Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
patrice.faubert.over-blog.com

Articles récents

Tectonique d'embrasement neuronal

1 Mai 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

Tout mot est boxeur
Il a une histoire, son heure
Comme le mot islamophobie
De 1910, par feu Alain Quellien, c'est ainsi
Des mots remplacent d'autres mots
Les gaulois pour les romains
Les celtes pour les gaulois
C'est la nécessité qui fait loi
Le langage est toujours malin
De la Bretagne romaine
Donc, l'Angleterre d'aujourd'hui
Et toutes les tribus bretonnes
L'occupation romaine qui détonne
Brigantes, Ordovices, Silures
Icènes, Trinovantes, l'air y était pur
Certaines tribus, femmes et hommes, partisans
Avec l'occupant romain
Certaines tribus se révoltant
Contre l'occupant romain
Et la femme celte parfois cheffesse
Au statut respecté, pas seulement des fesses
Autant que le druide, ce philosophe
Vingt ans à l'école, maître des plantes, et de la strophe
Certes, des rituels avec sacrifices humains
Que ne comprirent, forcément jamais, les romains !
Frontière de l'anamorphose
Anamorphose de la frontière
Le capital des frontières
Les frontières du capital
Le monde découpé en morceaux
Par les propriétaires du monde, des idiots
Et de nouveaux pays
Et d'anciens pays
Qui changent, plus le même nom
Selon le bon vouloir de la réaction
Parfois, des villes aussi
Quand pour d'inavouables raisons, il faut les oublier
Et des mots aussi
Des modes et des bourgeoisies
1920, le mot bronzage
En fait, du soleil naturel
1935, le bronzage artificiel
En fait, du soleil artificiel
Et il est agréable d'être en l'état de nudité
Sous le soleil, une jouissance recherchée
Pour cela, je ne suis pas le dernier
Mais toute mode
D'une bourgeoisie éclairée est le code
Que l'on peut détourner et s'approprier
Dans une révolutionnaire oisiveté !
Il y a aussi
L'écologie industrielle ou artificielle
Il y a aussi
L'écologie naturelle
Déjà, avec les excréments humains
De l'énergie réutilisée, voilà qui est bien
Il le faudrait avec la sueur
Par jour, par être humain, un litre de sueur
Il le faudrait avec l'urine
Sans aucune humeur chagrine
Et toute une énergie naturelle
En opposition à toute l'énergie artificielle
Et donc, toute une activité industrielle
Produisant aussi bien des maladies artificielles
Ce qui fait penser au film " La belle verte "
Quand le corps et l'esprit sont à la fête
Mais, bien des idées qui nous paraissent vraies
Sont en fait fausses, ou dans le faux du vrai
Didier Raoult ( né en 1952 ) microbiologiste
Sur certains points en est l'apologiste
Certes, des virus géants, il est surtout spécialiste
Ainsi, pas de races, pas de nationalités
Depuis l'aube des temps, tout est si mélangé
Mes idées, il vient les confirmer
C'est intéressant qu'un savant vienne nous le prouver !
Et un petit exemple à méditer
18 octobre 1685, l'édit de Nantes est révoqué
200.000 français protestants vont ainsi fuir
En Angleterre, Suisse, Amérique du Nord, principalement finir
Et encore pendant longtemps
Des catholiques exterminant des protestants
Puis en août 1789
Sont enfin reconnus citoyennes et citoyens
Juifs, juives, gens de couleur, protestants et protestantes
Comédiens et comédiennes, toute une troupe insolente
Et des métiers
Aux juifs, aux protestants, certains furent réservés
Participant à l'expansion du capitalisme
La banque, l'industrie, la caisse d'épargne
Le protestant y mit toute sa hargne
Toujours des circonstances de la vie
C'est de chaque histoire humaine, le prix
L'usine de la religion, l'usine de l'idéologie
Chaque être humain en est le produit
Et il y a beaucoup de religions
Et il y a beaucoup d'idéologies
Qui sont toutes des béquilles à la raison
Qui fatalement immobilisent une vraie révolution
Mais cela n'a rien de sidérant
90 à 98 pour cent du fonctionnement de notre cerveau
Ne nous est pas conscient
Et des calculs non conscients
Avant qu'ils ne deviennent conscients !
Reconstruction de la réalité extérieure
Notre cerveau ne fait que cela
C'est une interprétation de la réalité
Ansi, le libre arbitre ne peut exister
Il n'y a que des traitements corticaux
Dans le vrai comme dans le faux
Du matin au soir, nous pataugeons dans le faux
La conscience de l'embrasement neuronal
L'embrasement neuronal de la conscience
Ainsi
Le rêve est un état où la conscience est modifiée
Car sans les contraintes de la réalité
Des connexions neuronales pour la prise de décision
Pour ou contre le capital, une engrammation
D'où la bataille du dressage et donc de l'éducation
Dressage comme institution des conformismes et de la soumission
Le nazisme sut bien le faire
Cohérence de l'idéologie réactionnaire
Et au moins, quatre enfants, le nazi devait faire
S'il voulait s'élever dans la hiérarchie nazie
Mais il pouvait avoir des relations hors du mariage
Pour la pureté raciale, copuler avec des femmes au jeune âge
Et partout en Europe, maternités secrètes, maternités raciales
22000 naissances de ce nazisme du capital
Lebensborn, personnel fanatique et dément, mais néanmoins compétent
Euthanasie pour les enfants déficients
Avec des baptêmes SS pour les autres enfants !
Et de tout, il faudrait douter
Non de toutes les atrocités passées
Car elle peut-être ignoble l'humanité
Mais simplement douter
De toute action, du bien-fondé
Mais simplement douter
De tout son processus de pensée
Tout doit être valable pour l'ensemble de l'humanité
Non pour soi, un sous-groupe, ou quelques personnalités
Sinon c'est forcément de la malhonnêteté
Et ainsi, peut-être, pouvoir éviter
L'autre n'est pas d'accord avec vous
Alors, il faut lui donner des coups
Alors, il faut le tuer
C'est bien ainsi
Que depuis des milliers d'années
L'humanité inhumanité ne cesse de fonctionner
Avec une sensibilité
Finalement assez peu développée
Et tout ce qui vit
Est de la mémoire qui agit
Et à sa façon, la plante aussi
Et à défaut de sentir la peur
Tout le vivant ressent de la douleur
Pour l'énergie de nos corps
Nous devons produire de la mort
De l'agressivité interspécifique
De l'agressivité intraspécifique
Voilà bien ce qui nous fabrique !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Community organizing suivi d'un article de 2010 " La CNT et les anarchistes "

26 Avril 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

9 janvier 2013
Trois femmes, militantes kurdes, sont assassinées
Par un agent secret du MIT , bien infiltré
Omer Güney, un fasciste turc des " Loups gris "
Une affaire qui fit du bruit
Sakine Cansiz ( 54 ans ) du PKK, cofondatrice
Fidan Dogan ( 28 ans ) de la diplomatie, traductrice
Leyla Saylemez ( 24 ans ) stratégie militaire
On l'appelait la guerrière
Trois assassinats et c'est clair
Dont l'Etat turc est le commanditaire
Lui vendre des armes, l'Etat français préfère
Et toute cette affaire, étouffée, plus aucune lumière
Nonobstant, 35 millions de kurdes sont répartis
Iran, Irak, Syrie, surtout la Turquie
Et des kurdes, pour préserver la vie
1978, naît le PKK, la Turquie le désigne comme ennemi
Les kurdes ne veulent que leur identité
Que la Turquie, obstinément, veut leur refuser
Toujours le problème des minorités
Qui sont ignorées ou rejetées des majorités
Et la minorité de la majorité
N'est jamais la majorité de la minorité
En vérité, de rien, il faudrait se réclamer
Ainsi, tout le monde pourrait s'exprimer !
Une expression
Libérée de tous les conditionnements
Plutôt que l'expression
De la liberté des conditionnements
Ce qui fait tout notre environnement
La pollution chimique
La pollution physique
La pollution psychologique
Donc de la pollution économique
Donc de la pollution politique
C'est bien cela toutes les maladies
Les cancers, 70 à 90 pour cent, les pesticides
Le capital est écocide
Contre l'humanité, un permanent homicide
Des maladies et de l'environnement
L'environnement de toutes les maladies
Et un polymorphisme génétique, et oui
Qui dépend aussi de l'environnement
L'environnement du gène
Le gène de l'environnement
Des maladies artificielles
De la société spectaculaire marchande techno-industrielle
Des airs, des lieux, des eaux
Des pollutions, l'industrialisation du faux
Bref, des deux cent espèces de primates
L'être humain est le plus psychopathe !
Et
Il y a bien plus de catastrophes artificielles
Que de catastrophes naturelles
Depuis 1908, huit millions de décès
Dans le monde, moins que les guerres, c'est un fait
Certes
Plus que la grande famine ( 1845 - 1852 ) d'Irlande
Un million de décès, personne n'en redemande
Et chaque pays
Bien sûr, avec ses propres soucis
Comme en Bulgarie
Où des gens, de faim, crèvent aussi
Un salaire, en Bulgarie, c'est 150 euros par mois
Mais ici, c'est le leva qui fait la loi
Des retraites de misère
Des braquages pour cent leva, soit cinquante euros
Vraiment, le monde n'est pas beau
La richesse de certains pays
Est une pauvreté pour d'autres pays
Pauvre dans un pays
Qui serait riche dans un autre pays
Ainsi, en France, 300 euros par an
C'est par personne, pour l'équipement sportif
L'idéologie du toujours actif
Pour être actif dans l'idéologie
Et décathlon, Intersport, Go Sport, toute une industrie !
C'était quand même plus sympa
Au Vieux Campeur ou Lafuma
Car en effet
De toute publicité, c'est le biais
Et deux vélos sur trois se vendent à Décathlon
Le capital a sa loi du talion
Pas besoin, de l'éléphant, d'avoir le flair
Cinq fois plus que les chiens limiers, c'est extraordinaire
Pour sentir ou voir ce que le capitalisme peut faire
Alors que déjà
Il ne reste plus que 14 rhinocéros de Java
Et donc
Il faut préserver d'abord les espèces existantes
Plutôt que cloner des espèces qui ne sont plus existantes
Même pour lutter contre le réchauffement climatique
Le mammouth laineux ( Mammuthus primigenius ) écologie chimérique
D'ailleurs, en rapport à la force physique
Rions un peu dans l'anecdotique
La longueur du pénis, elle n'a rien à y voir
Avec le gorille, l'on peut y croire
4 cm dans son os pénien
Se moquer du virilisme fasciste, si vilain
Contre les idées toutes faites, partir loin
Aux îles Marquises, depuis 1842, sous protectorat français
Six îles, 3 au Nord, 3 au Sud, qui n'en rêverait ?
Mercredi 20 avril 2016
Et à Lille c'est arrivé
Le local de la CNT anarcho-possibiliste est saccagé
Par la répression, par les policiers
L'on s'attaque à un syndicat
Qui est encore de combat
Sans compter
Des forces répressives de mieux en mieux équipées
CRS et gardes mobiles de France
Environ 31000 qui marchent au pas de cadence
14000 CRS et 17000 gardes mobiles
Flics conditionnés dans l'idéologie la plus imbécile
Défenseurs du fascisme libéral
Défenseurs du capital
HKG 36, calibre 5,56, fusil d'assaut
Tikka, calibre 7,62, de la police, futur rot
Des armes létales
Contre tout ce qui menace le capital
L'interdiction du droit syndical
Sauf en collaboration patronale
L'interdiction de la contestation sociale
L'interdiction de la grève générale
Des étincelles pour une révolution sociale
De la révolte à la révolution
De l'anarchisme à l'anarchie, évolution
Contre la pandémie mondiale, le virus du capital
Et puis, pour endormir les consciences
Une presse des scandales , toute une répugnance
Hearst, Berlusconi, Rupert Murdoch, des escrocs
Toute une presse de caniveau
Des vomissures, du sein, du vagin, des excréments
La misère trouve cela excitant
Il est vrai que les cordes vocales
Sont comme des entrées vaginales
Murdoch et ses sociétés
1 milliard de lecteurs et lectrices, 50.000 employés
33 milliards de chiffre d'affaires par an
Plus cela pue, plus cela se vend
La concentration des pouvoirs
Les pouvoirs de la concentration
La presse est toute réaction
Australie, Angleterre, monde entier
Tous les journaux sont à brûler
Face à cela
Community Organizing, des groupes de pression
Ici et maintenant, sans hiérarchie, sans compétition
Il est toujours bon de résister à sa façon
Pas besoin d'appartenir à une organisation
Au contraire, pour vouloir la révolution
Dès 1939, feu ( 1909 - 1972 ) Saul Alinsky, en théorisa la conception
Convergences des luttes contre les convergences de la réaction
Anarchie ou barbarie, telle est la seule vraie question !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

