tout est si mélangé
Mes idées, il vient les confirmer
C'est intéressant qu'un savant vienne nous le prouver !
Et un petit exemple à méditer
18 octobre 1685, l'édit de Nantes est révoqué
200.000 français protestants vont ainsi fuir
En Angleterre, Suisse, Amérique du Nord, principalement finir
Et encore pendant longtemps
Des catholiques exterminant des protestants
Puis en août 1789
Sont enfin reconnus citoyennes et citoyens
Juifs, juives, gens de couleur, protestants et protestantes
Comédiens et comédiennes, toute une troupe insolente
Et des métiers
Aux juifs, aux protestants, certains furent réservés
Participant à l'expansion du capitalisme
La banque, l'industrie, la caisse d'épargne
Le protestant y mit toute sa hargne
Toujours des circonstances de la vie
C'est de chaque histoire humaine, le prix
L'usine de la religion, l'usine de l'idéologie
Chaque être humain en est le produit
Et il y a beaucoup de religions
Et il y a beaucoup d'idéologies
Qui sont toutes des béquilles à la raison
Qui fatalement immobilisent une vraie révolution
Mais cela n'a rien de sidérant
90 à 98 pour cent du fonctionnement de notre cerveau
Ne nous est pas conscient
Et des calculs non conscients
Avant qu'ils ne deviennent conscients !
Reconstruction de la réalité extérieure
Notre cerveau ne fait que cela
C'est une interprétation de la réalité
Ansi, le libre arbitre ne peut exister
Il n'y a que des traitements corticaux
Dans le vrai comme dans le faux
Du matin au soir, nous pataugeons dans le faux
La conscience de l'embrasement neuronal
L'embrasement neuronal de la conscience
Ainsi
Le rêve est un état où la conscience est modifiée
Car sans les contraintes de la réalité
Des connexions neuronales pour la prise de décision
Pour ou contre le capital, une engrammation
D'où la bataille du dressage et donc de l'éducation
Dressage comme institution des conformismes et de la soumission
Le nazisme sut bien le faire
Cohérence de l'idéologie réactionnaire
Et au moins, quatre enfants, le nazi devait faire
S'il voulait s'élever dans la hiérarchie nazie
Mais il pouvait avoir des relations hors du mariage
Pour la pureté raciale, copuler avec des femmes au jeune âge
Et partout en Europe, maternités secrètes, maternités raciales
22000 naissances de ce nazisme du capital
Lebensborn, personnel fanatique et dément, mais néanmoins compétent
Euthanasie pour les enfants déficients
Avec des baptêmes SS pour les autres enfants !
Et de tout, il faudrait douter
Non de toutes les atrocités passées
Car elle peut-être ignoble l'humanité
Mais simplement douter
De toute action, du bien-fondé
Mais simplement douter
De tout son processus de pensée
Tout doit être valable pour l'ensemble de l'humanité
Non pour soi, un sous-groupe, ou quelques personnalités
Sinon c'est forcément de la malhonnêteté
Et ainsi, peut-être, pouvoir éviter
L'autre n'est pas d'accord avec vous
Alors, il faut lui donner des coups
Alors, il faut le tuer
C'est bien ainsi
Que depuis des milliers d'années
L'humanité inhumanité ne cesse de fonctionner
Avec une sensibilité
Finalement assez peu développée
Et tout ce qui vit
Est de la mémoire qui agit
Et à sa façon, la plante aussi
Et à défaut de sentir la peur
Tout le vivant ressent de la douleur
Pour l'énergie de nos corps
Nous devons produire de la mort
De l'agressivité interspécifique
De l'agressivité intraspécifique
Voilà bien ce qui nous fabrique !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

La pensée globale

La pensée réductionniste et locale n ' est jamais holiste ou globale ...

" C ' est pour devenir toujours plus identique à lui - même , pour se rapprocher au mieux de la monotonie immobile , que l ' espace libre de la marchandise est désormais à tout instant modifié et reconstruit . "

Guy Debord , 1931 - 1994 , ( " La société du spectacle " , 1967 )

