Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
patrice.faubert.over-blog.com

Articles récents

Stéréotypie des idéologies dominantes

20 Juillet 2017 , Rédigé par Patrice Faubert

Moi
Comment je vis ?
Toi
Comment tu vis ?
Qu'ai-je fais aujourd'hui
Qu'as-tu fait aujourd'hui
Au jour d'aujourd'hui
Est une tautologie
Et si l'espèce humaine
N'était qu'une espèce inhumaine ?
Une saloperie ou une tragi-comédie
La seule langue vraiment écrite ou parlée
Est le dominant
Du plus petit au plus grand
Le langage de la domination
Y est une transpiration
La seule langue vraiment apprise
Dans ce domaine, rien d'inné, langue acquise
Donc, partout, s'expose ce langage de la domination
Tout y est classifié
Tout y est fragmenté
Tout y est morcelé
Tout y est expérimenté
Tout y est supériorité
Tout y est infériorité
Tout y est divisé, tout y est séparé
En rien, il ne peut y avoir d'unité
Une vie de médiocrité
Pour les riches
Une vie de médiocrité
Pour les pauvres !
Des femmes pour les riches
J'en veux une, chiche
Des femmes pour les pauvres
De l'usine pour riches
De l'usine pour les pauvres
Des femmes conditionnées
Pour se faire dominer
Des femmes engrammées
Pour au plus offrant, aller
Comme chez certaines espèces d'araignées
Aimant le baratin et la sécurité
De ce fait, souvent, la femme se fait bluffer
L'homme prêt à tout
Pour pouvoir tirer son coup
La fausse conscience est partout
Comme à l'ENS en France
L'Ecole Normale Supérieure
Pour la société marchande, l'option la meilleure
Pour le renouvellement de ses cadres, experts menteurs
Avec tout un faux engagement
Toute une fausse contestation, évidemment
Le monde entier
Est aux mains des diverses bourgeoisies
Nous en portons tous et toutes les habits
Comme une dictature invisible
D'être trop justement visible
Il y a donc des thérapies
Qui sont celles des bourgeoisies
Alors que la seule efficace thérapie
Serait l'abolition de l'économie !
Et contre la poisse
Et contre l'angoisse
Rien ne vaudrait un sein en bouche
Rien ne vaudrait une vulve en bouche
Mais, la plupart du temps, c'est pas touche
Cet exemple va nous paraître louche
Nonobstant, si simple, qu'il fait mouche
Il faudrait, pour cela, d'autres mentalités
Tout s'apprenant, tout pourrait donc radicalement se transformer
En tout, pour tout, de A à Z, mutation psychologique généralisée
Tout ce que l'on ne peut même pas envisager
Mais du capital
Mais du fascisme libéral
Et de toutes les multinationales
Chaque jour, nous prenons la douche
Des identités factices
Des conformités au supplice
Et puis cette terrifiante surpopulation
Un tabou dans toute discussion
Ou fausse question, du nombre faible de leur population
Des expulsions, de la discrimination
Les Roms, comme bouc émissaire
De toutes sortes de réactionnaires
2015, en France
Quatre millions d'étrangers en France
Pourtant, seulement quinze à vingt mille Roms
Donc, autant qu'à Berlin, cela détonne
Alors, que pour l'Histoire, une évidence
Les vrais français de souche sont des Roms !
Tziganes d'Europe de l'Est
Gipsies anglais
Manouches français
Sintis allemands
Gitans espagnols
Zingaris italiens
Les véritables souches de nombreux pays
Certes, cela déplaît aux divers fascistes et aux divers nazis
Comme la France, pays de fascistes
Comme la France, pays de racistes
D'ailleurs
Les Roms ne migrent pas plus que quiconque
Les dénigrer est devenu quelconque
Ces gens restent là où ils sont
Mais sont contraints de partir avec les expulsions
Des gens comme tout le monde
Mais traités différemment de tout le monde
Il n'y a pourtant
Que dix millions de Roms en Europe
Le vrai problème, c'est le fascisme libéral, au top
Avec de faux discours agglutinés
Finissant en consensus de vérité
Aux Roms tout est interdit
L'état dénonçant ce qu'il produit
Et aussi, distraire des véritables enjeux
Des crachats du capital aux gens de peu
Avec toute une reproduction des stéréotypes
Les fractions du capital y font équipe
De la représentation politique
Reproduction massive des préjugés
Reproduction massive des lieux communs
Reproduction massive des jugements de valeur
La vie quotidienne en permanente erreur
En permanente TERREUR !
 
Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien
 
 
 

Lire la suite

Biomorphisme anéchoïque

15 Juillet 2017 , Rédigé par Patrice Faubert

Natzweiler-Struthof
Près de Strasbourg, avec voix off
De 1942 à 1944
Camp d'extermination en France
Pour les médecins nazis, seule romance
Des expérimentations médicales
Cobayes humains, pas le moindre autre animal
Et en toute impunité
Des médecins nazis jamais jugés
Pas étonnant, le monde est maintenant normalisé, nazifié
Ahnenerbe, en 1935, organisme fondé
Criminels savants
Savants criminels
Au service du nazisme
Au service du capitalisme
Sous la direction de feu Himmler
Aujourd'hui, d'autres mains de fer
Psychopathes au firmament génocidaire
Au capital, c'est tout un frigidaire
Donc, pas si différents
Des racistes américains blancs
Assassinant ou lynchant, ou tabassant
Des Afro-Américains, forcément
Ainsi :
Rodney King
Latasha Harlins
D'autres, de la bêtise, sur le ring
Assassinés par l'américain dit moyen
Le nazi peut ne pas se dire nazi
D'autres temps, d'autres pays !
Les bourgeoisies
Sont devenues subtilement nazies
En imposant un style de vie
Aux bourgeoisies
Le capital laisse, le divertissement, les arts
Quant à la vieille aristocratie
Le capital lui  laisse les armes
Pour y trouver son compte , y trouver sa part
Les de, chefs des armées
Les de, chefs de bureaux
En France, un classique obstiné
Toute une collusion d'idiots
Ainsi
Le tueur de l'hyper Cacher de Vincennes
Tout un processus de refoulement et de haine
Fut armé par un indicateur d'extrême droite du capital
Du fanatique religieux Amedy Coulibaly
Au Claude Hermant, informateur, donc, de la gendarmerie
Et tout fonctionne ainsi
Petit exemple où tout est dit
La société spectaculaire marchande techno-industrielle
Ne peut à personne faire la vie belle
Ou alors dans une poubelle
Car tout y est putain
Tout y est maquereau, tout y est vilain
Où le stalinien traite l'autre de stalinien
Où le nazi traite l'autre de nazi
Où le fasciste traite l'autre de fasciste
Où le capitaliste traite l'autre de capitaliste
De bourgeois, de racaille, de ceci ou de cela
L'imaginaire de tous les cas
Et bien évidemment, personne n'y comprend plus rien !
Vraiment
Les nazis ont fait des petits
Le monde est une chambre à gaz, c'est ainsi
De ce fait, c'est aussi
Air ambiant, air pollué
Comme binôme de parfaite égalité
En 2013, 2,9 millions de personnes tuées
Dans le monde, comme la guerre toujours continuée
Et si l'on veut y ajouter
La pollution dans les foyers
Utilisation de combustibles solides pour se chauffer
Ou simplement pour cuisiner
Alors, c'est à 5,5 millions de morts, que le nombre peut s'élever
Et aussi :
Toutes les maladies cardiovasculaires
Toutes les maladies pulmonaires
Des poumons, des cancers
Toutes les gabegies, pour les traire
Personne ne semblant trop y croire
Une force d'inertie sans précédent
Tendre le cou au tranchant
Le capital est une pièce anéchoïque
Chaque personne en devient sourde
Où tout s'architecture en bourde
Le bruit du capital
Est en fait un terrifiant silence
Où ne peut se faire aucune résilience
Où dans le sang, ne circule que de la démence !
Alors
Que chaque être humain
Devient l'ennemi de tout être humain
Où toute vie est une vie d'isolement
Dans la solitude, comme entourée de gens
La maîtrise des matériaux conducteurs
Devenant des isolants, la future terreur
Neuromorphique serait le prochain ordinateur
Le neurone naturel
Le neurone artificiel
Alors
Que dans la même unité de temps
Hyper réactionnaire est l'esprit du temps
Si l'on considère, reculant dans le temps
En 1946-1947, " Le Libertaire "
De la " Fédération Anarchiste ", première manière
Tirait donc à 100.000 exemplaires
Certes, c'était pas si révolutionnaire
L'on recule, l'on recule, l'on recule
C'est de plus en plus ridicule
Vite, de putain du capital, que je l'encule
Qui veut être la cheffesse , qui veut être le chef
Une balle, une rafale
Qui veut dominer
Une balle, une rafale
Qui veut commander
Une balle, une rafale
Qui veut se soumettre
Une balle, une rafale
Le monde entier est une impasse
L'anarchie, ou bien tout, de plus en plus dégueulasse !
 
Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien
 
 
 
 

Lire la suite

Enfants du smartphone, enfants de l'iPhone, enfants tablettes, enfants carpettes

10 Juillet 2017 , Rédigé par Patrice Faubert

Juillet 1962
Indépendance de l'Algérie
Pour devenir un nationalisme exacerbé
19 juin 1965
Un coup d'Etat, pensé et parachevé par l'armée
D'un prétendu " Conseil de la Révolution "
La farce était loin d'être finie
Militarisation de la droitisation
Droitisation de la militarisation
Avec déjà un début d'islamisation
Mauvaise réponse à la colonisation
Et l'idéologie de la libération
Qui n'est jamais la libération de l'idéologie
Comme la théologie de la libération
Qui n'est jamais la libération de la théologie
Avec tous les pièges propres à ces conflits
Comme feu Daniel Guérin, ce marxiste libertaire
Qui devint ben belliste, anecdote pour déplaire
Et tous les :
Guevara, Nasser, Mandela
Et tous les :
Ben Bella, Lumumba
Qui ne furent, et voilà
Toujours et encore que des hommes d'Etat !
L'ayahuasca
Breuvage amazonien
Pour se projeter dans l'au-delà
En théogène de l'esprit malin
Pour tout outrepasser
Pour enfin tout oser
Pour enfin tout partager
Il y a dans tous les pays
Tant de petite ou grande pauvreté
Il y a dans tous les pays
Tant de détresse et aussi tant de médiocrité
Et puis des milliardaires pour tout confisquer
En France, ô vilenie
Première pôle position
Bernard Arnault
Avec 46, 9 milliards d'euros
Deuxième pôle position
Liliane Bettencourt
35, 8 milliards d'euros
Troisième pôle position
Axel Dumas, encore des milliards d'euros
Et tant d'autres personnalités toxiques, de mauvaises personnes
Mulliez, Dassault, Wertheimer, Pinault, et autres mentalités connes !
Alors que justement en France
Des inégalités comme une simple évidence
Neuf millions de gens
Sont sous le seuil de pauvreté, c'est consternant
Et puis tous les enfants
Qui sont maintenant, effectivement, des enfants écrans
Exposition massive et précoce
Ils font déjà peur, les nouveaux gosses
Enfants inhibés ou enfants très agités
Sur quoi que ce soit, impossible de se concentrer
Enfants tablettes
Enfants carpettes
Enfants du smartphone
Enfants de l'iPhone
Enfants ordinateurs
Enfants de la télévision, du tout truqueur
Enfants futurs dictateurs
Enfants à peine nés
Enfants déjà pollués
Toutes les raisons pour ne pas procréer
Toutes les raisons pour avorter
Et cinq tonnes de triclosan dans les cosmétiques
5 tonnes versées chaque année, c'est tragique
Certes, pas seulement en France
De la dictature, comme une confidence
Et donc aussi, du triclosan, dans les moquettes
Tapis, jouets, matelas, réfrigérateurs, le capital c'est chouette
Le savon, le dentifrice, couettes
Et autres objets, notre monde est vraiment bête !
Et ainsi sur toute la planète
Tout est donc pollution
Car tout est donc compétition
Pour toute forme de vie, aucune considération
Comme pour la santé du sportif professionnel
Toute une hypocrisie qui suinte le fiel
100.000 euros la trousse de dopage
Encore beaucoup plus pour être à la page
Un marché mafieux mondial de la dope
Et des produits masquants pour être au top
Trente milliards d'euros par an
Stéroïdes et produits plus méchants
Des dopés amateurs et des dopés de profession
Avec la fédération de chaque pays comme principale organisation
Comme l'inutilité de toute compétition
D'autant plus
C'est de l'humour en bonus
Pour les nouveaux jeux du cirque
Du capital, toute une clique
Il faut maintenant attendre jusqu'à dix ans
D'une compétition, pour le vainqueur, connaître vraiment
Tout ceci est bien bidonnant
Car toujours en avance d'une compétition, les produits masquants
Dans la hiérarchie du sport, pour s'élever
Impossible d'y arriver
Maintenant, ou rarement, sans avoir été ou être dopé
Et au fond
Le monde entier est dopé de toutes façons
Le monde des écrans, de l'ordinateur, de la télévision
Comme des substituts du cunnilingus et de la fellation
De la sexualité frustrée ou aliénée, tout est sublimation !
 
Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien
 

Lire la suite

Biopsychosociologie de la vie marchande ou Pornification

3 Juillet 2017 , Rédigé par Patrice Faubert

Cracher en pleine face
Pas de pile, toujours face
Des Sarkozy
Des Balkany
Des Macron
Des Mélenchon
Des Chirac, Hollande, Le Pen
Et tant d'autres haines
En France, dans le monde
L'immonde qui nous inonde
Des cela ou des ceci
Toute une saloperie certifiée
Toute une fumisterie décorée, voire adulée
S'il y avait encore du vrai populo
Au poteau et douze balles dans la peau
L'éternel coup d'Etat de la bourgeoisie
Avec Macron, en France, 1789 rajeunit
Mais plus contre l'aristocratie, cette fois
Mais contre les classes populaires, comme il se doit
Le coup d'Etat des bourgeoisies
La bourgeoisie artistique
La bourgeoisie scientifique
La bourgeoisie journalistique
La bourgeoisie politique
La bourgeoisie de télévision et radiophonique
La bourgeoisie commerçante
La bourgeoisie militante
La bourgeoisie toutes catégories
Bobo, c'est débile, car plus indéfini
Cracher à la gueule
De tout ce que l'anarchie dégueule
Des organisations libertaires bureaucratiques
Des syndicats libertaires bureaucratiques
Quand l'anarchisme est contre l'anarchie
Et tout cela, l'anarchie le chie
Comme aussi le terme de travesti
Car aucun besoin du défini
Transformisme, évolutionnisme, tout est travesti !
Ainsi
Pakicetus, l'ancêtre de la baleine
30 cm de long, quatre pattes, et la mer comme aubaine
De cinquante millions d'années
Et des millions d'années pour se transformer
Voilà bien encore du travesti
D'un petit mammifère terrestre, et oui
Pourtant, nous avons notre baleine d'aujourd'hui
Et pourquoi donc tout comparer
Et pourquoi, ainsi, tout rivaliser
L'on devrait ainsi, comme l'on veut, pouvoir s'habiller
Mais l'anarchisme aussi, compare encore
Alors que toute étiquette, l'anarchie, la sort
L'anarchisme a des organisations
L'anarchisme a des syndicats
Entre tout cela, peu de soudure
L'on ne peut pas se voir en peinture
Et très vite
Elle revient la bureaucratisation
Elle revient l'interdiction
Et l'on reviendrait au point de départ
Du capital avec toutes ses tares
Seule l'anarchie est vraiment anar
De toute autorité, elle en a marre
Elle est sans radio et sans télévision
Elle est hors toute comparaison
Là où l'on peut-être, femme, homme, enfant
Selon ses envies, ses rêves, ou simultanément !
C'est donc le capitalisme qui est un bordel organisé
C'est donc le capitalisme où tout est prostitué
Tout y est de la guerre
Tout y pue la guerre
Et ainsi, il y a partout des cimetières
Surtout au fond des mers
De sorte
Toujours la même porte
Et rien que pendant la seconde guerre
Pourquoi seconde, c'est toujours la guerre
6328 navires furent coulés
Dont, sur les côtes américaines, 573 bateaux immergés
Et du pétrole brut
Du carburant en fuite, zut
Et comme cela remonte en surface
Au fil du temps, mauvaise farce
De l'ancienne pollution
S'ajoutant à la nouvelle pollution
C'est bien cela la biopsychosociologie de la réaction
Biopsychosociologie, un autre terme laboritien
Laborit, rare savant érudit qui fut un homme bien
Pour en finir avec toute pollution
Révolution à la révolution de la révolution
Pour en revenir au travestissement
Tout l'est donc, et parfois, bien tristement
Comme
Saint-Tropez, jadis, port des ouvriers et des pêcheurs
Et même du " Parti stalinien français ", ô horreur
Puis logiquement, à la suite, des milliardaires et des frimeurs
Et 20.000 euros le mètre carré, la maison du pêcheur !
Ne tirez pas sur le travesti
C'est bien le plus honnête, lui
Et peu importe, elle ou lui
Maintenant
Que nous sommes dans un permanent immonde
Tout le monde a peur de tout le monde
Avec la surpopulation, une infernale ronde
Il faut arrêter de faire des gosses
Des futures plaies, des futures bosses
Avec déjà tant de jeunes gens perdus
S'engageant, qui l'eût cru
Et pareillement
Dans le djihad, l'armée, l'humanitaire
C'est pas si esbaudissant
Au grand drame des pères et des mères
Et Molenbeek-Saint-Jean, cela n'est pas seulement
Mais la société entière, évidemment
Bruxelles, à la question, trop facilement
C'est donc le monde entier, notre monde, qui est violent
Dès la maternelle, la violence s'apprend
La division en classes sociales
La division en normal ou pas normal
Ce qui doit se faire
Ce qui ne doit pas se faire
Le secret horrible des comptes bancaires
Celui que l'on doit toujours taire
Comme une odeur d'étron
Quoique le sien sente toujours bon
Ce qui en dit long sur toutes les convictions
Satisfecit de la société de pornification
Pornification de la société du satisfecit
Fascisation de la pornification
Pornification de la fascisation !
 
Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien
 
 