La CNT et les anarchistes

Il n ' y a plus de peuple . Le prolétariat est révolutionnaire ou n ' est pas . Nous ne voulons plus d ' ouvriers , car nous ne voulons plus de patrons / patronnes . Qui dit patron , dit ouvrier / ouvrière ou employé / employée . Qui dit ouvrier / ouvrière , employé / employée dit patron / patronne .



Nous sommes pour la fin du prolétariat et de la bourgeoisie sous toutes ses formes . Nous ne voulons pas de la réforme de la retraite , pas plus à quarante ans , qu ' à soixante ans , nous voulons la fin du travail .


Nous ne voulons pas de retraite car qui dit travail dit retraite . Car qui dit retraite dit travail .


N ' avez - vous pas encore compris que le monde est foutu ?


N ' avez - vous pas encore compris que la société spectaculaire marchande techno - industrielle est dans une impasse ?




Un monde rempli d ' humains artificiels et de machines animées est tout , sauf un monde humain , ( voir mon anarticle " L ' humain et les artilects " ) , mais comme tout le reste d ' inhumanité passe en notre ère de lobotomisation généralisée , pour de l ' humanité ... cela passe comme un paysage à très grande vitesse .


Y ' a qu ' à voir les têtes répugnantes et à vomir de nos hommes et femmes politiques . Enfin , ce qui sort de leurs bouches , toute une vermine blablateuse et fallacieuse , qui nous emmerde et nous méprise , en grande profondeur ...


Faut croire que la plupart des gens , lobotomisés par la désinformation et le journalisme policier , ce qui est la même chose , sont contents ou complètement dupes d ' être pris pour des crétins et des crétines .


Le peuple est né esclave , il crèvera esclave .




" Ménage ton ménage
Manège ton manège
Ménage ton manège
Manège ton ménage
Mets des ménagements
Au déménagement
Les manèges déménagent "




Max Jacob ( 1876 - 1944 )




Les politiciens et politiciennes feraient moins les fiers / fières , s ' il n ' y avait la police , l ' armée , pour les protéger . Pas difficile , dans ces conditions de se sentir fort et de se la jouer gros bras . Pauvres minables !


Alors qu ' il n ' y a que des droites sociales que l ' on ose encore appeler des gauches . Car une gauche digne de ce nom aurait manifestée contre la réforme des retraites , par exemple , avec un seul mot d ' ordre , démission du gouvernement . Et elle aurait bloquée tout le pays , jusqu ' à la démission du gouvernement en place .


L ' armée serait certainement intervenue , mais au moins , elle aurait su conserver une certaine dignité politique .


Les jeunes hommes et jeunes femmes de nos jours récents , qui sont nés / nées dans le faux , et sont donc formatés / formatées par ce faux , prenant maintenant des partis de droite comme le parti " socialiste " , le parti " communiste " ou le nouveau parti " anticapitaliste " , pour des formations de gauche !


Alors que ce ne sont que des groupements politiques de la droite sociale , les milieux politiques sont complètement pervertis par la spectacularisation , ils ne sont là que pour vendre la camelote des bourgeoisies .


Et ce sont des milieux fascisants qui osent se réclamer de la démocratie . Cette démocratie là , nous la vomissons . De toutes façons , nous ne sommes pas démocrates .


Et s ' il fallait mettre un grand coup de poing dans la gueule à tous ces politiciens / politiciennes , il y aurait de l ' ouvrage pour un certain temps !


Mais , ils / elles ne l ' ignorent pas , et c ' est ainsi qu ' ils / elles ont des policiers / policières pour assurer leur protection , ces milices du capital , des chiens bien nourris , caressés dans le sens du poil qui obéissent à tous les ordres qu ' on leur donne .


Parfois , quand les chiens sont trop méchants , on leur met des muselières ...




" Quand je vois le téléfilm de Gérard Mordillat ( né en 1949 ) , " Les vivants et les morts " , où l ' on voit les prolétaires qui protègent l ' outil de travail , au lieu de vouloir détruire les machines ou faire sauter l ' usine , je ne suis pas d ' accord .
Y se battent pour continuer de bosser pour quelques sous . Y sont cons ou quoi ?
J ' aime pas la mentalité soumise et esclave des ouvriers . C ' est la mentalité esclave qui fait le patron . Y veulent pas changer la société , la foutre en l ' air ! y veulent des emplois , y veulent être esclaves , les cons ! "




Michel Noury , né en 1948 , ( anartiste peintre , ex - lutteur armé , 4 ans de prison pour détention d ' explosifs )


Mais , il est toujours difficile de les empêcher de mordre à tort et à travers .


Maintenant , voici une petite histoire , succincte de la CNT ( confédération nationale du travail ) , car , je vois trop de jeunes qui sont à la CNT et qui ne savent pas du tout ce qu ' est ce syndicat .


Ce qui explique que ces jeunes ( ou moins jeunes ) , ne voient pas le courant réformiste qui se développe à la CNT / F rue des vignoles . Cette tendance de la CNT défile maintenant avec FO ( force ouvrière ) , force ordurière comme disait jadis les situationnistes .


Car tous les syndicats sont devenus des ennemis de la classe ouvrière , c ' est bien évident !


l ' ouvriérisme est par ailleurs aussi stupide que le bourgeoisisme !


Car l ' ouvrier malgré lui , ne veut plus être ouvrier , il ne veut plus travailler .


Ainsi en 1907 , le syndicalisme catalan se développe à Barcelone , à partir d ' associations ouvrières .


Ce qui donnera le syndicat " Solidaridad obrera " . En 1910 , " Solidaridad obrera " fonde la CNT espagnole ( confédération nationale du travail ) , et " solidaridad obrera " devIendra le journal de la CNT .


Pour protéger la pureté de l ' idéal anarchiste , et freiner la bureaucratisation de la CNT , est fondée en 1927 , la F.A.I ( fédération anarchiste ibérique ) , qui regroupera jusqu ' à cent mille membres . Les cénétistes défilent avec le drapeau rouge et les faïstes avec le drapeau noir .


C ' est ainsi que dans un souci d ' unification , l ' anarcho - possibiliste Garcia Oliver ( 1901 - 1980 ) , insulté par l ' ex - internationale situationniste ( IS ) , comme maquereau des masses
, à l ' idée de mélanger les couleurs des deux drapeaux , en 1931 , lors d ' un premier Mai à Barcelone , et d ' en faire ainsi , un seul drapeau rouge et noir .
C ' était aussi la nouvelle jeunesse de la CNT , par rapport à la " vieille " CNT ...
Il y avait sur le drapeau rouge et noir , le logo CNT / FAI / AIT .




" La retraite à vingt ans . Le smic à dix briques . "




Slogan libertaire dans une manifestation de kermesse syndicale




La CNT étant affiliée à l ' association internationale des travailleurs qui vit le jour , en tant que première internationale , en 1864 .


Mais , la CNT , forte , en 1936 , de deux millions d ' adhérents / adhérentes , se bureaucratise , et est représentée par ses deux plus importants courants , l ' anarchosyndicalisme et l ' anarcho - possibilisme .


Ce courant anarcho - possibiliste collaborera avec le gouvernement républicain et stalinien , et ira même ( jamais inutile de le rappeler ) , à avoir quatre ministres cénétistes dans le gouvernement du front populaire .


Fédérica Montseny ( 1905 - 1994 ) , ministre de la santé , première femme ministre en Espagne et en Europe Occidentale . Garcia Oliver ( 1901 - 1980 ) , ministre de la justice , Lopez Sanchez , ministre du commerce , Joan Peiro ( 1887 - 1942 ) , ministre de l ' industrie .


Et il y aurait pu en avoir d ' autres ...




Il faut savoir que l ' anarcho - possibilisme de la CNT ne fit pas grand - chose pour empêcher le massacre des militants et militantes du POUM ( parti ouvrier d ' unification marxiste ) , une organisation révolutionnaire espagnole créée en 1935 et devenue illégale en 1937 . Et le POUM ne fut jamais trotskiste , étant souvent en désaccord avec feu Léon Trotski ( 1879 - 1940 ) . Trotski le bourreau des anarchistes en Russie .