La retraite à 50 ans avec 9000 euros par mois pour les fonctionnaires de l ' UE a été approuvée ! cette année , 340 fonctionnaires partent à la retraite anticipée à 50 ans avec une pension de 9000 euros par mois ...
Qui est leur bulletin de paie ?
Vous et moi qui travaillons ou avons travaillé pour une pension de misère , alors que les employés / employées aux écritures des lois , se font des cadeaux dorés .
C ' est ainsi , une nouvelle forme de droit de cuissage par l ' argent .
Je lis un intéressant article sur Indymedia Toulouse , " On a toujours l ' âge de déserter " , qui pose subtilement la question de l ' utilité ou non de participer à tout ce qui entretient la société spectaculaire marchande techno - industrielle .
Et qu ' est - ce qui peut entretenir cette société spectaculaire marchande techno - industrielle ? pratiquement tous les actes de notre vie quotidienne ...
Et oui , le moindre acte de la vie courante , ne fait que renforcer cette entité , partout et nulle part à la fois , dont nous sommes tous et toutes les cellules .
Nous devons / devrons devenir des cellules cancéreuses à cette entité spectaculaire marchande techno - industrielle .
A qui va l ' argent de ce que nous achetons ?
A qui profite ou nuit réellement une manifestation ?
A qui profite réellement une grève salariale ?
A qui profite ou nuit nos révoltes , nos cris , nos douleurs , qui au même titre que toutes les soumissions renforcent la société spectaculaire marchande techno - industrielle ?
Et si nous voulons vivre l ' anarchie un jour , il nous faudra comme le pense l ' ethnologue Thierry Sallantin , fuir le navire spectaculaire marchand techno - industriel qui prend l ' eau de toutes parts , et où plus aucune relation humaine n ' est possible ...

" Nier : rien de tel pour émanciper l ' esprit .
Mais la négation n ' est féconde que le temps où nous nous évertuons à la conquérir et à nous l ' approprier ; une fois acquise , elle nous emprisonne : une chaîne comme une autre ."

E.M. Cioran , 1911 - 1995 , " ( La tentation d ' exister ) " Ed : Gallimard , 1956 )

Il nous faudra fonder des communautés libertaires écocentriques et affinitaires , comme des tribus indiennes , de l ' ici et maintenant ...
C ' est l ' affinitaire qui reste le moins évident , car un libertaire n ' est pas forcément affinitaire avec un ou une autre libertaire , au niveau du relationnel . Y ' a qu ' à voir dans les manifestations , et les groupes anarchistes sectaires entre eux , qui ne s ' adressent même pas la parole , pour une couleur de drapeau différente ou une organisation jugée comme rivale ...
Même si , il existe des affinités idéelles , cependant ...
Mais l ' idéel c ' est une chose , le relationnel c ' en est une autre !
Hélas ou heureusement ... qu ' en pensez - vous ?
A propos d ' ethnologie , j ' avais fait la connaissance au début des années 1970 , du futur ethnologue Patrice Godin , lors d ' une vente du mensuel libertaire " Le monde libertaire " ...
Et il m ' avait donné son adresse , que j ' avais notée sur un bout de papier , car nous devions nous retrouver un jour , pour discuter de son départ en Afrique de l ' Ouest , pour y aller étudier un peuple du Mali , les Dogons ...
M ' intéressant à l ' ethnologie et à l ' anthropologie , il m ' avait proposé de partir avec lui ...
Mais peu après , lors d ' une manifestation parisienne sauvage et donc interdite contre le racisme d ' Etat ( déjà ) , où il y avait plus de CRS avec leurs bidules , que de manifestants / manifestantes , je fus interpellé et mis en garde à vue , avec le bureaucrate Alain Geismar ( né en 1939 ) , qui avait entravé Mai 1968 de l ' intérieur , avec feu Michel Foucault ( 1926 - 1984 ) , ( voir le livre de feu Jaime Semprun ( 1947 - 2010 ) , " Précis de récupération " ) , ainsi que feu Claude Mauriac ( 1914 - 1996 ) , et beaucoup d ' autres plus anonymes , comme moi , pour le plus grand nombre ...
Tout ceci semblera bien loin aux jeunes générations , néanmoins , c ' est aussi l ' Histoire ...

" Les détenteurs de la " culture " sont des " flics " au service du système dominant . "

André Zurowski ( né en 1961 ) , poète d'Auvergne et Patrice Faubert, puète, ( né en 1951 ) lors d'une discussion téléphonique...