Lire la suite

Paraphysique de réaction organique à l'agression ou Biopsychosociologie

1 Juillet 2017 , Rédigé par Patrice Faubert

Aux environs de 1901
Quoi ? Comment ? Hein ?
Fred Trump, déjà bandit
Ouvrit une maison close
La famille de Donald Trump, et oui
Commencement d'une fortune familiale
Dont l'histoire n'est toujours pas close
La propriété, c'est bien le vol
Elle a une histoire, pas de bol
Un peu comme l'héritage
Qui met toute famille en rage
Tout changerait
Avec l'abolition de la propriété
Tout changerait
Avec l'abolition de l'héritage
Ainsi
Contre moi, j'ai tous les âges
Réaction organique à l'agression
Pour vieillir plus vite, c'est tout bon
Et toute la société est en réaction organique à l'agression
Ainsi
Contre moi, j'ai la plupart des idées
De tous les bords
Là, j'ai tous les torts
En joue, l'accord général pour me fusiller !
C'est comme un film
Filmant sans cesse le même film
Pas étonnant
Et c'est vraiment navrant
Si la pellicule est née d'un explosif
L'on va encore me trouver corrosif
1846
L'on découvre le nitrate de cellulose
Mélange de coton, d'acide nitrique, et d'acide sulfurique
Puis, tout esprit militaire, l'ose
Le " coton poudre " devient un explosif
En utilisation dans les ogives militaires
Toute découverte en application réactionnaire
Toute découverte a son récif
De tout, la société du profit, se sert
En 1889
Eastman Kodak
Répondant du tac au tac
Transforma l'explosif en plastique souple
En y ajoutant du camphre, drôle de couple
Puis encore, le plastique fut recouvert
De l'émulsion photosensible ou celluloïde
Naissance du " film nitrate ", pour le feu, très intrépide
1919
Pour lutter contre les incendies, support d'acétate, autre façon de faire !
Mais à la vérité
75 pour cent des films muets
Furent volontairement ou pas, détruits, ensevelis, brûlés
Car, paraît-il, à son temps, il faut s'adapter
Des vieilleries, il faut se débarrasser
Et toute chose devient vieillerie avec l'obsolescence programmée
Comme avec toute l'économie de marché
Il n'y a aucun décideur, il faut s'y conformer
Tout un système des inégalités
Tout un système des monstruosités
Que des crapules éligibles sont là pour gérer
Ainsi
Le phénomène de l'endettement
Qui touche des millions de gens
Rien, donc, qu'en France
Des suicides tous les jours, ô désespérance
Travailler pour rembourser le crédit
Qui ne fait qu'augmenter, horrible alchimie
Avec
Tout un marketing de l'insatisfaction
Toute une consommation du marketing
Il est bien rempli son parking
L'industrie du crédit
Le crédit de l'industrie
Abolir l'endettement
Abolir l'argent !
Et tout ce que nous mangeons
Et tout ce que nous respirons
Et tout ce que nous touchons
Et tout ce que nous voyons
Et tout ce que nous entendons
Et tout ce que nous achetons ou échangeons
Voilà les perturbateurs endocriniens
Et tout le reste est aussi vilain
La planète est devenue un bagne
La planète est devenue une prison
Là, point de mythomane à la feu Papillon
Ce  grand plagiaire et affabulateur, seule vraie motivation
Et partout, en tout, la bêtise qui stagne
Comme le disait feu Krishnamurti
Dont feu Rosalind Rajagopal fut la maîtresse, pendant longtemps, c'est ainsi
Elle avorta plusieurs fois, inévitablement
Mais le mythe, seul importe, pour toute croyante, pour tout croyant
Il disait, fort justement
Qu'une éducation débile, rend l'humanité stupide
Et tout ce qui va avec est forcément stupide
Ainsi
16,4 millions d'américaines et d'américains
Pensent que le lait chocolaté, c'est vraiment crétin
Provient des mamelles d'une vache marron
Les bras m'en tombent, je fonds
Et bientôt
C'est tout aussi idiot
De la voiture radar, pour sur les autoroutes
Des amendes, des portefeuilles en déroute
Coût pour 400 véhicules
54 millions d'euros, un autre ridicule
Et c'est aussi
Toutes les obsessions sexuelles
Alors ou surtout que la durée moyenne d'un rapport sexuel
Cinq minutes et vingt quatre secondes
Avec par semaine, de moyenne, un rapport sexuel
Pas de quoi pavoiser
Les gens aiment tant se vanter
Du corps médiatique
Au corps réel, c'est le hic !
Un peu comme le pénis moyen
13 cm en érection, pas si rien
En toutes choses et tous domaines
Il y a tant de menteuses et de menteurs
En toutes choses et tous domaines
Il y a tant d'affabulatrices et tant d'affabulateurs
Parfois, un cas à par, comme ce boxeur
Luigi Montagna
Boxeur italien aux 63 combats
Mais avec 60 défaites au compteur
Record de défaites, pas un bonimenteur
Raction organique à l'agression
Pour vieillir plus vite, c'est tout bon
Et toute la société est en réaction organique à l'agression
Finalement
Tout est de la chimère
Tout tombe, un jour ou l'autre, en poussière
Même la sculpture la plus grande jamais réalisée
Par l'ensablement, le sphinx de Gizeh est  toujours menacé
Comme donc, le sphinx de Gizeh, 2600 ans avant notre ère
Cent sculpteurs, dix heures par jours, trois ans, pour le faire
73 m de long, 20 m de hauteur, 14 m de largeur
20.000 tonnes, cela fait peur
Le pharaon Thoutmôsis IV, comme premier sauveur
Pour toute construction
Pour toute réaction organique à l'agression
Hier, aujourd'hui, demain
Et pour passer la main
Et pour éviter les mêmes reproductions
Dans les comportements, en politique, en architecture
Il faut une révolution en toutes choses, en tous domaines, pour qu'elle dure !

Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien
 
 
 
 

Lire la suite

Psychosomatique de radioactivité

18 Juin 2017 , Rédigé par Patrice Faubert

" Si les prisons sont un miroir de la société, alors en France vous êtes très
mal lotis, et ces valeurs occidentales que vous voulez défendre dans le
monde entier, laissez-les en France, on ne peut pas infliger cela au
reste du monde "

Georg H ( prisonnier allemand en lutte , via le journal " L'envolée " )

Dans les prisons de France
Et ailleurs, d'évidence
Des matonnes et des matons
Des nazillonnes et des nazillons
Torturent, humilient, tuent
Des femmes détenues, des hommes détenus
Au nom de la société
Au nom des gens qui ont voté
Ainsi, tant de monde en complicité
De l'intérieur, parfois c'est dénoncé
Comme ce Eric Tino, ancien maton
Qui osa dénoncer d'autres matons
Violents psychopathes récupérés par le capital, c'est ainsi
Avec donc une mentalité propre aux nazis
Les prisons devenant
Ayant toujours été, finalement
Des lieux de torture psychologique
Des lieux de torture physique
De la violence permise par le capital
De la violence inhérente au fascisme libéral
Critique de la valeur
Valeur de la critique
Toute valeur est bourgeoise
Toute valeur est sournoise !
Comme
Pour les services secrets
Rien n'en sort, pourtant, tout se sait
Dont le cheval de trait
1) La monnaie
2) L'idéologie
3) La compromission
4) L'égo
Avec des officiers traitants
Si clandestins, invisibles, néanmoins voyants
Un métier du mensonge
Le mensonge du métier
Toute une discipline militaire
Taux de divorce élevé, l'agent doit s'y faire
Manipulation des cibles
La seule véritable bible
Des itinéraires de sécurité
La rupture de filature peut échouer
Mais, à vrai dire, dans une sotte société
Il n'y a décidément que de sots métiers
Ainsi
Aucun métier, je ne voulus pratiquer
Ou alors, juste de quoi pouvoir chômer
Car tout métier ne fait que renforcer la société
Ce sont tous les métiers de la société !
Il y a certes des degrés
Dans la nocivité des métiers
Flics, gendarmes, militaires, matons, commerçants
Beaucoup de fonctionnaires, forcément
Sans compter pas mal d'artisans
La malhonnêteté des métiers
Les métiers de la malhonnêteté
Et comme cependant
Et c'est bien désolant
Tout métier, même gratifiant, engraisse la société
Tout métier est bien de la malhonnêteté
Le capital des métiers
Les métiers du capital
Ce qui implique des esclaves salariés
Plus ou moins bien rémunérés
Dont la plupart sont hyperexploités
Comme
Les cinquante millions de personnes, du personnel domestique
Dont quarante deux millions sont asiatiques
Que l'on peut écraser comme des moustiques
Beaucoup venant de Manille, donc des Philippines
On les prend, on les jette, comme des épines
Comme
En Arabie saoudite ou au Liban
D'autres pays sont aussi leur Satan
Parfois ce personnel dort dans des niches
Et leurs chats, et leurs chiens
Sont bien mieux traités par les riches
Car à leurs yeux, ce personnel ne vaut rien !
Le monde de la fausseté
La fausseté du monde
Un peu
Comme le saucisson d'âne corse
Qui la plupart du temps n'est jamais corse
Tout y est importé
Tout y est mélangé
De ses gens
Le capital sait bien se moquer
De ses gens
Où toute profession sait le gaver
Voilà bien là un secret bien gardé
Pas besoin d'un officier traitant pour le constater
Pour le capital
Une façon subtile de se perpétuer
Partout dans le monde
Et ce à chaque seconde
Dans les prisons, des gens sont maltraités, violés, torturés
Dans des usines, des gens sont méprisés et aliénés
Dans des bureaux, des gens sont harcelés
La souffrance s'exportant, personne ne peut y échapper
Riches ou pauvres, elle est partout affichée
Toute une psychosomatique de radioactivité
Et de cela, même la plus grosse fortune ne peut se protéger !

Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

 

 

Lire la suite

Capitalocène de prosopopée suivi de La fausse conscience, conscience de l'imposture

9 Juin 2017 , Rédigé par Patrice Faubert

11 mars 2011
14h46, échelle 9
Mégaséisme de Tokyo
Tremblement de terre, c'est pas rigolo
20.000 personnes mortes
200.000 sans aucun abri
Avec à 15h37, un mégatsunami
En 1909, déjà en France, la nature est trop forte
L'activité tectonique des plaques
Aucun pays n'échappe à sa traque
Ainsi
Encore en France, la terre tremble 2000 fois par an
Nice le sait bien, Nice l'attend
Et ce sont les bâtiments qui tuent
Des réactions en chaîne, et des aspérités qui muent
Des centaines de milliers de personnes tuées
Et à tout moment, cela peut recommencer
En géologie comme en politique
Il y a toujours des répliques
En géologie, ce sont des ondes de surface
En politique c'est une éternelle farce
Des ordures que d'autres ordures remplacent
La nature parfois se déchaîne
Comme souvent la bêtise humaine
Et aux catastrophes naturelles si redoutées
La société spectaculaire marchande techno-industrielle
D'un catastrophisme entretenu, se fait la part belle
Et ainsi
Sur notre planète, 825 000 tonnes aspergées
Du glyphosate et ce chaque année !
La Terre est devenue une poubelle
Que la vie est belle
D'ailleurs pour les géologues
Cela n'est pas que sur mon blog
Nous sommes dans le poubellocène
Chacun et chacune y jouant sa scène
Il y a donc le poubellien inférieur
Sans les plastiques
Il y a donc le poubellien supérieur
Avec les plastiques
Et en 2017, pour les déchets
C'est terrifiant, car cela fait
Quatre millions de tonnes par jour
Et en 2100
Cela fera douze millions de tonnes par jour
Mais d'ici là
L'espèce humaine ne sera plus là
D'autres l'ont dit, et bien, bon débarras
Pour les abeilles aussi, avec le pesticide Gaucho
De la pourriture capitaliste Bayer/Monsanto
Et puis avec le réchauffement climatique
Les hydrates de méthane de l'Arctique
C'est la grande fuite
Plus moyen qu'on l'évite !
Je ne suis pas pessimiste
Je ne suis pas optimiste
C'est simplement le monde capitaliste
Et les premiers humains archaïques
315 000 ans ou même plus, de la datation hypothétique
Du site Jebel Irhoud
En ce domaine aussi, toute vérité nous boude
1961, crâne humain, 40 000 ans
2004, seize ossements humains, 315 000 ans
Et donc, qui vivait le mieux, finalement ?
Car sous le capitalocène, c'est seulement la vie de l'argent
Nous ne vivons pas
C'est l'argent qui nous vit, n'est-ce pas ?
Ainsi, ce paradoxe déconcertant
Pour toute addiction, il faut de l'argent
L'argent de l'addiction
L'addiction de l'argent
Pour sexer, pour manger, pour se déplacer
Pour se loger, pour s'habiller, pour voyager
Partout, en tout, tout nous ment
PARTOUT, EN TOUT, TOUT NOUS MENT
La société du profit nous vend
Nous en sommes les souteneurs
Nous en sommes les putains
Nous en sommes les vendeurs
Nous en sommes les crétines et les crétins
Absolument personne n'y vit bien !
Il n'y a plus le fier bandit
De l'armure tragique, de feu ( 1855 - 1880 ) Ned Kelly
Certes, si certains morts, certaines mortes, pouvaient parler
En ayant marre de toute prosopopée
C'est la société de l'ennui
Où toute technologie abrutit
Il faut bien sublimer, il faut bien compenser, ainsi
Il y a bien des entrées mais aucune sortie
Ou alors une seule, c'est l'anarchie
Mais nos esprits sont si petits
Les nouvelles générations sont dans la sidération
Les nouvelles générations sont dans la soumission
Et sont d'ailleurs incapables de la moindre concentration
Flux permanent d'informations débiles
Flux permanent d'informations inutiles
Par écran d'ordinateur, en 2000 , 12 secondes
En 2017, plus que 8 secondes
Sachant
Qu'un poisson rouge peut se concentrer 9 secondes
Il n'y a donc aucun avenir épanouissant pour l'humanité
Avec une surpopulation, véritable monstruosité
Déjà un crime contre l'humanité
Avec tout un mépris généralisé
Comme à la télévision, toute publicité
Tous contre tous, toutes contre toutes, nouvelles mentalités
Et forcément disparition de toute solidarité
Sauf dans l'activité salariale, mais sans gratuité
Les divers fascismes changent de nom
Et à toutes les sauces utilisent le mot révolution
De nouveaux habits pour la réaction !

Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

 

( Texte de 2010 )

 

La fausse conscience, conscience de l'imposture

 

Il nous est difficile d ' admettre que nous ne choisissons rien , car tout nous est imposé par des politiques autoritaires ( de gauche et de droite ) qui ont des centres de dressage , où l ' on nous apprend l ' obéissance et la soumission à toutes sortes d ' autorités idéologiques et religieuses , et où nous sommes récompensés/récompensées en fonction de nos bonnes soumissions à ces diverses autorités .

 

" L ’ aliénation de la conscience , n ’ est pas , ne peut pas être la conscience de l ’ aliénation . Tout comme l ’ expression libérée des conditionnements acquis , n ’ est pas la liberté d ’ expression des conditionnements acquis , qui n ’ exprime que les conditionnements . Car ce qui s ’ affirme le plus souvent dans la liberté d ’ expression , ce sont justement des conditionnements idéologiques , religieux , philosophiques , politiques . "


 
Patrice Faubert ( paraphysicien )

 

Cette grande imposture quand personne ne semble vouloir/pouvoir admettre que ce qu ’ il/elle sait , il/elle le sait uniquement grâce aux autres .