Il faut noter que les syndicats verticaux franquistes ont été organisés par des cénétistes emprisonnés , qui avaient accepté d ' expliquer le fonctionnement d' un syndicat , en échange d ' une libération ... qui pourra leur jeter la pierre ?


Après la guerre civile espagnole , et la participation des anarchistes et anarchosyndicalistes / anarcho - possibilistes aux premiers maquis français de la résistance contre le fascisme international , est fondée en 1946 , en France , la CNT / F ( confédération nationale du travail section française ) .




" Coquillars en arvans a Ruel ,
Mens ys vous vous chante que gardés
Que n ' y laissez et corps et pel ,
Qu ' on fit de Colin l ' Escailler
Devant la roe a babiller
Il babigna pour son salut
Pas ne scavoit oingnons peller
Dont l ' amboureux luy rompt le suc . "




François de Montcorbier dit Villon ( 1431 - disparu en 1463 ) en jargon de l ' époque ...




Fondée donc par d ' anciens militants de la CGT / SR ( créée en 1926 et interdit en 1939 ) , et par des maquisards de la CNT / FAI / AIT .


Rappelons pour mémoire que l ' AIT première version de la première internationale date de 1864 jusqu ' à sa scission de 1872 . Elle revit le jour , dans une nouvelle mouture en 1922 à Berlin . En 1977 , la CNT espagnole renaissant de ses cendres , après la mort du boucher du peuple espagnol Francisco Franco ( 1892 - 1975 ) , remanifeste dans les rues de Barcelone et organise des rassemblements , qui peuvent attirer des foules de plusieurs centaines de milliers de personnes . J ' ai eu un copain menuisier qui y était à l ' époque , mais la CNT victime d ' une provocation policière ( qui fit deux morts et des blessés dans un cinéma tenu justement par la CNT ) , et aussi de terribles dissensions internes , ainsi que des infiltrations gauchistes , ne put profiter longtemps de cette renaissance .


De plus , cette même année , en 1977 , la CGT / E ( confédération générale du travail espagnole ) , se forme , suite à un courant de la CNT / E en formation . La tendance CGT / E est plus réformiste que la CNT / E , elle accepte de participer aux élections syndicales professionnelles .


En 1990 , solidaridad obrera voit le jour , c ' est une division de la CGT / E jugée trop réformiste et de la CNT / E considérée comme trop intransigeante .


En 1996 , la CNT / F ( CNT française ) , se sépare de la CNT / AIT ( section française ) , la CNT / F participant aux élections syndicales professionnelles , et voulant accroître son influence .


La CNT / AIT refusant catégoriquement toute participation aux élections syndicales professionnelles . En 2001 , se constitue le GARAS ( groupe d ' action et de recherche anarchosyndicaliste qui se démarque de la CNT / AIT / section française . Voilà , très sommairement la grande histoire de la CNT ou plutôt des CNT ...




" Instantané de l ' automatique
Larmé comme une carte postale
Puèmons , puèmez , automatique
Automatique de l ' instantané
C ' était un différé direct "




Patrice Faubert , pouète , peuète , puète , ( né le 5 - 1 - 1951 , Improvisé au moment même où cela est écrit )




Si les gens avaient encore des idées , cela serait la guerre civile . Cela serait un grand massacre . Mais les gens , n ' ont plus aucune idée , donc cela ne risque rien .Tout le monde semblant satisfait d ' une vie médiocre , d ' une vie sous respirateur artificiel , d ' une vie sans aucune vie .


Un capitaliste peut avoir un portefeuille aussi bien rempli que sa tête l ' est d ' immondices .


C ' est une misère dorée . Une pitrerie cachée par le masque de la richesse .


Tout en lucre à l ' extérieur , tout gangrené à l ' intérieur .


Votre poison doré , nous n ' en voulons pas .


Dorée ou pas , la misère , c ' est toujours la misère . Simplement , le beau manteau , fait facilement oublier les vies sans vie que nous menons .


Les matières fécales , que nous déféquons , sentent toujours aussi mauvais , dans un pot de chambre en or , que dans un pot de chambre en fer .


La puanteur politicienne ne pourra plus se respirer dans une saine société d ' épanouissement . Une bonne éducation d ' harmonie doit suffire à empêcher son apparition .


Et encore , dois - je modérer mes propos .


Chaque mot est une culture à lui tout seul .


Mais certains / certaines , comprendront ce que je veux dire .


Moi - même , j ' ai porté le drapeau de la CNT / F rouge et noir , tout en étant beaucoup plus proche de la tendance CNT / AIT, qui est déjà plus ouverte aux idées conseillistes .


J ' ai repris le drapeau noir , car j ' ai pu constater que le rouge avait mangé le noir , sur le drapeau rouge et noir ... après pour la chaleur humaine , cela est une autre histoire .


Et puis le syndicalisme , même révolutionnaire , ou anarchosyndicaliste , est de fait , obligé pour exister , de composer avec le patronat et les formations politiques , et toutes les centrales syndicales , qui sont toutes bourgeoises et bureaucratiques . Et qui sont donc , foncièrement réformistes .




" Ainsi l ' armée se vengeait de ses désastres sur Paris . Paris était un ennemi comme la Prusse , et d ' autant moins à ménager que l ' armée avait son prestige à reconquérir . Pour compléter la similitude , après la victoire il y eut un triomphe . "




Hippolyte Prosper - Olivier Lissagaray , 1838 - 1901 , ( Histoire de la commune de 1871 , Editions la découverte )




Autrefois , il y avait beaucoup plus de drapeaux noirs dans les manifestations , que de drapeaux rouges mélangés avec du noir . En ce qui concerne les peines de prison ferme pour jets de ceci ou cela contre les milices policières du capital , il en a toujours été ainsi . Ainsi , j ' ai un copain , Frédéric L , qui a fait un an de prison ferme , pour avoir lancé un pavé sur un CRS en Mai 1968 . C ' est toujours la même histoire qui se répète , c ' est le cas de le dire . Forcément puisque nous ne sortons jamais du fascisme ! d ' un fascisme l ' autre !


Et des copains barricadiers en Mai 1968 à Paris , j ' en ai connu ...


Et si nous voulons balayer le vieux monde et ses séquelles , il nous faudra être cruels / cruelles , et mort aux flics et aux curés , à l ' ouvriérisme toujours stalinien , ( voir le service d ' ordre des SS de la CGT ) , à la démocratie totalitaire , à toutes vos valeurs surannées , à toutes vos bourgeoisies , à toutes vos bureaucraties , à toutes vos guerres bourgeoises discréditées . Nous ne voulons plus travailler pour ce monde , nous voulons travailler contre ce monde . Que la bêtise soit ouvrière ou bourgeoise , c ' est strictement la même chose . Nous ne reconnaissons aucune de vos valeurs , car nous avons les nôtres !


Patrice Faubert ( 2010 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Paraphysique de connexionnisme

