Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
patrice.faubert.over-blog.com

Trapps de la domination, trapps de l'aliénation

26 Mai 2015 , Rédigé par Patrice Faubert

Comme dit le proverbe
" Seuls les poissons morts suivent le courant "
Que le copain nantais Jacques P me cite souvent
Hélas, de tous les courants, c'est le même verbe
Tout peut s'utiliser
A sa façon, tout peut s'interpréter
Comme
Des espagnols
Qui pensent que le soleil
Tourne autour de la Terre, c'est 25 pour cent
Comme
Des espagnols
Qui croient que les dinosaures
Vivaient au temps des hommes, c'est 30 pour cent
Pourtant, 60 millions d'années les séparent
Environ, certes, mais cela effare
C'est là le résultat du franquisme
Avec le tout-puissant catholicisme
Et puis leurs journaux, la radio, la télé
Qui surent si bien les conditionner !
Mais d'une façon l'autre, dans beaucoup de pays
Il en va ainsi
Et même dans chaque pays
C'est pas seulement d'hier mais d'aujourd'hui
Et donc, dans tous les pays
La propagande nous nourrit
La propagande nous vomit
Nous en sommes les images
Nous en sommes les cages
Et si l'univers est plat
Si la lumière se déplace en ligne droite
Mais la pensée est si étroite
Qu'il faut douter de tout, voilà !
Certes, l'infiniment petit
Est en puissance de l'infiniment grand
C'est l'univers toujours changeant
De super chaud à super froid
Ce qui met la matière en émoi
C'est le vide quantique, fluctuant
Et du reste flagrant
Comme sur notre télévision d'autrefois
Le fond diffus cosmologique
Qui dans certaines conditions, s'y affichait
Pourtant aucun étonnement, aucune panique
C'était comme du blanc qui pétille sur du noir
Une étrange soupe électronique, il fallait le voir
13 mai 1965, pour comprendre la débine
380.000 ans après Big Bang, tout se combine
Le commencement du temps
Le temps du commencement
Ensemencement du temps
Temps de l'ensemencement
Physique de la nature
Nature de la physique
C'est quoi après ? C'est quoi avant ?
Physique d'autres lois
Lois d'une autre physique
Pas d'avant, pas d'après, tout est là
Ou plusieurs univers dans le même univers
Ou les univers du multivers
Chaque jour de nouvelles confidences
Chaque jour nous renvoie à notre ignorance
Mais de tout
Nous faisons des habitudes
Mais de tout
Nous faisons des certitudes
Mais de tout
Nous faisons des autorités
Mais de tout
Nous faisons des dominants et des dominés
Femmes, hommes, enfants, il ne faut pas l'ignorer
Ainsi, la vie n'est jamais belle
Ne peut jamais être belle
Pour moi, toi, eux, ils, elles
Tout est approximatif
Cependant, tout se veut affirmatif
Comme la divergence loup/chien
17000 ans, 27000 ans, 35000 ans, toujours plus loin
Quand le loup est devenu domestique
Quand la nourriture n'était pas encore chimique
Cela prouve pourtant une chose
De date, malgré les désaccords
Et pour une fois, un accord
L'agressivité n'est pas incluse comme seule pose
Dans le cerveau du loup
C'est pourtant simple, c'est fou
Sinon, il aurait été impossible de le domestiquer
Et cela, souvent, on peut le généraliser
Mais, certes, il ne faut pas tout mélanger !
Prosaïquement
Tout l'apprentissage humain est de la recherche de dominance
Dès le berceau, dès l'école, la recherche de la dominance
Entre individus, entre organisations, entre syndicats
Ou encore entre ceci ou cela
Nos encéphales pleins de ce caca
Et donc, ainsi
Nous voulons toutes et tous dominer
Voilà, en vérité, ce que nous avons appris
Depuis des milliers d'années
Et la fin de la matrilinéarité
Cette engrammation est imitée et répétée !
Tout produit donc de la dominance
C'est du capitalisme privé ou étatique, la seule danse
Les arts, le sport, la science, le travail, et tout un caravansérail
