Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
patrice.faubert.over-blog.com

Paraphysique anamnèse de la ZAD

20 Février 2015 , Rédigé par Patrice Faubert

Il n'y a pas
De lundi, de mardi
De mercredi, de jeudi
De vendredi, de samedi, de dimanche
De l'économie c'est la revanche
Ce sont des repères économiques
Au service des diverses politiques
Mais c'est tout à fait arbitraire
C'est encore et toujours de la guerre
Jours travaillés
Jours de congés payés
Tout cela a une histoire
Dont est perdu le savoir
Le temps écoulé
L'économie veut le mesurer
L'économie en fait un marché
Idéologies et religions en sont la complicité
Travail du lobby
Lobby du travail
Le divertissement des lobbys
Les lobbys du divertissement
Il n'y a pas de jours précis
Il y a simplement de l'économie
Par les classes dominantes, tout est régi
De tous temps, il en fut ainsi !
Les goûts, les modes, les envies
Cela est imposé par les classes dominantes
Pour imposer la domination, elles sont savantes
Et chaque goût qui se croit personnel
Est en vérité on ne peut plus impersonnel
Tout être humain
Est produit par son temps
Est le produit de son temps
Tout être humain
Est une création
Du temps de la domination
Du temps de sa domination
Tout être humain
A ce temps, est une soumission
Une vraie révolution
A ce temps, ne pourra faire aucune exemption
Car nous dénonçons la domination
Avec les mots de la domination
C'est ce qui impulse son éternelle perpétuation
Car c'est là le langage de la domination
En sublimation de toutes les frustrations
De ce fait, aucun mot n'est pleutre
De ce fait, aucun mot n'est neutre !
La domination des jeux
Les jeux de la domination
L'économie de la domination
La domination de l'économie
Pour tout il en va ainsi
Comme le pavage ( 1185 ) des rues de Paris
Par feu ( 1165-1223 ) Philippe Auguste, qui en eut l'envie
Et après, tout ce qui va avec, suit
Comme le sac plastique poubelle
C'est le même processus aussi
Cela puait
Le problème des déchets
Dès 1950, à New York, mais dès 1883, à Paris
Pour de grosses bennes à déchets du préfet Poubelle
Il avait même pensé au tri
Mais les gens de Paris en firent fi
Et rien qu'à Paris aujourd'hui
C'est 1,2 million de tonnes de déchets
Par an, de l'ordure, cela en fait
Car en 1656, la future ville de New York, premier décret
Pour un règlement sur les ordures
Pour ne plus tout jeter à la rivière, au fur et à mesure
Sans parler du problème des excréments, c'est un fait
Parfois, c'est la mafia qui gère les ordures des villes
Personne d'autre ne veut y toucher, c'est de la matière vile
Mais cependant, autrefois
A l'époque des rois
Très peu de gens se lavaient
Ou rarement comme les rois
C'est la médecine du moment qui fait loi !
Et tout le foin que l'on fait
Pour le coït chez l'être humain
3 à 7 minutes pour une si longue obsession
Pour s'englober à tout, la seule façon
A moins d'être un as de la méditation
Et puis la femme est clitoridienne
Le vagin n'est pas dans la moyenne
Peu importe au clitoris la longueur du pénis
Sauf pour les obsédés du cliché, ce vice
Car la verge c'est 14,5 cm environ
Et ce en pleine érection
Certes, avec parfois du plus ou du moins
Mais c'est la taille du pénis moyen
Et encore, pour certains sexologues
Comme pour certains urologues
C'est encore exagéré
Mais le mâle il faut le faire fantasmer
Et certes un peu plus petit chez le coréen
Et certes un peu plus long chez l'africain
Mais pour la jouissance féminine cela ne vaut rien
La femme s'en fiche pour son orgasme clitoridien !
Bref
Cela n'a aucune importance
En ce qui concerne la jouissance
Cela n'est pas comme les CDD
Les contrats de travail à durée déterminée
Pour mieux les gens, les exploiter
Et 83 pour cent des contrats de travail
Mais il faut bien se faire de la maille
Sont en France, présentement, à durée limitée
En 2013, cela a été vérifié !
Et de plus en plus il faut travailler
Pour de moins en moins, sa vie, la gagner
Et en fait, sous le règne du capital
Et même au moindre mal
Nous passons nos vies à les perdre
Avec du temps, mais sans argent, au chômage
Avec peu de temps, mais de l'argent, pour des mirages
Rien n'est à gagner, tout est à perdre
Il faut bien nous le faire oublier
Le capital, à cet effet, a bien tout organisé
Nous sommes en place sur son échiquier
Célibataires, séparés, divorcés ou mariés
Riches ou pauvres une même différente pauvreté
Tout est implacablement déterminé
Car l'organisation du capital est sans aucune liberté !
Tout participe à son maintien
A part quelques écologistes anarchistes qui sont son frein
Oui tout renforce le nationalisme
Et l'étatisme européiste
Comme la manifestation du 18 février 2014
A Kiev en Ukraine
Pour renverser le régime ne fut pas veine
Environ 100 morts et des milliers de blessés
Avec des affrontements frontaux avec les policiers
Qui furent souvent bastonnés et débordés
Et qui finirent par tirer avec des balles réelles
Sur eux et sur elles
Cela ne dura pas qu'un seul jour
Il fallait garder sa place, prendre son tour
Cela fit penser au Zengakuren au Japon
Un mouvement étudiant communiste révolutionnaire
Qui aux policiers, jadis, donnaient des gnons
Comme quoi, bien équipés et motivés, tout peut se faire
Les flics attaqués par des gens qui manifestent
La peur qui change de camp, c'est la vraie fête !
Mais hélas
C'est pour faire, le plus souvent, le jeu de la tyrannie
Mais hélas
Cela n'est pas pour proclamer l'anarchie
Et il en va ainsi
Dans tous les pays
Mais cela signifie aussi
Qu'une foule de gens, bien décidés et armés ou pas armés
Les policiers, l'armée, rien ne pourrait les arrêter
Il suffirait d'une vraie conviction
Pour faire enfin une vraie révolution
Mais la sempiternelle nouvelle jeunesse du vieux monde
Toujours bernée par le fascisme, par l'immonde
Et c'est la fausse conscience qui gronde !
Et la révolte de la fragmentation
N'est que la fragmentation de la révolte
La résistance de ce temps, c'est la ZAD, zone à défendre
Lorsque à la nature, la vie artificielle veut tout prendre
Chaque temps à sa lutte symbolique et spécifique
La ZAD contre le tout technologique
Notre-Dame-des-Landes, barrage de Sivens, et les autres
Toute cette résistance est nôtre
Mais c'est aussi l'histoire de l'anamnèse
Qui est l'anamnèse de l'Histoire !
Mais il y a de plus en plus de conspirateurs
Mais nervis pour que le capital demeure
Le capital cette acédie comme seul bonheur
En dehors de lui, tout serait malheur
Et nos têtes pleines de cette nosophobie, de cette férocité
Et nos têtes pleines d'agressivité
Le capital sait bien nous conditionner pour nous séparer
Le capital est sans aucune vie
Tout y est le vêtement du nazi
Chacun et chacune à l'autre est le pire ennemi !


Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Partager cet article

Repost 0