22 Avril 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

Et plus que jamais
L'on va répétant le même fait
Le réactualisant sans arrêt
Donc, un peu comme le faisait
Mais avec plus de brio
Feu ( 1927 - 2014 ) Gabriel Garcia Marquez, l'ami de Castro
Quand encore journaliste, il était
Et donc de tous les journaux
C'est maintenant technique qui partout apparaît
Cela semble toujours nouveau
Pourtant, c'est du réchauffé, c'est rigolo
Et ainsi
Le monde de la réalité
Est soigneusement évité
Des corporations en sont la garantie
Et les complicités en sont étatisées
Une racaille artistique
Une racaille scientifique
Une racaille politique
Une racaille philosophique
Une racaille idéologique
Une racaille mafieuse
Une racaille religieuse
Une racaille militante
Une racaille savante
Une racaille stalinienne
Une racaille académicienne
Une racaille fasciste
Une racaille intégriste
Une racaille récupératrice
Une racaille calomniatrice
Une racaille policière
Une racaille militaire
Une racaille réactionnaire
En vérité, une seule et même racaille, battante et mystificatrice !
Pour une fabrique des corps
Pour une fabrique des esprits
Pour une standardisation des corps
Pour une standardisation des esprits
Même pas besoin de clonage
Le conditionnement fait son carnage
Même pas besoin de chirurgie esthétique
Qui se veut parfois civique
C'est ainsi qu'au Brésil
Même pour les pauvres, c'est la file
Et pas seulement pour les filles
Que le corps, absolument, brille
Et dans certains cas
Certaines opérations sont remboursées par l'Etat !
Finalement
Il faut, de gré ou de force
Se conformer, de son temps, à l'écorce
Nous sommes imprimés
Dans l'histoire des mentalités
Du registre des femmes
Du registre des hommes
Du registre des enfants
Il suffirait pourtant
De ne plus voter
De ne plus se marier
De ne plus enfanter
De ne plus travailler
Tout cela, je l'ai appliqué
Pour voir le monde capitaliste et étatique s'effondrer !
Et pour un peu, beaucoup, digresser
D'un propos sur le plagiat
Je saute un paragraphe, voilà
Pour moi, tout est lié, donc, voilà
Nous sommes tous et toutes des plagiaires
Le progrès l'implique, le plagiat est nécessaire
Mais en affinant une idée juste
En corrigeant une erreur injuste
De feu Albert Einstein à feu Louis Pasteur
Chaque être humain en fait son beurre
De feu Lautréamont à feu Guy Debord
Le plagiat détournement est de tous les bords
Aucune honte dans cette course
Si l'on cite ses sources
Le plagiat subtil est une avancée
Ainsi, une idée ancienne peut s'améliorer
Le plagiat manifeste ne peut que reculer
Comme un perroquet qui ne fait que répéter
Qui ne fait d'ailleurs pas seulement qu'imiter
Ce monde évier qui finit par se boucher
Et puis
Aucune idée
De personne, n'est la propriété
Elle n'est que la propriété
De celle ou celui, de ceux et celles qui savent l'améliorer
Ou au moins la comprendre
Afin de l'étendre
Afin de la répandre !
Et dans la nature
Qui se permet des ratures
Tout peut exister
Immortalité de l'idée
L'idée de l'immortalité
En ce domaine
Les recherches les plus poussées
Sont bien ridiculisées
Par une petite méduse
Hydre qui nous méduse
Car, en effet, elle ne peut expirer
Que si elle est mangée !
Bref
Notre technologie qui se croit si avancée
La nature, ne fait que mal la copier
Comme les uns et les autres, chacun, chacune
Des autres, s'inspirent, de l'érudition, combler ses lacunes
De feu ( 1724 - 1804 ) Emmanuel Kant, de ses univers-îles
Aux galaxies d'aujourd'hui, côté face, côté pile
Mais surtout une technologie
Pour surveiller, contrôler, formater, niveler
Comme les compteurs à domicile, le terrifiant Linky
Pas évident de le refuser
L'aliénation de nos vies, en flagrant délit !
Il est urgent
Il est plus qu'évident
Que tous les gens
Doivent prendre leurs affaires en main
Sans aucun intermédiaire
Cela seulement est réellement révolutionnaire
Sans aucun parti
Sans aucun syndicat
Sans aucune organisation
Sans aucun chef ni aucun leader
Avec toutes leurs luttes intestines
Rivalités et calomnies mesquines
Toutes les chapelles s'excommunient
Elles s'ignorent, elles s'évitent
C'est comme un pacte, comme un rite
Il est donc urgent
Il est donc plus qu'évident
Que tous les gens
Doivent prendre leurs affaires en main
Sans aucun intermédiaire
Par des conseils prolétaires révolutionnaires
Par des assemblées révolutionnaires
Et justement là-dedans
Le révolutionnaire n'est pas un militant
La révolutionnaire n'est pas une militante
Car le militant est l'ennemi du révolutionnaire
Car la militante est l'ennemie de la révolutionnaire
Il faut bâtir sa cause sur rien
Rester dans un champ stirnérien !
Certes
C'est pas étonnant si l'on me regarde de travers
J'ose l'affirmer
Cela va passer pour une énormité
La révolution
N'a pas besoin des révolutionnaires
Avec eux, avec elles, elle devient réactionnaire
Mais les révolutionnaires
Ont besoin de la révolution
Comme alibi de la future réaction
La révolte
Qui se réalise en groupe
Engendre l'esprit de troupe
Encore une structure hiérarchique de dominance
La chefferie et son irrésistible attirance
Et pour l'éviter
Il faut beaucoup, beaucoup, en parler
L'anarchiste indépendant
Qui ne dépend d'aucune organisation
L'anarchiste dépendant
Qui dépend donc d'une organisation
Non pas de l'anarchie, mais de l'idéologie anarchiste
C'est déjà deux différentes conceptions !
Et les ouvriers peuvent encore se révolter
En Belgique, un exemple à imiter
Aciérie ESB de Seraing, les actionnaires en panne
Ouvriers licenciés économiques, mais plus de manne
Aussi, l'usine, les ouvriers vont la casser
Avec des tractopelles pour plus d'efficacité
Ils auraient pu la récupérer
En autogestion, la refaire fonctionner
Cette fois, cela n'a pu se réaliser
Les patrons ont besoin des ouvriers
Les ouvriers n'ont pas besoin des patrons
Comme le dit un autocollant de la CNT
C'est une élémentaire vérité
La mentalité de l'argent
L'argent de la mentalité
Et tout est dit sur une société
L'argent comme une hormone
Le capital, du monde, est l'hormone
Des hormones artificielles
Les hormones naturelles
Régulées par la niche sociale
Régulées par la niche environnementale
Bien plus que nos hormones naturelles, rien là de fatal
Régulant la vie sociale ou environnementale !
Le rythme hormonal du capital
C'est le gaspillage intégral, fatal
Comme en France
Tout étant de la finance
Et ainsi
Trois anciens présidents
Rétribués par les petites gens, finalement
C'est 9,6 millions d'euros par an
De la simple équité, c'est désespérant
C'est comme le monde du travail
De différentes tortures, tout un éventail
Qui n'est que le travail du monde
De tout cela, ne peut sortir aucune vraie idée féconde
Sinon
Le commerce de la guerre
Qui n'est que la guerre du commerce
Et donc pendant ce temps totalement inhumain
Du monde aux mains de vauriens
Île-de-France, 350.000 ménages en grande précarité
Tous les jours, 30.000 nuits sont payées
Par le Samu social pour les personnes hébergées
Cependant qu'un sans domicile sur quatre
A un emploi, c'est consternant
Mais à Paris, rien d'esbaudissant
Un logement social est libre une fois tous les vingt ans
Alors qu'il y a plein d'appartements vacants
Il faut mettre bas le capital
Grève générale, rêve général, révolution libertaire et sociale !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Paraphysique de la neuropolitique

17 Avril 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

" L'atome-monde s'est brisé en fragments, et puis chaque fragment en morceaux plus petits. L'évolution du monde peut être comparée à un feu d'artifice qui vient de se terminer. Quelques mèches rouges, cendres et fumées. Debout sur une escarbille mieux refroidie, nous voyons s'éteindre doucement les soleils et nous cherchons à reconstruire l'éclat disparu de la formation des mondes . "


Georges Lemaître, 1894 - 1966 ( prêtre et mathématicien belge , qui avait le sobriquet de Big Bang Man, qui est devenu aujourd'hui le Big Bang )


Avec le rehoming
Pour l'adoption, nouveau timing
C'est en Amérique du Nord
Qu'aux enfants adoptés, on fait ce mauvais sort
Des enfants adoptés
Sur catalogue, on peut les commander
Puis aussi bien les rejeter
Et une autre famille, il faut retrouver
Ainsi, chaque année
Aux USA, 25000 enfants sont jetés
Comme toute autre marchandise
L'être humain aussi, qu'on se le dise
Des enfants sont donc vendus ou échangés
Parfois aussi, violés et maltraités
Mais cela n'est pas étonnant
Dans notre monde marchand
Où tout finalement
Se vend ou se loue au plus offrant
Et une sorte de droit de cuissage
Pour le constater, inutile d'être un sage
Pas seulement en sexualité
Car le corps de la femme peut s'acheter
L'argent lui procurant une certaine sécurité
Mais aussi pour toutes les activités !
Et au fond
Le monde marchand est totale déraison
L'amour, en fait, le cul, cela s'achète
L'amitié, cela s'achète
Une voiture, cela s'achète
Pour le restaurant, il faut payer
Pour le cinéma, il faut payer
Pour se loger, il faut payer
Pour voyager, il faut payer
Pour manger, il faut payer
Pour absolument TOUT, il faut payer
Une prostitution généralisée
Car avec l'argent, tout est prostitué
Tous les rapports humains faussés
Et cela est d'une telle banalité
Que le sujet n'est même plus évoqué
Plus tabou encore que la sodomie
Qui pourtant, de la sexualité fait partie
Mais dans la soumission mondialisée
Des gens en train de baiser
Je n'arrive même plus à l'imaginer !
Et la sélection par l'inhumanité
Et la sélection dans et pour l'inhumanité
Toutes les crapules qui veulent nous diriger
Toutes les ordures qui veulent nous dominer
Comme pour les vigiles de la RATP
Comme pour les présentateurs et présentatrices de la télé
Bref, c'est l'inhumanité qui est devenue la normalité !
Quand aux hommes politiques
Pires que les tueurs en série
Quand aux femmes politiques
Pires que les tueuses en série
Une balle et une rafale
Voilà comme moindre mal
De ce monde où tout est pourri
Et déjà des prototypes androïdes
Comme bina 48, une sorte d'Hybride
Pas totalement de corps, mais répond aux questions
Toute technologie sert la réaction
Le robot n'est qu'à l'image de l'être humain
Cela fait déjà du vilain
Et puis aussi la connectonique
Téléchargement du cerveau humain dans l'informatique
Toutes ses mémoires sur disque dur
L'humanité qui se déshumanise au fur et à mesure
Donc, à quoi bon
Toutes les nouvelles ou anciennes illusions
Comme la cryogénisation
Quand tout est fragmenté
Quand tout est divisé
Quand tout est séparé
L'unité de la division
La division de l'unité
Sauf pour la répression et la fascisation !
Par tout, en tout, c'est du flicage
Mais le monde est soumis, sans rage
Nom, prénom, âge
Profession, numéro de téléphone, courriel, des cages
Comme à la SNCF
Quand il faut acheter un billet
Le fichage vous déplaît, alors pas de billet
Oui, dans une débile société
Il n'y a que de débiles métiers
Car, inévitablement, à cette inepte société
Tous les métiers comme toutes les activités
Ne peuvent forcément qu'y participer
Certes
De près ou de loin
Le système étant très malin
Peut se faire passer pour humain
Avec son secteur de la distraction
Avec son secteur de la récupération
Avec son secteur de la fausse contestation
Ce qui implique toute une administration
Et donc des gens qui y travaillent
C'est valable pour les autres tenailles
Voilà bien là, la véritable racaille
Ce fascisme qui sait vite combler les failles
Il n'y a plus rien à défendre, TOUT, je raille !
Nous n'avons
En effet, rien à défendre
Nous n'avons
Que du système, à nous déprendre
Mais la plupart du temps
Et même des manifestantes et des manifestants
Dont pourtant, je suis un actif et un partisan
Ce sont des revendications partielles
Qui perdent donc, tout venin et tout fiel !
Certes
Quelques belles actions
Vitrines de banques brisées, sièges politiques saccagés
Mais hélas par une petite minorité
De toutes façons, par les assurances
Tout est remboursé, elle fait fi de tout, la finance !
Cela dit
Ne pas tomber dans une idéologie
Idéologie de la casse, mais casse de l'idéologie
Je suis aliéné, tu es aliéné, il ou elle est aliéné
Nous sommes aliénés
Vous êtes aliénés
Ils ou elles sont aliénés
L'oublier
Serait faire preuve d'imbécillité
Toute contestation fragmentée
N'est qu'un fragment de l'aliénation contestée !
Et déjà, dans cette société technocentrée
Le système nerveux par Internet, prolongé
Internet prolonge le système nerveux
Neuropolitique comme un nouveau dieu
Neuropolitique comme neuroleptique
Et les gens de plus en plus bêtes
Le seul dieu véritable est le fric
La fragmentation de la vérité
N'est que la vérité de la fragmentation
Elle ne peut rien y faire la myélinisation
Du cerveau humain, c'est pourtant une protection
Substance blanche, acquisition de l'évolution
Pour les réflexes, l'anticipation, la mémorisation
Donc, pour l'apprentissage, sous contrôle de la domination
Ce qui devient, pour le vivant, de la destruction
Huile de palme, pour les forêts, une annihilation
Et les orangs-outans en voie de disparition
Tout procédant de la même façon
L'espèce humaine ne retient aucune leçon
Et la réflexion en pleine évaporation
De certains paradoxes, l'interaction faible
C'est pourtant de l'énergie solaire
Cela alimente aussi, hélas, les centrales nucléaires
Ou comme la lumière naturelle
Ou comme la lumière artificielle
Qui sont des ondes électromagnétiques
Des ondes électromagnétiques ni laides, ni belles
Pourtant dans l'Univers
Un atome par mètre cube, rare est la matière !
Un peu
Comme le sexe de la femme
Dit faible, le sexe fort, c'est pourtant la femme
Devant, tous les hommes se pâment
Et tous succombent à son charme
Pour l'avoir, l'homme ment et devient infâme
Et toujours le droit de cuissage
Le puissant, la célébrité, le riche
Qui remplacent le seigneur, la même niche
Il n'a jamais disparu le servage
Et après cela
La belle farce que voilà
Des gens deviennent des jurés
D'autres moins chanceux, ils osent juger
Certes
En France, la ou le juré d'assises
Qu'on se le dise
Doit avoir plus de 23 ans
Un casier judiciaire vierge, forcément
Inscrit ou inscrite sur les listes électorales
C'est la logique du capital
Mais l'on ne peut-être
Ni militaire, ni policier
Et donc chaque année
20.000 jurés d'assises sont appelés
3750 euros d'amende pour qui ose refuser
Le principe de l'école autrefois
La punition comme seule loi
Manifeste hier, subtile aujourd'hui
Quand l'enseignement était et est toujours nazi
Un exemple illustré
De ce nazisme longtemps pratiqué
Jadis, l'instituteur donnait des claques
Par procuration, l'élève étant sa matraque
L'élève qui refusait, un autre élève, de le gifler
Et bien, par l'autorité, cet élève était giflé !
Et autres petites tortures quotidiennes
Avant que la subtile répression, n'advienne
En vérité
Il n'y a pas de monde
En vérité
Il n'y a que l'immonde
Comme la borréliose de Lyme
Contre cela, aucune lime
Des bactéries qui infestent les tiques
Et par ricochet, les êtres humains, c'est le hic
27000 cas en France, par an
Un million de cas et plus en Allemagne, par an
Des centaines de milliers de cas aux USA, par an
Maladies articulaires, troubles de psychiatrie
Fauteuils roulants, peut se déclarer après des décennies
Voilà une peu populaire pandémie
La seule pandémie souhaitable serait l'anarchie
Le temps de la peste
Le temps de la syphilis
Le temps du sida
Le temps de Borrelia
L'odeur du capital, à la surface du monde, empeste !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Nonsensique déconstructiviste