Aucune ambivalence, maille après maille
Dominance de la connaissance
Mais rarement connaissance de la dominance
Culture de la dominance
Dominance de la culture
Toujours des diverses bourgeoisies
Et à l'anarchie le plus grand mépris
Tous nos rapports humains
Qui sont si peu humains
Des diverses dominances, sont complètement imprégnés
Contre cela, aucune manifestation, personne ne veut manifester
Alors que tout en découle, tout y est lié
A tous les postes sont les gens de la domination
Au sein même de la contestation !
Comme cette manifestation contre Monsanto
Où il n'y a aucun toto
Pourquoi pas une manifestation contre le capitalisme ?
Puisque tout est le produit du capitalisme !
Mais la pensée séparée produit du réductionnisme
Et ainsi, elle peut récupérer ou se faire récupérer
Toute manifestation qui n'est pas globale
Et c'est complètement fatal
Ne produit que de la récupération et nourrit le capital !
Nous sommes contre ceci
Mais pas contre cela
Contre les OGM, c'est déjà cela
Mais pas contre toutes les hiérarchies, tout est dit
Dame, sinon cela serait l'anarchie
Comment osez-vous, vil malappris
Qui ose dénoncer toutes les panoplies
Des vêtements de la religion et de l'idéologie
Nous sommes pour ceci
Nous sommes contre cela
Mais hélas, souvent, tout se vaut, voilà
Le capital, de tout, fait ses choux gras
Contre le pour
Pour le contre
Le capital à du tac au tac
C'est à la lettre du feu ( 1893 - 1975 ) André Isaac dit Pierre Dac
Le capital nous tait
Nous sommes ses vaches à lait, il nous trait
Comme dans la plupart de nos discussions
Dans lesquelles nous nous taisons
La parole nous nous coupons
Jamais nous ne nous écoutons
Impossible d'en placer une
Des mitraillettes de la parole, l'écoute, aucune
Le capital à de nombreuses ailes
C'est moi, toi, eux, ils, elles !
Ce sont tous les visages de la domination
Toi, moi, eux, ils, elles, nous la représentons
Nonobstant
C'est à des degrés divers
A nos postes, dans des classes particulières
Avec des discours logiques
De la persuasion du fanatique
La domination est une tumeur
Elle est de toutes nos heures
Nos chefs, nos gourous, nos leaders, nos penseurs
Tout ce qui fait notre malheur
Tout ce qui fait notre peur
Nous sommes les autres
Nous sommes ce que nous leur reprochons
Des autres, nous sommes les apôtres
C'est là le secret de la domination !
Et ainsi, nous revenons
Au fond diffus cosmologique
Qui n'est justement, ni dans la domination
Qui n'est justement, ni dans la séparation
Comme un contraire analogique
Quand rien ne s'associe
Quand rien ne se dissocie
Quand rien ne se contredit
Quand rien ne s'interdit
Pas plus que tout est permis
La physique de l'anarchie
L'anarchie de la physique
La seule harmonie, la seule musique
Si loin de toute répugnante politique
Où la vérité est toujours cachée
Comme la lutte des ouvrières et ouvriers
Pour l'obtention des congés payés
Ou sur les jours fériés
Qui sont de la guerre
Qui sont de la religion
N'importe qui peut le constater
Cela n'est pas du bidon
Premier mai, fête du travail
Fête de l'aliénation
C'est le syndicat qui braille
Pour la fête pétainiste, une astucieuse trouvaille
Certes, à l'origine, à la mémoire d'anarchistes américains
Mais de nos jours, qui s'en souvient ?
Pour les autres jours aussi
Fête de la domination, en prison, l'anarchie
Certes, tout a été dit
Et bien moi, je le redis
Le monde, notre monde est en guerre
Depuis la fin du matrilinéaire
Sauf pour des savants réactionnaires
C'est tout ce que nous avons su faire
Et donc depuis des millénaires
Les mères, les enfants, les pères
Où toutes les vies sont échouées, amères !

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien


Partager cet article

Repost 0