 

" Et que celui qui enseigne une chose la connaît rarement à fond , car s ’ il l ’ étudiait à fond , il n ’ aurait en général plus le temps de l ’ enseigner . "

 

Arthur Schopenhauer ( 1788-1860) .

 

Ce sont les autres qui nous enrichissent d ’ailleurs , car nous ne sommes que les autres .Dire je est presque une autre imposture , tant nous avons le besoin des autres , pour pouvoir nous construire . Comprendre le processus acquis de la recherche de dominance , pour en voir la trivialité et ainsi l ’ annihiler .

 Ne plus imiter , répéter , perpétuer , reproduire , compétitionner , hiérarchiser , toujours les mêmes discours logiques , et leurs funestes et mortifères applications . Et jamais un chat , ne prit un fusil , pour tirer sur un autre chat . Seul l ’ animal humain le fait , l ’ animal non humain est bien plus malin .

Le Je , le Nous , c ’ est Tous / Toutes les autres vivants/vivantes et morts/mortes qui sont rentrés consciemment et inconsciemment dans notre cerveau depuis notre naissance et même avant dans le ventre de la mère . Un petit d ’ homme et de femme qui a été élevé dans un milieu non humain , ne deviendra jamais un animal humain , un singe nu , comme diraient certains éthologistes .

Voir les nombreux travaux sur les enfants sauvages ... et tous ces cinéastes , ces écrivains , ces poètes , ces musiciens , ces chercheurs , ces artistes , ces chirurgiens , ces historiens , ces physiciens , ces peintres ... qui ne rendent pas hommage à leurs prédécesseurs , sans lesquels ils/elles ne seraient rien , sont des menteurs , des imposteurs , des mythomanes , et même des escrocs ! nous ne sommes que les autres , c ’ est le vrai paradoxe des " moi " aussi singuliers et idiosyncrasiques soient-ils , et cependant uniques ! alors , les prétentieux et prétentieuses , laissez moi rire ... sans compter tous ceux et toutes celles qui ne citent jamais leurs nombreuses sources , pour faire croire qu ’ ils/elles ont tout trouvé tous seuls/toutes seules .

Et des clones humains , qui ne seraient , de toutes façons , jamais élevés et éduqués de la même manière , bien que possédant le même patrimoine génétique , seraient des êtres humains complètement différents , car le clonage est bien plus culturel que génétique ! et l ’ un pourrait se sentir chinois et parler chinois , s ’ il avait été engrammé en Chine , et l ’ autre se sentir allemand , s ’ il avait été conditionné en Allemagne , et aucun des deux ne pourrait plus se comprendre , d ’ ailleurs , faute de ne pas avoir appris les mêmes langues ... donc , ce sont les autres qui nous enrichissent et nous appauvrissent aussi d ’ ailleurs ...

La société spectaculaire marchande techno-industrielle ne veut pas la vérité sur l ’ inné et l ’ acquis , sinon l ’ ouvrier pourrait s ’ exclamer " mais alors , à la naissance , j ’ avais la même paye que mon patron ! "la domination se doit de justifier toutes les inégalités et les compétitions , en les faisant croire comme " innées " , alors qu ’ il ne s ’ agit que d ’ un apprentissage , l ’ apprentissage que les bourgeois sont faits pour commander , et l ' apprentissage que les ouvriers sont faits pour obéir ... et l ’américanisation du monde , tend à faire admettre , que tout serait joué à la naissance ... l ’ on choisit " librement " l ’ erreur , et l ’ autre " choisit " librement la vérité , et l ’ on fait voter les gens , comme l ’ on veut , avec une bonne campagne publicitaire , puisque les gens ont leur " libre arbitre " . ( qui en fait, n'existe pas )

La tyrannie a bien sur intérêt  à faire la réclame pour cette notion acquise et monstrueuse de "’ libre arbitre " ... c ’ est en toute " liberté " que l ’ on est infirme , manoeuvre en usine , cancéreux , nain , géant , pauvre , etc ... comme le disait feu Henri Laborit " le clochard et le pdg , sont libres tous les deux d ’ aller coucher sous les ponts , mais il n'y a que le clochard qui en profite . "

Tout s ’ apprend , donc apprenons autre chose que les hiérarchies et les compétitions , que la rivalité et la jalousie , et TOUT se transformera très rapidement grâce à la plasticité cérébrale . Même si la soupe spectaculaire marchande techno-industrielle qui est à ce jour en pleine expérimentation , de tout gouvernement en subtilité des dernières techniques de la manipulation dominatrice des foules .

Et que reste t- il à administrer sinon le désastre ? comme l ’ explique fort bien l ’ ouvrage de Jaime Semprun et René Riesel " Catastrophisme , administration du désastre et soumission durable . " aux éditions de l ’ Encyclopédie des nuisances .

La pensée critique informe aussi bien les révolutionnaires que les réactionnaires , aussi pour ne pas s’ y noyer , nous devons être , ni de droite , ni de droite .

 

Patrice Faubert ( 2010 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Prévarication et proratisation des convictions

5 Juin 2017 , Rédigé par Patrice Faubert

Si l'on se voyait
Avec les yeux des autres
L'on mourrait sur le champ
D'une façon physique
D'une façon psychologique
D'une façon politique
D'une façon philosophique
Si l'on s'entendait
Avec les oreilles des autres
L'on mourrait sur le champ
Pour ainsi évoquer feu le penseur E.M.Cioran
Tout dépendant
Peut-être de quels autres
De toutes façons, c'est un regard autre
Or, nous ne sommes que les autres
Femmes, hommes, enfants, tous les autres
Dix personnes
Que nous fréquentons dans la vie
Pas forcément à des âges différents de la vie
Nous verrons avec un regard différent
Chaque personne avec sa propre vision, c'est évident
Et donc
Toujours une personne bien
Pour certaines et certains
Et donc
Toujours une conne ou un con
Forcément, pour d'autres, c'est selon
L'on est toujours ceci ou cela, pour quelqu'une ou quelqu'un !
Et l'on ne sait plus quoi penser
De quiconque, sans soi-même, l'avoir approché
Pas de protéines fluorescentes pour nous l'indiquer
Pourtant
Nous sommes tous et toutes
Sur un pied d'égalité
Pour nous faire exploiter
Pour nous faire manipuler
Pour nous faire sadiser
Certes, à divers degrés
Ainsi
Il y a l'alcool pour oublier
En France
120 décès par jour
Dans le monde
140 millions de malades alcooliques
Avec le tabac, les jeux, du capital, nombreuses coliques
Pour le capital avec sa panoplie, toute sa clique
Pour l'alcool, il y a bien le baclofène
Boire moins, avec moins de gène
Quand le système de la récompense reste activé
Comme pour le sexe, les drogues, la messe, la télé
Tout le monde est finalement addicté
Quand la dopamine fait son marché
Cela se fait aussi par la pensée
L'effet placebo est là pour le prouver
Et finalement, qui n'a pas son addiction
Puisque le capital est la principale addiction
Il est l'addiction de toutes les addictions !
Le capital sait nous rapter
Il sait nous hypnotiser
Il sait nous proratiser
Le capital
Produit, en série, diverses misères
C'est la matrice mère
2017, en France
Des mers et des océans pour l'indécence
13000 étudiants et étudiantes de Paris
Sautant 4 à 6 repas par semaine, ô vilenie
Un jeune sur cinq, c'est désolant
Qui doit renoncer aux soins, faute d'argent
Et pendant le même temps
Dans le monde entier, un même conditionnement
Pendant cette unité de temps
L'on observe une paire de trous noirs
Orbitant l'un autour de l'autre, à ne pas croire
Trente fois plus lourd que notre soleil
Cinq cent fois plus petit, l'Univers de tant de merveilles
Mais en fusion pour ne faire qu'un
Comme un coït, une copulation, c'est coquin
C'est donc un en deux ou deux en un
Quand le pluriel est au singulier
Plus de s pour l'accorder
Une orthographe de mécanique quantique
Mais c'est bien sur Terre qu'il faut changer de politique
Et donc abolir la politique
Il faut arrêter avec les fusées
Il y a vraiment d'autres priorités
Il y a tout à partager
Pour éradiquer toute pauvreté !
Il faut
Que le monde change
Il faut
Que les hommes changent
Il faut
Que les femmes changent
Il faut
Que les enfants changent
Pour d'autres mentalités
Pour que l'espèce humaine exprime enfin son humanité
Qui fut jusqu'alors empêchée
Enfin un monde de bonté et de beauté
Mais
Chaque idéologie a sa notion de bonté, de beauté
Mais
Chaque religion a sa notion de bonté, de beauté
Mais
Chaque croyance a sa notion de bonté, de beauté
Et aussi
La beauté, la bonté, selon le fascisme
La beauté, la bonté, selon le gauchisme
La beauté, la bonté, selon le stalinisme
La beauté, la bonté, selon le libéralisme
Aucune beauté, aucune bonté
Dans ces variantes du capitalisme, en vérité
Des inepties enfantant des monstruosités
Comme l'ami des dictateurs
Comme F.Lemaître, M.Simon, des acteurs prodigieux
Aussi G.Depardieu, lui si halluciné, lui si odieux
La beauté et la bonté
Pour quelqu'un de bien
Tout comme pour le crétin
Pas forcément fasciste ou stalinien
Le plus souvent un peu tout le monde
Le plus souvent un peu personne
Quand la folie capitaliste partout, gronde
L'on entend partout ses clochent qui sonnent
Ainsi
Seul le langage du capital est signifiant pour les gens
Tout ce qui le critique n'est donc pas signifiant
Et cela ne rentre pas dans le signifiant des gens
C'est comme une langue non apprise
Qui sur les gens n'a aucune prise
De ce fait
Il n'y a pas de monde
De ce fait, il n'y a que l'immonde
Nous vivons dedans, c'est notre monde !
 
Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien
 
 
 
 

Lire la suite

Paraphysique de prétérition restreinte et généralisée

1 Juin 2017 , Rédigé par Patrice Faubert

Et au fond
Tout est prétérition
Même dans le superflu
Tout se passant dans l'inaperçu
C'est comme pour les affinités
Cela n'est pas seulement les idées
Cela serait d'une trop grande simplicité
Il faut pour cela
C'est malheureux, mais c'est comme ça
Aimer faire les mêmes choses
Sans pour autant défendre la même cause
Les visites des jardins ou des musées
Se faire un ciné, sexer, se promener
Aux échecs ou aux dames, aux cartes, aux dés, jouer
Se dorer le corps au soleil
Chaque être humain avec ses merveilles
Des gens aiment voyager
Des gens aiment bouquiner
Donc
Des gens qui n'ont pas les mêmes idées
Peuvent avoir des affinités
Et faire des choses ensemble
Donc
Des gens qui ont les mêmes idées
Peuvent n'avoir pas d'affinités
Et ne pas faire de choses ensemble !
Un peu comme pour les fantasmes sexuels
Ou plus simplement pour l'entente sexuelle
Là aussi
Les idées font ce qu'elles peuvent
Là aussi
Les corps s'en émeuvent
Difficile de trouver chaussure à son pied
De fait, tout le monde est mal chaussé
L'on ne peut, tout le monde, essayer
Surtout
Dans le propre monde de ses affinités
Et il y a tant de goûts différents, voilà la difficulté
Les affinités sexuelles
Les affinités idéelles
Les affinités vestimentaires
Les affinités alimentaires
Les affinités politiques
Les affinités psychologiques
Toute une fragmentation
Toute une séparation
Ainsi, restreinte ou généralisée, c'est toute une isolation
C'est donc, en somme, comme toute culture
C'est donc, en somme, comme toute connaissance
C'est forcément très lacunaire
Mais, forcément, c'est inhérent à la pensée réactionnaire
Mais, forcément, c'est inhérent à la pensée de séparation
Comme les nationalités, les partis, les syndicats, les organisations
Se défaire de toute aliénation, seule vraie pensée révolutionnaire !
Dans les caractères autopomorphes
C'est du mariage, des enfants, du divorce, rien d'amorphe
Cela fait le jeu de tous les tyrans
Diviser, régner, un jeu pour les enfants
Cela n'est plus le temps des châtelaines et des mouchettes
Cependant, malgré toute notre technologie, nous sommes aussi bêtes
Ou à cause de notre technologie, encore plus bêtes
En certains domaines
Des dates interchangeables ou presque, quelle déveine
Ainsi :
1923
Tokyo : 2,2 millions de personnes, environ
Paris : 3 millions de personnes, environ
New York : 5 millions de personnes, environ
Londres : 7 millions de personnes, environ
2017
Tokyo : 13 millions de personnes, environ
Londres : 8 à 9 millions de personnes, environ
Paris : 2,3 millions de personnes, environ
New York : 8 à 9 millions de personnes, environ
Sans bien sûr, l'agglomération urbaine
Cela ferait trop d'étrennes
Avec partout, du personnel variable d'ajustement
Pour les besoins du patronat, de l'industrie, du commerce
Le capitalisme organise ses kermesses
Toute une organisation parfaitement monstrueuse
Qui n'a pourtant rien de si voluptueuse
Bien moins que l'anguille si mystérieuse !
Tout devrait être comme dans un hôtel infini
Comme l'anarchie qui l'est aussi
Un socialisme libertaire d'entropie
A qui va en B, B qui va en C, C qui va en D
Ainsi la place de A devient disponible
L'hôtel de l'anarchie est toujours disponible
Et ce de A à Z
Mais sans vraiment de A à Z
Car tour à tour, tout devient A et tout devient Z
Place, place, au banquet de la vie
Quand l'on respecte toute forme de vie
Car même un poussin
Sait compter jusqu'à cinq, et oui
Car même un rat
Quand pour qu'il mange, l'on doit pour cela
Torturer un de ses congénères, et donc la nourriture, il refusera
Car même un chimpanzé
Au niveau de la visualisation spatiale
Deux dixièmes de seconde, à l'être humain, c'est fatal
Lui, il met sept dixièmes de seconde, j'entends des râles
Car même le cochon
Avec son museau sait la multiplication
Pas le moins du monde paradoxal
Tout est plus grand que l'infini dénombrable
Comme le nombre infini de décimales
Comme donc, après la virgule de la virgule, comme presque dans une seconde !
Mais notre temps humain est lui, bien fini
Avec hélas, des bords et des frontières
Car même si l'Univers était fini
Lui serait sans aucun bord, sans aucune frontière
Et l'espèce humaine
De toutes les espèces, la plus inhumaine
Et étant, à long terme, une espèce menacée
Des graines de plantes sont thésaurisées
Comme quelque part en Norvège
C'est finalement un triste solfège
Ainsi, 800.000 échantillons
Milliers d'espèces de plantes cultivées
Comme une banque de données
Mais à long terme, précaire conservation
Et déjà, sans conséquence, une petite inondation
Du climat versatile, future désolation
Et dans l'Univers
Tout arrive quelque part
Tout est arrivé quelque part
Tout arrivera quelque part
Rien n'existe pas, tout existe de part en part
Comme un Multivers de sérendipité
Tout peut s'imaginer, tout peut se réaliser
Tout a été imaginé
Tout a été réalisé
Tout se réalisera
Tout existe
Tout a existé
Tout existera
Tout commence sans commencement
Tout fini sans être fini
Un peu comme la Coupe de football de feu Charles Simon
Devenue la Coupe de France de football, une nationalisation
Comme aussi
Tout ce que nous mangeons
Comme les cuisses de grenouilles Rana Macrodon
Souvent, d'Indonésie, une fausse appellation
Oui, en France, c'est la Rana Macron
Mais elle, elle fait hélas de la législation
Et des amphibiens en voie d'extinction
Le vin même avec de fausses étiquettes
Quand le Grand Cru fait piquette
Ne met pas en danger, le vigneron
Vraiment, c'est de A à Z, qu'il faut une révolution !

Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien
 

Lire la suite

Violence abiotique de l'économie

22 Mai 2017 , Rédigé par Patrice Faubert

En France
Cela n'est en rien de l'outrecuidance
Six pour cent de la population
Serait borderline, une autre déjà en préparation
Dans un monde de méchante folie
C'est forcément, du pourcentage, en cela ou ceci
De plus en plus de maladies
C'est physique
C'est psychologique
Sur la nature et la cause de la misère des gens
Trop d'ignorantes et trop d'ignorants
Le capital nous cadenasse
Le capital sur nos vies fait l'impasse
Je vaux tant
Tu vaux tant
Il vaut tant
Donc, tout ce que tu pourras acheter
Donc, tout ce que tu ne pourras pas acheter
Des biens, des loisirs, du sexe, de l'amitié
Moi, je ne vaux rien
Certes, je suis un vaurien
Mais dans un monde sans amour
L'on ne fait justement jamais l'amour
L'on sexe
Même si cela nous vexe
Dans un monde de la rivalité généralisée
Il ne peut y avoir de l'amitié
Tout y est un concours
Tout y est un examen, l'on y court
Et l'on y étouffe comme dans un four !
Il faut toujours payer
Comme avec la médecine non conventionnée
Quand on omet de le signaler
Tout un personnel médical, tiroir-caisse
En kinésithérapie surtout, elle est chère la messe
Les professions médicales sont très à droite
Et même carrément à l'extrême droite
Les visages les plus hypocrites du capital
Tout un secteur tiroir-caisse, libéral
Tout en ce domaine devrait pourtant être gratuit
Et ce dans tous les pays
Cela serait un minimum garanti
Sans aucun papier à fournir ni devoir raconter sa vie
Mais il faut aussi payer
Dans certains pays, pour s'inscrire en faculté
Comme à Londres, 9000 euros pour une année
Aux USA, encore plus grande est la cherté
Et sur des années
De la dette va ainsi s'accumuler
Dette qu'il ne sera plus possible de rembourser
L'éducation marchandise
Au service des patrons et des entreprises
Marchandisation de l'éducation
Conditionnement à la reptation
Violence de l'économie
L'économie de la violence
Violence de l'étude officialisée
L'étude de la violence officialisée
Mais surtout pour s'y intégrer !
Seule l'étude désintéressée
Hors la faculté, hors l'université
Est la véritable étude
Mais partout on l'élude
Et puis de toutes façons
Tout est plagiat, tout est imitation
Au mieux un peu d'amélioration
Comme feu Léonard, oui le Vinci
Oui, surtout lui
Et donc le parachute bien avant lui
Taccola et Valturio furent parmi ses inspirateurs
Du Vinci, surtout pour l'ingénieur
Sans éducation latiniste classique
Cet uraniste fut néanmoins un grand scientifique
Qui sut faire preuve d'opportunisme
Mais de toute vie, comme une sorte d'animisme
Notre monde est une colossale boucherie
Avec toutes les académies de la tuerie
La plus évidente
La plus édifiante
La plus terrifiante
Ainsi, en France, 50.000 ouvriers spécialisés
Dans la boucherie industrialisée
 3 millions d'animaux non humains, tués
Et ce tous les jours, en une matinée
Dans des centres d'extermination
1500 ovins, 200 agneaux, 500 cochons !
Et donc, des études réputées supérieures
Pour mieux exploiter les réputés inférieurs
Cela ne dit pas son nom
Elle est si répugnante la réaction
13 millions d'étudiants et étudiantes en 1960
200 millions d'étudiants et étudiantes en 2015
400 millions d'étudiants et étudiantes en 2030
Le capital humain, des futures inégalités
Les études officialisées doivent se rentabiliser
Renforcement du capital
Renforcement du fascisme libéral
Et à bas les étudiants du marché
Et à bas les étudiantes du marché
Toute une fausse conscience entretenue
Mais une future vraie dominance, c'est tout vu
Le marché de l'étude
L'étude du marché
Pour des partenaires industriels
Les nouveaux cadres, ceux et celles
Sur Terre
L'animal humain est le plus venimeux
Il y a pourtant, 200.000 espèces d'animaux venimeux
Comme dans les mers
800 espèces de cônes
Des escargots marins s'abritant dans des cônes
Comme le cône géographe, piqure pas bonne
Pouvant être mortelle pour l'homme
Mais pour du médicament, nouvelle Rome
Cependant, pour le fabriquer
Avant une mise sur le marché
Pendant 12 à 15 ans, il faut l'expérimenter
Avec des millions de dollars dépensés
Ainsi
Il faut toujours dépenser, dépenser
Pour toutes les maladies que le capital peut engendrer !
 
Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien
 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>