Et Geismar fit son numéro , pendant la garde à vue à Beaujon , semant la panique , et nous fîmes un feu de tous les papiers avec des adresses que nous avions sur nous , et du coup , je perdis les coordonnées de Patrice Godin , et comme je ne le revis jamais ... comme quoi , il faudrait tout mémoriser !
Comme quoi , aussi , des manifestations en tous genres , y ' en a eu , et cela a changé quoi ?
rien ou si peu ...
Un pas en avant , dix pas en arrière !
Il faut absolument une révolution psychologique ( voir mon article " La révolution psychologique " ) , car , tout est à l ' envers dans ce monde de la détestation généralisée , après avoir été à un moment , le monde de la détestation restreinte .
Ainsi , le poète , peintre , boxeur , Michael Gordon Peterson dit Charles Charlie Bronson ( né en 1952 au Pays de Galles ) .
Et qui est à ce jour , considéré comme le prisonnier le plus violent de Grande Bretagne , avec à ce jour , 34 années de prison , dont 30 en isolement carcéral .
Ce Peterson qui aurait pu être champion du monde de boxe ( dans sa catégorie ) , avec des gants , s ' il avait pu prendre la filière habituelle des salles de boxe ...
Et qui aurait pu être reconnu comme artiste à part entière , même par les 64 bourgeoisies de la bourgeoisie , s ' il n ' avait pas été braqueur de banque , et montreur de sa force herculéenne dans divers cirques , etc ...
Dans le monde des relations humaines , authentiques , TOUT est à faire , car toute vie devrait être tant dadaïste que lettriste dans son vécue journalier ...
Je vois , dans les manifestations , la séparation en pleine action , des gens qui ne vous disent jamais bonjour , soi disant " libertaires " , ( délit de sale gueule ? ) , les " jeunes " avec les " jeunes " , les " vieux " avec les " vieux " , et cela dans le milieu dit " anarchiste " ...

" Nous ne ferons fête que le jour de la révolution sociale , où , enfin heureux et libres , on dansera sur les ruines fumantes de la société capitaliste et gouvernante . Alors en Anarchie ce sera la fête du bonheur ."

" La Jacquerie " , 1893 , ( " Placard anarchiste affiché dans le quartier latin ) extrait de la défunte revue " Cette semaine "

Dîtes vous bien , disons - nous bien , qu ' il n ' y aura jamais de révolution sociale et libertaire , dans la séparation ...
Le comprenons - nous ?
Le comprenez - vous ?
Mais , me direz - vous , c ' est normal , les jeunes avec les jeunes , ( la nouvelle jeunesse du vieux monde ) , les vieux avec les vieux ( l ' ancienne jeunesse du vieux monde ) , car ils / elles ont des centres d ' intérêt en commun , des choses à se dire , en fonction de leurs expériences de leur propre espace temps socioculturel ... d ' un vécu qui serait propre à leurs âges ...
Stop ! c ' est de la bêtise pure et simple . C ' est encore l ' apprentissage de la séparation des êtres et des choses . Et cela n ' est en fait , que la séparation des apprentissages .
Aucune séparation ne favorise la révolution qui ne peut - être que globale !
Les affinités stirnériennes n ' ont pas forcément de rapport avec les âges de la vie . Les affinités attractives , même sexuelles , peuvent franchir sans aucun passeport , la frontière des âges de la vie , au grand dam des douaniers de la morale .
J ' ai souvent eu des compagnes beaucoup plus âgées que moi , et certaines fois , beaucoup plus jeunes que moi !
Vous voyez , nous voyons , que cela est facile à prouver !
Et au fond , le sectarisme est de l ' ordre de la séparation . La séparation est de l ' ordre du sectarisme .
Ce sont les deux nichons à lait , de la fausse conscience . Et nous avons tous et toutes été allaités par la séparation et le sectarisme , le nichon gauche sectarisme , le nichon droit séparation .
Toute idée arrêtée est au commissariat de police .

" Je crierai vengeance - je peux vous dire que je mourrais heureux de la main du bourreau si je savais que je serais vengé . Je veux dire " oeil pour oeil , dent pour dent " , et plus , puisque pour vaincre , il faut que pour chacun de nous , tombent cent de nos ennemis . "

Lettre de Bartolomeo Vanzetti ( 1888 - 1927 ) à Alice Blackwell

Toute idée arrêtée n ' a plus aucune possibilité d ' évoluer .
Toute idée arrêtée vous regarde de travers .
Toute idée arrêtée sort le révolver .
Toute idée arrêtée s ' est arrêtée ... toute seule .
Toute étiquette est devenue compromettante , même si celle de libertaire reste la plus belle . Et c ' est pourquoi , j ' ai pour ma poésie inconnue , introduit le terme de fumisme , je suis un poète fumiste !
Il faudrait que les anarchistes non encartés / encartées , encartés / encartées , et pas sectaires , donc pour la plupart , en dehors des organisations libertaires bureaucratisées , où les militants / militantes vous regardent de travers , et même parfois , comme un ennemi / une ennemie , si vous ne faîtes pas partie de la même chapelle , ( c ' est le mot idoine ) , qu ' eux /elles .
C ' est bien triste ! et c ' est pas vrai ... peut - être ?
Il y a parfois quelques exceptions , mais elles sont rares ... donc , il faudrait que tous les libertaires se parlent davantage , tissent des liens entre eux et elles , fassent des fêtes ensemble , pour enfin vivre l ' anarchie tout de suite , et pas dans 10.000 ans ... comme le chantait feu le poète libertaire Léo Ferré ( 1916 - 1993 ) , et même pourquoi pas , comme déjà dit dans cet anarticle , des communautés anarchistes , lieux de vie , qu ' ils soient formels ou informels ?
Car , il faudra bien y arriver un jour ou l ' autre , si nous voulons l ' avènement de l ' anarchie , qui sera avant tout , le seul véritable art , l ' art de vivre en collectivité libertaire .
Le collectivisme dans l ' individualisme , l ' individualisme dans le collectivisme . Un sacré challenge !
Cela ne se fera pas , dans la séparation et la mesquinerie .