12 Avril 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

C'est l'affaire de quelques années
Car les drones vont nous submerger
Dans le privé
Et surtout pour l'armée
Drones tueurs américains
Jeux de mains, jeux de vilains
Comme en Somalie, au Pakistan
Comme au Yémen, en Afghanistan
Et le ciblage
N'évite pas les bavures
Pour l'armée, ce sont quelques ratures
Pourtant
En rapport à un stimulus visuel
Une milliseconde, voire moins, le drone, rien de tel
Pour 80 à 200 millisecondes pour l'être humain
Réaction au stimulus visuel, du plus au moins
Sachant que chaque drone
Ne détient aucun trône
Devenant vite obsolète
Toujours en retard d'une quête
Et des drones pour les manifestations
Petits ou grands, en généralisation
De notre société marchande, la future administration
Aussi, une seule solution, la révolution !
Tout le monde
En pleine surveillance
Tout le monde
En pleine souffrance
Comme les 50.000 réfugiés en Grèce
Que l'économie de marché tient en laisse
Avec des tentes qui prennent l'eau
Une solidarité qui sonne faux
Et puis des conflits ethniques
Qui en réalité, ne sont que politiques
De l'insalubrité
Dormir, boire, uriner, déféquer
Comme à Calais
Personne ne fait ce qu'il lui plaît
Dans la survie immédiate, tout est mauvais
En attendant
D'abolir toutes les frontières
Il faut aux réfugiés, ouvrir toutes les frontières
En attendant
D'abolir toutes les nationalités
Dans tous les pays, la liberté de circuler
La géographie est universelle
Elle est pour toi, moi, il, eux, ils, elles
Il n'y a qu'une seule solution
Elle est internationale, anationale, c'est la révolution !
Mais qui la veut vraiment ?
Car
Changer de pansement
N'est pas penser le changement
Et tout gouvernement
Qui est un interchangeable pansement
Empêche tout véritable changement
Le changement de gouvernement
N'est jamais un gouvernement de changement
Qui ne peut d'ailleurs rien changer du tout
Pour le croire, il faut être folle ou fou
Il ne faut plus aucun gouvernement
Tout est à faire, tout est à inventer, voilà le changement
Sinon
Tout se répète
C'est le procès de Budapest
Des nazis qui tuent des Roms
Cela n'est jamais le dernier tome
Ni anciens, ni nouveaux nazis
Mais tout simplement des nazis
Beaucoup sont en Autriche et en Hongrie
Dans un premier temps, jugés et condamnés
Mais en appel, tout est révisé
Et contre les Roms, toujours des préjugés !
Violence de la politique
La politique de la violence
Chaque groupe humain avec sa grille
Et du cirage pour qu'elle brille
Voulant l'imposer aux autres, fatal
Contre toute grille, je râle
Sauf l'anarchie, c'est le moindre mal !
La politique comme vie que l'on impose
Avec des fusils ou avec des roses
Tout Etat est forcément policier
Tout y est forcément aliéné
Toute vie y est confisquée
Juste le droit de faussement contester
Et sa gueule, de bien la fermer !
La politique
De la misère organisée
Ainsi, en France, pour les prisonniers
67362 détenus, 58787 places
Tout le monde s'y tasse
1200 taulards dorment par terre
Sur des matelas, la misère en surenchère
Certes
Toutes les données
Sur l'ensemble d'une société
Ne sont jamais totalement exactes
Mais un simple reflet, un peu comme un tract
Nonobstant
Ce monde est une chambre à gaz
Comme une manifestation dans sa dernière phase
Ce monde est une chambre de torture
Qui dure, dure, dure, dure, dure
Monde concentrationnaire
Pensée unique, monde totalitaire
Le couple, des enfants, du travail, des loisirs, de l'argent
Une fabrique du consentement pour le même mouvement
Monde réactionnaire
Et à côté, de gentilles créatures, sont les vipères
Le capital
Est la pire de toutes les horreurs
Sa seule expression est du malheur
Pour mettre en commun, le seul dénominateur !
La domination
A bien su anesthésier toute vraie expression
Par la radio, par la télévision, même par la manifestation
Il faut respecter les convenances
Tout est à jeter, c'est pourtant l'évidence
Mais les hommes de la domination
Mais les femmes de la domination
Sont dans tous les partis
Sont dans tous les syndicats
Sont dans toutes les associations
Sont dans toutes les organisations
Et aussi dans les manifestations
Mais nous ne voulons pas l'entendre
Mais nous voulons nous en défendre
Voilà pourquoi rien ne change vraiment
Car il faudrait faire un grand ménage avant
Sinon
Toujours de vaines vociférations
Toujours du sang nouveau pour la réaction
Il faut une révolution psychologique
Il faut une révolution économique
Il faut une révolution politique
Il faut une révolution philosophique
Il faut une révolution scientifique
En une seule et même optique !
Au service
De l'épanouissement de chaque être humain
Et non pas au service
De l'asservissement de chaque être humain
Je ne suis donc le rival de personne
Et à ma porte, jamais, personne ne sonne
Car tout est globalement truqué
Dans le monde où tout est en rivalité
Le sport, les arts, la philosophie, la science
Les religions, les idéologies, les idées, la finance
Nonobstant
De toutes choses, le soleil est notre cadence
8 minutes et 19 secondes, voilà notre véritable pulsation
Comme d'eau douce, au moins 9000 espèces de poissons
Mais si les milieux marins
Représentent 70 pour cent de la surface de la planète Terre
C'est seulement 20 pour cent des espèces de poissons
Avec les extinctions du passé, à venir, tout est comme vain
Mais c'est approximatif, car nous ne connaissons pratiquement rien
Mais du poisson d'eau douce et de sa morphologie
80 pour cent des morphologies sont via l'Amazonie
Donc, 8 minutes et 19 secondes
Pour que la Terre devienne féconde
Comme une équation pour toute forme de vie
Du dinosaure à la bactérie
Car la seule raison d'être d'un être
Et bien, c'est d'être
Comme aurait dit feu Henri Laborit
Le reste étant du blabla, de la blablalogie
Ni gauche, ni droite, ni dieu, ni maître
L'anarchie n'a pas besoin du paraître !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Connaissance, conscience, imagination

10 Avril 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

Toute société, d'aujourd'hui, d'hier
A des faits divers
Ils sont vendus à la criée
Un succès qui jamais ne désespère
Reflétant finalement tous nos critères
La jalousie, la paranoïa, la propriété
Nos obsessions prêtes à tuer
Du capital c'est le panier
Du capital tout est la propriété
Aussi, mon contempteur d'anonymous
Pourtant, je suis une petite puce, vieille pousse
Me reprochant qu'OverBlog, de tf1, serait en proximité
De ne point être gêné de m'y exprimer
Non, car à cheval donné, l'on ne regarde pas la bride
Surtout si l'on est contre cette bride
C'est en ce cas, l'ennemi qui est embêté
Se servir de lui pour mieux le dénoncer !
Donc, du capital, tout est la propriété
Dès l'école, ce tout y est enseigné
C'est un apprentissage, pas une fatalité
Mais cela produit de l'inhumanité
Février 2012
Bruno Zuliani
Tue avec un couteau, ses trois enfants
Paranoïaque et fou de jalousie
Il passait pour un bon parent
Mais il étranglait son épouse, de temps en temps
Et en réalité
Personne ne connaissait sa vraie personnalité
Sauf à vivre en étroite proximité
Il en va de même ainsi
Pour toutes nos célébrités
Qu'elles soient aimées ou détestées
Ce sont avant tout, de fausses images spectacularisées !
Et à propos des parents
En France, 30 enfants par an
Sont tués
Et par des hommes, à 80 pour cent
De plus, c'est par conformisme
Et non pas par un quelconque humanisme
Que les couples font des enfants
Enfants, qui des parents
Et le plus souvent
Vont reproduire des idées et des comportements
Le capital passe commande
Il faut lui faire une offrande
La misère en redemande
Tout bien programmé
Le tout en recommandé
Toujours les mêmes inégalités
Jamais vraiment décortiquées et contestées
Comme si cela était de naissance
Quand la réflexion prend des vacances
De la monstruosité comme seule évidence
Le capital est pourtant la fontaine des violences
Plus un mensonge est gros
Plus cela passe, il en devient beau
Ainsi, en Allemagne
Et comme partout, la vérité est au bagne !
Car dans ce pays
Qui vit s'épanouir tant de nazis
Un crime raciste toutes les trente minutes
D'autrefois, le même air, d'une même flûte
Ce qui est complètement stupide
La répétition se veut candide
Car en Allemagne, il y a 16 millions
De gens, qui sont issus de l'immigration
La même bêtise
Que le concept d'Aryen, attise
Et c'est d'autant plus fort
Que cela n'est que du tort
Car
Les Aryens sont à l'origine
Mais aucun xénophobe ne l'imagine
De braves bergers d'Asie centrale
Donc, encore une falsification du capital
Ainsi
Les Aryens sont de l'Iran
Et donc des iraniens
Ainsi
Les Aryens sont de l'Inde
Et donc des indiens
Par ailleurs, pas du tout racistes
Du mensonge, font commerce, les nazis et les fascistes !
Et ce ne sont pas
Des ciseaux moléculaires
Qui annihileront la pensée réactionnaire
Tout est l'affaire d'apprentissage
Pour nous évader de toutes nos cages
Certes
En nos temps désespérés
De plus en plus de pauvreté
Cela paraît de la pensée magique
De mon écriture automatique
Tout le monde semble résigné
Pour une prochaine fin de l'humanité
Avec déjà
Une mutation en inhumanité
Mais voilà
Autrefois, c'était déjà l'inhumanité
Des rapports de séparation
Des rapports de fragmentation
Des rapports de domination
Des rapports de compétition
Des rapports de comparaison
Des rapports de hiérarchisation
Des conflits et des guerres
Quand surgirent les propriétaires
Des sociétés de militarisation
En thésaurisation, en capitalisation
Comme un indépassable horizon !
Pourtant
Ne nous en déplaise
Je le dis, prenant mes aises
Tout pourrait être différent
Un monde harmonieux et avenant
Mais en apprenant autrement
Chaque être humain, se connaissant
Abolition de toute propriété
Abolition de toute rivalité
Et même plus besoin des idées
Quand chaque journée
Redevient une nouveauté
Plus rien ne pouvant s'y figer
Et surtout pas une idée
De toutes façons
Des autres, nous sommes une apparition
De chaque âge, de chaque génération
Et tout ce qui est, nous l'interprétons
Avec modération, exaltation, déformation
Ainsi
J'ai bien lu Cioran, Debord, Laborit
Mais je reste celui que je suis
De cette trilogie
Un peu, peut-être, suis-je le produit
Car nous sommes, il, moi, toi, eux, elles, lui !
Et pour les uns et les unes
Bien souvent, sans aucune rancune
Nous sommes ceci ou cela
Avec une étiquette sous le bras
Selon nos hauts et nos bas
Le capital
Devrait être pourtant l'ennemi commun
Pour qui aime le genre humain
Le capitalisme comme seul horizon
Toutes les punitions, toutes les vexations
Elle s'y fatigue aussi la domination
Comme la découverte
Qui ne fait pas l'être humain moins bête
C'est la grotte ornée
En abri sous roche, une rareté
13 petites mains, des reptiles
Qui ne nous font pas moins imbéciles
Car, la seule découverte qui importe
C'est de trouver une autre porte
La découverte d'autres relations
Se faire du bien, comme seule corporation
Connaissance, conscience, imagination
Le capital est sadique
Le capital est masochiste
C'est un cas clinique
C'est partout son fric
Nous en sommes la musique !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Paraphysique de soulève toi, hommage à la jeunesse révoltée

6 Avril 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

Et à bien y réfléchir
Sans qu'aucunement je ne veuille médire
Mais toutes les manipulations mentales
Sont bien de l'ordre du capital
Car tout s'y oppose
Même quand cela se juxtapose
A avec et contre B
C avec et contre D
E avec et contre F
G avec et contre H
I avec et contre J
K avec et contre L
M avec et contre N
O avec et contre P
Q avec et contre R
S avec et contre T
U avec et contre V
W avec et contre X
Y avec et contre Z
Et toutes les possibilités
Pouvant être malheureusement envisagées !
Comme une équation
De toute la séparation
Aucune unité, aucune vraie révolution
Corporatisme de l'aliénation
Le capital règne sur la division
C'est son spectacle qui s'affiche partout
Qui nous leurre, un peu, beaucoup
Tout est donc séparé
Tout est donc divisé
Tout est donc fragmenté
Tout est fausse unité
Du stade au public fanatisé
Des usines et bureaux robotisés
Mais aussi les lycées et universités
Comme encore dans les manifestations
Cependant le plus souvent réductionnistes
Contre ceci ou cela, rarement contre la totalité
La totalité du monde étant aliénée
Et ce qui n'est pas TOTALEMENT contesté
Peut sans cesse se renforcer
Peut sans cesse se récupérer
Depuis le temps que l'on manifeste
Depuis le temps que je manifeste
Nonobstant, c'est de pire en pire
Quand la fausse révolte étend son empire
Et c'est toujours, ainsi, la même ligne de mire !
La critique
N'a pas pour rôle d'avilir
La critique
A pour véritable rôle de faire réfléchir
Il est ainsi bien évident
Ce qui se constate dans tout évènement
Que tout conflit
Rime avec fragmentation
Que tout conflit
Rime avec aliénation
L'aliénation de la conscience
N'est pas la conscience de l'aliénation
Le spectacle de la séparation
La séparation du spectacle
Le spectacle du secret
Est le secret du spectacle
Il y a donc
Des tranches de l'aliénation
Avec des catégories et des corporations
Le lycéen, l'étudiant, le travailleur, le chômeur, le retraité
La lycéenne, l'étudiante, la travailleuse, la chômeuse, la retraitée
Et chaque sexe avec sa propre aliénation
Et chaque âge avec sa propre aliénation
Et chaque métier avec sa propre aliénation
Prisonniers et prisonnières qui sont en prison
Aussi le retraité ou la retraitée
Le travailleur ou la travailleuse
Le chômeur ou la chômeuse
Au lycée ou en université
Chaque aliénation avec sa propre heure !
Sur un mur, il y a fort longtemps
" NE TRAVAILLEZ JAMAIS " magnifique slogan
Feu ( 1931 - 1994 ) Guy Debord, l'inscrivit en passant
La société est vraiment monstrueuse
Plus encore que les fameuses grenouilles monstrueuses
Qui furent étudiées par feu ( 1894 - 1977 ) le biologiste Jean Rostand
Toute cette tératologie est réactualisée
Dans une exposition bien documentée
Avec la contribution de Pierre Boisliveau
Jeune copain rencontré dans la rue
Quand le tératologique devient beau
La Maison du Lac de Grand-lieu, cela mérite d'être vu !
C'est à Bouaye ( 44 ) et à propos de tératologie
Jamais assez, on ne le dit
Elle est surtout dans tout gouvernement
L'insécurité sociale, la mort des gens
Les véritables casseurs
Ont pignon sur rue
Les véritables casseurs
C'est l'évasion fiscale qui fait sa mue
Et toute la corruption du capital
Des milliards d'euros, c'est banal
Le chiffre de la corruption mondiale
6,3 pour cent du produit intérieur brut
Des 28 pays du capital, c'est l'Europe
La casse sociale est au top
Et les médias sont le capital !
Mais la jeunesse
Qui se soulève, qui se révolte, est toujours belle
Contre la loi El connerie
Cette grossière erreur de stratégie
Toutes lois au service du capital
Les riches font les lois, c'est fatal
Et les manifestations sont réprimées
Comme les juifs, les contestataires sont gazés
Parfois chargés et même matraqués
Ainsi, le mardi 5 avril 2016, à Nantes
Pas une rue, sans que le gaz, ne sente
J'y étais, et pourtant, manifestation fort sympathique
Bonne ambiance, des discussions politiques
Avec mon drapeau rouge et noir d'anarchie
Le tout en noir, j'en ai un aussi
Mais le capital déteste la vie
Ayant été, dans des gaz, pris
Avec mes lentilles de contact, obligé de partir
Y voyant mal, sous les matraques, pas envie de finir
Partout de la provocation policière
Avec tout un dispositif de guerre
Et surtout des barrages de police
Mon âge, 65 ans, m'aida à en franchir
Aussi mélangé à des touristes
Il faut ruser, face aux fascistes !
Pourtant, place du Bouffay, au début
Ce fut un pacifique rassemblement de rue
Nantes soulève toi
Voilà bien une bouteille que je bois
Certes, moi, c'est surtout les autocollants
Ni gauche, ni droite, ni aucun Etat, ni aucun gouvernement
Contre les religions, contre les idéologies, frénétiquement
Mais, j'enlève le nom de l'organisation
Seul importe le slogan, il faut une vraie révolution
Et donc, de ce fait
Sans que nullement, cela m'embête
De jeunes et gentils militants 'd' Alternative Libertaire "
Veulent savoir qui adopte cette façon de faire
Après tout, ce sont leurs autocollants
Mais de par ma bourse, le monde est marchand
Je leur dis que ce qui est important
Encore une fois, c'est le slogan
Foin de tout sectarisme
Ainsi, je découpe le conflit de l'anarchisme
Et à 65 ans, peu m'importe de passer pour un sauvage
Contre ce monde pourri, j'ai la rage
L'anarchie n'a pas le besoin de l'organisation
C'est l'organisation qui a besoin de l'anarchie
L'éternelle polémique Ascaso et Durruti
Mais je suis sans aucune animosité
Contre " Alternative Libertaire " je dois le préciser
Ni contre aucune organisation anar, comme la CNT
Pour toutes, je colle et j'ai beaucoup autocollé
Et malgré de légitimes critiques, par ailleurs
Il y a dans ces organisations, des gens de valeur !
Paris soulève toi
Marseille soulève toi
Lyon soulève toi
Dijon soulève toi
Toulouse soulève toi
Nice soulève toi
Clermont-Ferrand soulève toi
Toutes les villes de France
Des nuits debout
Des jours debout
Contre le fascisme subtil ou manifeste, la finance
Bref, contre toutes les horreurs, la lance
Mais
Il est maintenant interdit de manifester
Mais
Il est maintenant interdit de contester
Mais
Il est maintenant interdit de se regrouper
Sinon, le gazage, le fichage, l'interpellation
Le matraquage et l'arrestation
Ainsi, dans les manifestations
Comme une sorte de professionnalisation
Il faut préférer les lunettes
Aux prothèses cornéennes, pas si bête
Le casque contre les coups de matraque
Des gouttes pour les yeux, sinon on craque !
Pour
Le retour ( 1871 ) de la Commune de Paris
Pour
Le retour ( juillet 1936 ) de la colonne Durruti
Mais
Il n'y a plus d'intellectuels ou d'intellectuelles révolutionnaires
Mais des intellectuels d'élevage, des salons spectaculaires
Cependant
Que dans un autre temps
Pour l'anarchie, furent beaucoup de savants
Comme feu ( 1894 - 1977 ) Jean Rostand
Dont lisait les livres, toute militante
Dont lisait les livres, tout militant
Pas forcément un limitant ou une limitante
Tous les partis sont pourris
Tous les partis sont des salauds
Le redire, il le faut
Comme p comme pourri
S comme salaud
C'est le parti socialo
Certes
Si toute la jeunesse descendait dans la rue
Contre tous les pouvoirs, en mettre plein la vue
Conscience de classe, conscience politique
Pour une autre société, exubérance frénétique
Belle jeunesse révoltée, recevez mon salut sympathique !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien












Lire la suite

Paraphysique de l'âgisme

3 Avril 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

Les vrais voleurs
Les vrais truands
Les vrais assassins
Les vrais menteurs
Hommes ou femmes
Sont avant tout dans les gouvernements
Sont avant tout dans les parlements
Il y a là
Tous les vices
Il y a là
Tous les artifices
Il y a là
Tous les bénéfices
Comme en France, le Sénat
Toutes les horreurs se retrouvent là
Il s'agit d'un pillage organisé
Par des malfaisants légaux et patentés
Aucune manifestation ne peut rien y changer
Car pour tout pouvoir subtil
C'est de plus, une soupape de sécurité
Pour tout pouvoir subtil
Il importe que la population puisse se défouler
Le capital du pouvoir
Le pouvoir du capital
Rien ne peut vraiment le mettre à mal
Sauf une illimitée grève générale
Sauf une révolution globale !
Et quand on le peut
Il faut faire grève, il faut manifester
Et quand on le peut
Il faut, d'une façon l'autre, se révolter
Par la plume
Ou par une autre écume
Tout le monde le sait
L'argent est le principal méfait
L'argent comme origine principale
Des actes de violence, c'est fatal
Pour les homicides
L'argent en est le vecteur à 80 pour cent
Pour les génocides
Le nationalisme responsable à cent pour cent
Et toutes les relations sont des relations d'argent
L'argent de toutes les relations
Chaque être humain est un comptable
Rien, de ce fait, n'y est équitable
Je vaux tant
Tu vaux tant
Il ou elle vaut tant
Sans argent, nous ne valons rien
Car, sans argent, nous n'avons rien
Et puis, il faut être quelque chose
Du capital, il faut prendre une pose
Tout le monde se méfie de tout le monde
Partout, une sorte de paranoïa qui abonde
Il faut faire partie d'un groupe, d'une bande
Pour le solitaire ou la solitaire, la personne isolée, la méfiance est grande !
En manifestation ou ailleurs
La personne seule est suspecte
Aucun groupe ne la respecte
Elle est comme sans valeur
Tout doit être en conformité
Voilà bien encore de la compétitivité
Car dans notre répugnante société
C'est au tout fascisme
C'est au tout sexisme
C'est au tout âgisme
C'est au tout racisme
Moi, toi, lui, ils, elles, eux
La révolution sera un grand feu !
Je dois changer
Tu dois changer
Il ou elle doit changer
Ils ou elles doivent changer
Aucune leçon à recevoir ou à donner !
1896
Découverte de l'électron
2012
Découverte du boson de Higgs, en association
Particules infiniment minuscules
Qui, nonobstant, de la technologie, sont nos bidules
Il y aurait bien des motifs
De prendre d'assaut notre monarchie constitutionnelle
Abolir nos esclavages pas fictifs
Tous les régimes sont du fiel
Dans tous les pays, c'est pareil
Le capital est en lune de miel !
Et toujours des aristocrates
Et toujours des bourgeois
Et toujours des prolétaires
Et toujours des sous-prolétaires
Tout cela est à fiche en l'air
Pas par une nouvelle bourgeoisie révolutionnaire
Mais par des gens ordinaires
Qui parfois osent se révolter
Contre tout Etat forcément policier
Contre toutes les classes sociales pour nous séparer
Comme la classe des sénateurs
C'est encore les plus voleurs
En France, 347 sénateurs
61 ans d'âge moyen
Le député souvent le devient
Et au moins 20.000 euros par mois
Taxis, trains, avions, c'est gratuit
Ils font les lois et régissent les vies
Une seule mentalité, faire du profit
Ne pas confondre, injustice et jalousie
Car, tout devrait être égalitairement réparti
Et plus aucune nationalité, anationaliste, plus aucun pays
Comme seule patrie, la planète Terre, c'est ainsi !
Et à propos des réfugiés
Que les pays ne veulent plus accepter
La Suisse, contrainte et forcée
Pour les cacher, une astuce, il fallut trouver
Forte de 360.000 abris anti-atomiques
Sous 60 mètres de terre, le capital est cynique !
Mais cela serait drôle
Pour une fois, le changement des rôles
En cas de guerre nucléaire
Il y aurait des rescapés pas ordinaires
Gens étrangers, gens qui fuient la guerre
Mais, ce qui est scotomisé
Par toute radio, par toute télé
La guerre de l'argent, l'argent de la guerre
Pour la vie du capital, est nécessaire
Comme des veines et des artères
Guerre de toute relation, relation de la guerre
Pas d'amour, pas d'amitié, dans la compétition
Pas de partage, pas de moralité, dans la compétition
Une grande composante de la séparation
Et des catégories, et des hiérarchies, et des conformités
Le capitalisme aime tout classer
Tout y est fiché et archivé !
Et puis, hélas, il y a le jeune cagoulé
Qui jette contre une banque, un pavé
Et qui, peut-être, plus tard, sera récupéré
Et complètement intégré à la société !
En ce cas, les vieux sont à préférer
Incorruptibles, 48 ans, déjà
48 ans, déjà, et coucou, les revoilà !
D'ailleurs, redoutant d'être contesté
Le capital sait bien s'équiper
Du chien de garde journaliste
De la force militaire de l'ordre fasciste
Comme avec les LBD
Lanceurs de balle de défense
Et contre toute manifestation, une offense
En 10 ans, que du malheur
39 blessés, dont 12 mineurs
Souvent dans les yeux
Et même un mort, toujours mieux
Ainsi, pour la police du capital
Ainsi, pour les milices patronales
De nouveaux équipements
Pendant au moins quatre ans
100.000 pour les policiers
10.000 pour les gendarmes
5000 pour les matons
Et bientôt, des vigiles armés
En France, l'on va en recruter
Déjà 170.000 en police privée
Sans compter la traditionnelle armée
De tout cela, il faudra bien se débarrasser !
Mais, de petits groupes bien décidés
Dans une grande ville, si bien dispersés
Et avec une grande mobilité
Pourraient tout vite bloquer
Une centaine de personnes par lieu
Et une simple manifestation y met le feu !
Deux pas en arrière, un pas sur le côté, un pas en avant
La misère ne recule pas, c'est consternant
Le capital est intolérant
Le capital est indécent
Alors
Qu'il y a environ 50.000 ans
Se côtoyaient pacifiquement
Des groupes humains différents
D'une autre époque, d'un autre temps
Et finalement
En rapport à tous ces gens
Nous sommes moins intelligentes, moins intelligents
Et néanmoins, c'est loin de notre propre temps
C'est un peu comme pour l'homosexualité
Cela fait des culpabilisés et des suicidés
Deux adolescents sur trois, par la famille, sont rejetés
Quand ils osent avouer leur homosexualité
Alors qu'il n'existe aucune forme normale de sexualité
Mais une forme adéquate, pour chaque personne, de sexualité !
Pourtant
Je suis de l'hétérosexualité
J'aime le sexe de femme, les seins de femme, le vagin de femme
Et même du lait, le fromage de femme
Mais dans une société
Où absolument TOUT est chosifié/marchandisé/réifié/contrôlé
L'argent est la loi, il faut TOUT payer
Pour manger, se vêtir, se loger, se divertir, pour sexer
Louer ou acheter des êtres ou des biens gratifiants
L'argent est notre véritable maître, c'est terrifiant
Tout est comme une transaction
De l'individu aux nations
Ceci contre cela
Gaz russe pour la Chine, 1400 millions de gens, et voilà
Encore une histoire de route de la soie
En réalité, l'économie est sans foi, l'économie est sans loi
Le capitalisme connaît toutes les ficelles
Maintenant avec le sexe en pixels
200.000 Camgirls dans le monde
Le capital voyeur, scopophilie d'institution, nous inonde
Du capital, tant et tant de multinationales, immondes
Tout est compartimenté, tout est fabriqué, tout est séparé
Des âges et des catégories, chaque génération enfermée dans ses préjugés
Tout y est interdit, tout y est fermé, tout y est enfermé !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien









Lire la suite

Abrégé d'autoritarisme

1 Avril 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

Si nous pouvions
Observer la vie de chaque individu
Si nous pouvions
Entendre les paroles de chaque individu
De tout ce qui l'a construit
Alors qu'à chaque pas, le capital le maudit
Que rien n'est jamais choisi
Tout nous est imposé, c'est ainsi
La façon de parler
La façon de s'habiller
La façon de manger
La façon de cogiter
La façon de travailler
La façon de ceci ou de cela
Toute une thèse, voilà
C'est bien là l'autorité
Dont personne ne veut parler
Par l'autorité
Nous sommes engrammés, conditionnés, programmés
Par l'autorité
Nous sommes répétés
Et contre toutes les formes de l'autorité
Aucune manifestation, d'ailleurs, ne conteste, toute autorité
Mais plutôt une forme particulière d'autorité !
L'autorité s'affiche partout
C'est une histoire qui a un coût
L'autorité de l'argent
Qui organise la vie des gens
Ma vie, sa vie, ta vie, c'est rageant
Nous sommes des prisonnières et des prisonniers
De cela, personne ne peut s'en évader
Même la grande gueule, toujours à se vanter
Pour pouvoir l'envisager
L'argent, il faudrait le supprimer
Je l'écris en toute simplicité
Car cela n'a rien de compliqué
L'autorité d'une administration
Est l'administration d'une autorité
De l'individu à la société
Selon le lieu ou l'époque
Restant pourtant toujours univoque
Les constructions architecturales de l'autorité
L'enseignement de l'autorité
Avec des écoles, lycées, universités, facultés
Pour justement la reproduction de l'autorité
Pouvant se manifester
Même dans une habile subtilité
De fait, l'autorité n'est jamais dépecée
Aucun esprit n'osant s'y aventurer
Aucun isme n'y fait le poids
Sauf l'anarchie, que voici, que voilà !
Pour sentir l'autorité
Qui n'importe où peut se cacher
Il faudrait la truffe du chien
Nos yeux, à côté, n'y voient rien
Un million de fois plus que les humains
Entendant aussi quatre fois plus loin
Avec la truffe, les oreilles, il faut le faire
Le chien peut aussi détecter certains cancers
Entre l'homme et le chien
Une relation très ancienne, c'est certain
Domestication d'au moins 15000 ans
Mais le plus navrant
Car au fond, qui domine qui ?
Dans un premier temps, en Eurasie
Et puis, petit à petit
De nos jours, 500 millions de chiens
Toute une industrie et 335 races de chiens
De 1 à 60 en taille
Encore de l'autorité qui nous raille
Du Canis lupus au Canis lupus familiaris
De toute autorité qui nous tisse
De l'autorité nous sommes le vêtement
De l'autorité nous sommes le conditionnement
Du fasciste, du gauchiste, du stalinien, du démocrate, du capitaliste
Par gentillesse, j'en abrège la liste !
Et pas seulement
Feu ( 1530 - 1584 ) Ivan IV dit le terrible, redoutable dément
Enfant martyr , enfant battu, devenu méchant
Tyran d'une cruauté sans aucun précédent
L'autorité de la souffrance
La souffrance de l'autorité
Parfois du dit droit divin
Et qui couche avec le purin
Tout paraît naître de l'autorité
Des massacres et de la cruauté
1552, naissance de la grande Russie
De la maladie mentale, c'est donc un produit
Le plus souvent, pour tout, il en va ainsi
Toutes les tyrannies sont des maladies mentales
Dont le capital n'est pas le moindre mal
Sublimation de la satisfaction sexuelle
Dans la guerre, le conflit, la compétition, la querelle
La reproduction des comportements
Les comportements de la reproduction
Il faut une résilience de la résilience
Pour ne pas en retrouver l'équivalence
Des Staline, des Hitler, des Mussolini, tous les dictateurs
Qui sur la planète entière éjaculent dans nos figures
Le monde du capital est une peinture
Carré noir sur fond blanc qui le figure
De feu ( 1878 - 1935 ) Malevitch, qui le fit sans aucune couleur !
Comme le zen enveloppé sous vide
Critique debordiste sans aucune ride
Et puis, les gens ne s'aiment pas
Tout gouvernement en profite, n'est-ce pas ?
L'autorité n'est pas enveloppée sous vide
Tout y est dogmatisme, tout y est rigide
Un peu comme dans un musée
Où toute autorité serait exposée
Comme en Russie, de 1764, musée de l'Ermitage
Tous les âges, toutes les rages
3 millions d'oeuvres, 2000 salles
L'autorité de l'art
L'art de l'autorité
Sur tout, en tout, c'est son bal
Et bien sûr
Sous le doré, bien souvent, l'ordure
Ici et maintenant
Personne ne trouvant cela choquant
Sinon, il n'y aurait plus aucun tyran
Car les 80 personnes les plus fortunées
Autant que 3,5 milliards de personnes, osent se partager
Comme si toute autorité
Qui est avant tout une inégalité
L'inégalité de toute autorité
Comme si donc, c'était une obligation
Comme si donc, c'était une malédiction
Forcément, sans une vraie révolution
Forcément, sans une vraie mutation !
Bref
Je suis autoritaire
Tu es autoritaire
Il ou elle est autoritaire
Et à des degrés divers
L'on va encore me regarder de travers
Pourtant, à chaque instant, l'autorité nous mange
Une société sans aucune autorité, le vrai challenge
L'autorité facile à identifier
Du capital, qui en quatre, est fractionné
Extrême gauche, gauche
Extrême droite, droite
Extrême gauche de l'autorité
Gauche de l'autorité
Extrême droite de l'autorité
Droite de l'autorité
Et l'on peut encore largement subdiviser
Car il s'agit ici de l'autorité manifeste
Et l'autorité subtile est moins bête
Tout est donc à faire
Pour une autre société
Tout est donc à faire
Pour se défaire de toute autorité
Contre TOUT, il faut se révolter
Contre TOUT, il faut manifester
Contre TOUT, il faut révolutionner !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Aperception de chosification réification

29 Mars 2016 , Rédigé par Patrice Faubert

Il faut prendre
Rendez-vous
Pour tout, il faut un rendez-vous
Plus aucune spontanéité
Pour se voir, pour se parler
Comme je le disais à un copain
Sans rendez-vous, tout ne vaut rien
Nonobstant, il y a encore pas mal d'années
Chez les autres, à l'improviste, l'on pouvait passer
C'était l'effet de surprise
Pourtant sans aucune méprise
Puis, avec les codes
Pour l'entrée des immeubles, nouvelle mode
L'on ne pouvait plus passer inopinément
Quel charme cela avait, pourtant
Il faut prendre rendez-vous
Il faut un motif pour tout, c'est fou
Presque une lettre de motivation
Presque une lettre de recommandation
Agence nationale pour la relation
Pour pouvoir se voir, se parler, se confier
Sans pour autant s'utiliser
Mais à la vérité
Moi si simple, dans une totalité si compliquée
Et personne ne se parle plus vraiment
Et personne ne s'écoute plus vraiment
Tout le monde fait semblant
Cela est dit depuis si longtemps
Prendre un rendez-vous pour nos monologues
Prendre un rendez-vous sans aucun dialogue !
Et ce de l'individu aux nations
Des calculs et des fractions
Comme l'éternel problème des Balkans
Des fantômes et des revenants
Du royaume de l'ancienne Yougoslavie
Où jadis de l'auto-stop, je fis
Avec tant de diverses patries
Bosnie Herzégovine, Croatie
Slovénie, Serbie
Monténégro, Macédoine
Et la République fédérale de Yougoslavie
Des conseils ouvriers et de l'autogestion
Mais sous le contrôle de l'habile titisme
Qui ne put faire taire chaque nationalisme
5 avril 1992
29 février 1996
Sarajevo camp de rétention
Sarajevo, la guerre de partition fragmentation
350.000 personnes dans un piège
11541 personnes moururent de ce siège
Et toutes les femmes mutilées et tous les hommes mutilés
Et toutes les femmes blessées et tous les hommes blessés
Et ce par dizaines de milliers
Mais c'est partout Sarajevo
Quand le monde entier est idiot !
Et puis, déjà, le 28 juin 1914
Feu François-Ferdinand, voilà la jeune Bosnie
Encore et toujours la Yougoslavie
Pour la guerre de 1914/1918, fut l'un des produits
De par le jeu des alliances
De par le jeu de la finance
C'est si compliqué de faire simple
C'est si simple de faire compliqué
Il faut entretenir le concept obscur
Il faut jouer aux durs
Cela fait pourtant le malheur universel
Quand même la laideur se fait belle
Comme ce meurtre organisé
De tous les gens expulsés
Douce France
Son fascisme libéral, l'inégalité en outrance
490.000 personnes, dans la famille, chez des amis
De l'hébergement, quand l'on est sans logis
1.800 million de ménages
En attente d'une belle ou pas belle cage
C'est le logement social
Il n'est pas philanthrope le capital
Et une expulsion sur deux
Familles avec enfants mineurs, c'est odieux !
De toutes façons
Encore bien des motifs pour des manifestations
En France
17 pour cent des gens, ont des difficultés
Pas étonnant, pour payer leur loyer
Car ces quarante dernières années
Tout loyer a plus que doublé
L'on ne travaille plus
Pour se vêtit ou pour manger
L'on travaille
Pour pouvoir payer son loyer
C'est là la première des priorités
Sinon, c'est une expulsion comme programmée
C'est comme de la logique formelle
Quand la vie est comme une poubelle
Ainsi
En 15 ans, la procédure de l'expulsion
C'est 58 pour cent d'augmentation
Pas seulement en France
Mais dans le monde entier, une évidence
De plus en plus de gens à la rue
Tout le monde en a la vue
Le capital, s'en cacher, ne le peut plus
En France, une ville sur trois
20 pour cent de logements sociaux, est hors-la-loi
Hors quota, elle paye une amende, et puis voilà !
Et dans le même temps
C'est devenu le tout-venant
Chaque être humain
Du TOUT commercial, qui est malin
Reçoit environ, chaque jour, 15000 stimuli
D'acheter, tout doit vous donner l'envie
Dans tout domaine, une création de hiérarchie
Comme jadis dans l'horreur, avec les Oustachis
Séparatistes croates, bien pires que les nazis
En 1941, ils massacraient au couteau
Des tortionnaires monstrueux, les plus idiots
Et des concours de l'efficacité
Pour le plus possible torturer et tuer !
Mais tout fascisme s'assemble
Car tout fascisme se ressemble
Plus ou moins manifeste
Plus ou moins bête
Pour rendre toute vie aussi infecte
Partout, l'horreur absolue est en fête
Elle finit par s'inscrire sur et dans nos têtes
Le capital est immonde, je le répète
Je me fais la guerre
Je te fais la guerre
Tu me fais la guerre
Tu te fais la guerre
Il se fait la guerre
Il te fait la guerre
Nous nous faisons la guerre
Vous vous faîtes la guerre
Il et elle se font la guerre
Ils et elles te font la guerre
Une même conjugaison guerrière
Le capital sur TOUT jette des pierres !
Il n'est pas de l'impossibilité
De feu l'humanité, ne rien retrouver
Pas même un coprolithe, excrément fossilisé
Datant de plusieurs millions d'années
Qui sur un mode de vie, peut beaucoup orienter
Déjà, il y a 150 millions d'années
Du duvet, sorte de plume, du dinosaure sacralisé
Notre origine est bien hybride
Du tout mélangé, et des sauropsides !
Mais, c'est bien cela
Le capitalisme est prévoyant, voilà
Anticipant le catastrophisme, futé le gars
800.000 graines sont déjà conservées
Quelque part par moins dix-huit degrés
Une arche de Noé, un trésor végétal
Il connait son désastre le capital
Mais encore, en réserve, donc, des gènes de semence
Une durée de conservation optimale
4000 à 5000 ans, c'est pas mal
De la banque d'argent à la banque végétale
Toute parole, toute action, tout fait, toute pensée
Comme des cellules du capital, comme organe incarné
Le capital de la contestation
N'est pas la contestation du capital !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>