" Les moyens doivent varier avec les occasions , étant entendu que tous les moyens sont bons qui combattent l ' apathie devant la fatalité économique et répandent le goût d ' intervenir sur le sort qui nous est fait . Si les mouvements contre les nuisances sont en France encore très faibles , ils n ' en sont pas moins le seul terrain pratique où l ' existence sociale revient en discussion . "

Extrait d ' une déclaration de " L ' Encyclopédie des Nuisances "

Nos têtes sont tellement polluées ( toi , moi , lui , elle ) des jugements de valeur , des lieux communs , des préjugés de toutes sortes , que chacun / chacune devra balayer dans sa tête avec le faubert ( balai de lavage ) , il nous faut / faudra fauberter sans cesse , comprendre que c ' est la concurrence entre les individus qui créent la rivalité et la compétition .
Sans compter les préjugés haines ( inconscients ) que nous avons entre nous / contre nous , les libertaires , sans savoir d ' où cela nous vient ...
Et ainsi l ' inconscient nous mène par le bout du nez ou de la verge ...
Et dès que l ' on pérore ou écrit en dehors des clous , cela vous / nous déplaît , n ' est - ce pas ?
Ce qui est certain , c ' est que les eaux de l ' économie devenue folle , montent , montent , et commencent à nous submerger , beaucoup trop encore , espèrent y trouver quelque endroit à sec ... déjà , il n ' y a plus assez de bouées pour tout le monde .
Et l ' on peut savoir bien nager et se noyer malgré tout dans les eaux profondes de la société spectaculaire marchande techno - industrielle , déjà à marée basse ... et bientôt à marée haute !
Je rends hommage à la lutte des exploités / exploitées de tous temps et de tous lieux , contre leur exploitation , comme ces jours - ci , en France , où l ' on commence à bloquer les centres pour l ' essence , ce sang des voitures , et ça , c ' est bien plus plus efficace qu ' une manifestation de kermesse syndicale ou pas ...
Pour ne jamais se tromper , il faut toujours être du côté du plus faible , même si le plus faible , une fois devenu fort , s ' en devient à son tour oppresseur ...
Et j ' ai connu cette époque ( surtout à Paris , bastion stalinien ) , où les syndicats bordels , nous pourchassaient dans les ruelles , rien qu à nos têtes de " situationnistes " et d ' anarchistes incontrôlables ...

" Certes , le Maréchal ils le respectent au R.N.P... Verdun ...Montoire ...ils sont tous de la Famille et de la Patrie ! Seulement autour de Pétain, à Vichy , ça pullule la clique des réactionnaires cléricaux ... gaullistes sournois , francs macs , militaires vaincus et contents . "

Alphonse Boudard , 1925 - 2000 , ( romancier , historien , maître de l ' argot ) , " Les combattants du petit bonheur " Ed : Folio

Tout aurait pu être si simple avec des mentalités structurées différemment , avec des mentalités révolutionnées , ouvertes à l ' anarchie , à la vie donc , avec un communisme de distribution , un socialisme de gratuité en toutes choses pour toutes choses , une solidarité de tous les instants .
Bref , l ' anarchie . Et l ' on pourrait même aller au - delà de l ' anarchie , au fur et à mesure des expérimentations révolutionnaires et libertaires , et ainsi même l ' étiquette " libertaire " ou autre , finirait par disparaître , avec toutes les idéologies et religions .
Car , en vérité , je vous le dis , ce qui existe vraiment , n ' a pas le besoin d ' être nommé .
Et si l ' on nomme quelque chose , c ' est que ce quelque chose n ' existe pas .
Ainsi , la liberté n ' existe pas , la fraternité n ' existe pas , l ' égalité n ' existe pas .
Si cela existait , il n ' y aurait pas le besoin d ' en parler ...
Allons donc , dans les manifestations , avec les plus faibles , quand nous le pouvons .
Allons donc , avec les grévistes , avec les plus faibles , quand nous le pouvons .
Allons donc , avec ceux et celles qui bloquent un processus de l ' économie , quand nous le pouvons . Et nous pourrons mourir ... fort l ' honneur !


Patrice Faubert ( 2010 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite